Racisme - anti-racisme, même discours, même comportement

Arrêtons de nous raconter des histoires...

"Le monde que nous avons créé est un produit de notre pensée.

Nous ne pouvons pas le changer sans changer notre façon de penser". Albert Einstein

" Soyez humain si vous voulez être original, plus personne ne l'est " Max Jacob

"On ne peut se défendre que sous l'identité sous laquelle on est attaqué" Hannah Arendt

Une société en quête de bouc émissaire.

Selon la tendance actuelle, le Français blanc serait raciste, sexiste, colonialiste, homophobe...


Pierre Desproges disait : "j'adhérerai à SOS racisme quand ils mettront un "S" à racisme. Il y a des racistes noirs, arabes, juifs, chinois. Mais à SOS machin, ils ne fustigent que le Berrichon de base ou le Parisien-baguette. C'est sectaire." Fonds de tiroir - Seuil - 1990

Je voudrais le dire à ma façon...

J'appartiens à une génération née dans "l'euphorie" d'un après-guerre marqué par un effroyable génocide. Cela a conduit nombre d'entre nous à être sensibles et vigilants à tout ce qui touche à la liberté, à la justice, à la tolérance, à la protection (la nôtre, celle des autres et celle de la planète), d'autant plus que cette époque fut un grand remue-méninges, à tous les niveaux: économique, industriel, agricole, social, psychologique, philosophique, artistique etc...Ce fut aussi l'époque des indépendances dans différentes contrées du monde.

Baignant dans une culture libertaire, parfois contestataire, notre génération s'est mobilisée pour des causes humanitaires, sociétales, écologiques. Nous avons manifesté contre le nucléaire, contre l'hystérie productiviste et le consumérisme, contre la mondialisation et la croissance sans limite, pour la protection de la planète, pour la qualité de la vie (dont la parité hommes/femmes), pour la liberté de penser et de s'exprimer, pour le droit à la différence, nous avons manifesté contre la guerre du Vietnam, participé à des concerts pour l'Ethiopie et sa grande famine (We are the World), nous avons manifesté et participé à des concerts pour la libération de Mandela etc...

La majorité des manifestations étaient pacifiques, elles consistaient à marcher, mieux encore à s'asseoir (sitting) à occuper des espaces publics, à créer des rassemblements (concerts, débats etc...) afin de montrer que nous étions déterminés à défendre nos choix.

Contrairement à ce qu'on tente de vous faire croire, nous étions, pour la plupart loin des barricades de mai 68, des syndicalistes et des idéologies bourgeoises de "gauche".

Nous n'avions pas besoin d'être marxistes, trotskistes, léninistes, maoïstes, pour réfléchir et nous exprimer, d'autant plus que ces mouvances avaient démontré leur caractère totalitaire, liberticide et criminel(voire génocidaire).

Notre côté Peace and Love en avait fait sourire plus d'un...Cela nous a valu d'être étiquetés de baba cool, idéalistes, parasites...Aujourd'hui les millénnials et autres yuppies nous étiquettent péjorativement de "boomeurs"!

A l'époque: années 60/70

  1. Puce nous pouvions être homosexuel sans avoir besoin de faire de coming out. Nous ne souhaitions pas transformer nos relations en terme de droit, nous voulions que cela reste un choix que nous assumions sans avoir besoin d'obtenir "l'aval" de la famille ou de la société. Nous étions tellement "mélangés" qu'il était peu important de savoir qui l'était et qui ne l'était pas. Cela relevait de la sphère privée, de l'intimité, comme pour les orientations politiques ou religieuses. Nous étions d'abord des êtres humains.

Par contre nous étions conscients que nos choix nous éloignaient du "circuit" famille traditionnelle et procréation. Peut-être par égoïsme, nous ne revendiquions pas le droit de jouer "au papa et à la maman". Nous pouvions être du même sexe et éprouver des sentiments profonds sans avoir besoin de changer de genre ni de créer "une famille".

Les cheveux longs nous ont souvent valu d'être traités de "PéDé"par les "straights" de n'importe quelle classe sociale, surtout en usine !

  1. Puce nous défendions l'égalité des hommes et des femmes et refusions le machisme bien avant que cela devienne une mode. D'autres le transformeront en "féminisme". Cela consistait non seulement à militer pour la liberté et l'égalité sexuelle, sociale, économique, symbolique, entre les femmes et les hommes, mais surtout à la pratiquer dans la vie quotidienne, avec compassion et respect, dans le partage des rôles, des tâches, des responsabilités. Nous ne voulions plus des stéréotypes de nos parents. Le mâle dominant façon Clark Gable ou Jean Gabin nous était insupportable. Nous ne voulions pas de domination/soumission dans les rapports de couple. La libération sexuelle, le droit à l'avortement, l'accès à la contraception, la mini jupe et les no bra (braless) ont jalonné cette démarche.

Dans le cadre de notre recherche d'égalité, tant pour les couple hétérosexuels qu'homosexuels, nous remettions en cause le mariage qui représentait une contrainte dans sa forme juridique et la rigidification des rôles.

  1. Puce lorsque nous étions de "gauche", c'était un peu comme par religion, sur la base de valeurs et de croyances pratiquées dans la vie quotidienne, souvent héritées du milieu familial. Certains étaient communistes, sans pour autant avoir lu le Capital, parce que c'était la culture du contexte social et professionnel. La plupart ignoraient les massacres de Staline, de Pol Pot, de Mao Tse Dong. 

Beaucoup étaient socialistes en référence aux valeurs de la Commune de Paris, sans pour autant en maîtriser les détails, parce que c'était des valeurs, une révolte, des transformations sociales, transmises de générations en générations (ouvriers, artisans, petits commerçants etc..), valeurs souvent proches de celles de Louise Michel, Pierre Joseph Proudhon, Charles Fourier.

Jaurès, Blum et d'autres n'étant qu'annonciateurs de la gauche caviar, une aristocratie au discours gauchiste.

A l'époque la classe ouvrière était une force importante, avec sa façon d'être, sa façon de vivre, sa culture,ses traditions, sa cohésion. Pacifique mais déterminée, elle s'exprimait par des manifestations, des grèves, une contestation, en opposition à une classe dominante montante, héritière des Jacobins.

Les "intellectuels de gauche" (journalistes, hommes politiques, artistes, universitaires et enseignants donnaient déjà dans l'idéologie de bistrot: ils était marxistes-léninistes, trotskistes, maoïstes etc...rarement en adéquation avec une façon de vivre...en dehors de fumer des gauloises ou des gitanes...

  1. Puce nous étions écologistes dans le sens originel et économique du terme, les deux étant liés: eco du grec oikos (la maison) et logos (l'étude, le discours sur) = la science de la maison, par extension l'art de vivre en harmonie avec notre environnement humain et non-humain. L'économie - oikonomia = la régulation(nomos: loi) de la maison (oikos), l'art de gérer la maison, par extension l'administration de l'environnement afin d'obtenir du rendement avec un impact minimum sur l'environnement humain et non humain.

Cela commençait à la maison dans la vie de tous les jours, dans notre façon de gérer notre quotidien, en privilégiant le Do It Yourself (fais maison), et le Small is Beautiful (la sobriété heureuse, d'Ernst Friedrich Schumacher à Pierre Rabhi) ce qui nous mettait en opposition avec tout ce qui relève de l'exploitation abusive des humains, des animaux, de la planète. Nous nous opposions à l'agriculture et l'élevage intensifs, à la mondialisation à tout prix, nous souhaitions protéger l'artisanat, l'économie locale, les petites unités de production.

  1. Puce Le racisme: bien que présent partout, surtout aux USA où la ségrégation venait à peine d'être abolie (ce qui n'empêcha pas l'assassinat de M Luther King en 1968), était pour nous un concept humainement et scientifiquement obsolète.

Nous défendions l'idée d'une humanité au-delà des origines, des cultures, de la couleur de la peau. Le principal étant d'être bien ensemble. A Woodstock, à l'île de Wight, sur la route des Indes, partout où nous nous rassemblions ce qui importait était ce qu'on partageait et non de quelle couleur, de quelle origine, de quelle culture, de quelle religion on était.

Nous nous percevions d'abord comme des êtres humains avec des particularités et des richesses à partager. Nous étions pour la diversité culturelle, ce que d'autres transforment à tort en multi-culturalisme.

La musique, le cinema, la littérature, la danse, la philosophie de toutes les cultures nous enrichissaient de leurs différences et de leur vision du monde.

Nos voyages, qui relevaient parfois de véritables expéditions, nous emmenaient là où nous avions envie de découvrir d'autres traditions, d'autres cultures, d'autres façons de penser et de vivre, que ce soit en Grèce, en Crète, au Sénégal, en Inde, au Pérou...

  1. Puce J'ai aimé partager le quotidien de villages Sénégalais, Indiens, Indonésiens, Vietnamiens, Sri Lankais, Cubains, Grecs, loin de ce que propose le tourisme classique qui a l'époque n'était pas aussi développé qu'aujourd'hui. La route des Indes m'a ouvert à des expériences et des rencontres inoubliables dans les différents pays traversés, à l'exception de l'Afghanistan qui était dans le même état qu'aujourd'hui.

  2. Puce Sans avoir besoin de voyager, nos parents écoutaient Louis Armstrong, Sidney Bechet, Miles Davis, Duke Ellington, Fats Domino, Sammy Davis, Josephine Backer. Nous écoutions les Beatles, les Rolling Stones, mais aussi Little Richard, Donna Summer, Gloria Gaynor, Aretha Franklin, Chuck Berry, Wilson Picket, James Brown, Quincy Jones, non parce qu'ils étaient noirs, mais parce qu'ils étaient de fabuleux musiciens.

Comme beaucoup de jeunes de ma génération, j'ai aimé Ravi Shankar, tous les "Blacks de la Motown", les rastas de Bob Marley à Jimmy Cliff, Santana, Jimmy Hendrix, parce que leurs sonorités, leurs rythmes étaient particuliers et qu'ils invitaient à partager d'autres racines, d'autres histoires. Nous avions découvert la musique des Andes: Los Incas, Los Calchakis, Los Indios Tabajaras, plus tard l'Afrique de Touré Kunda, Morry Kanté, Salif Keïta, Ali Farka Touré, Baaba Maal, Amina, Idir, Johnny Clegg, Oumou Sangare, Ismael Lô, plus récemment Sona Jobarteh, tant de musicien(ne)s doué(e)s.

Que ce soit dans la musique, la littérature, le cinema, nous aimions les artistes d'abord pour leur talent. Quelles que soient leurs origines.

Il y avait malgré tout, dans nos rapports au monde, de la discrimination, sur la façon de voir le monde, entre jeunes de classe ouvrière et ceux de la bourgeoisie, entre jeunes et vieux, entre hommes et femmes, entre hippies et straights, mais tellement moins violente, discriminante et sectaire qu'aujourd'hui !

  1. Puce La violence s'exprimait surtout dans des conflits internationaux. Nous ne voulions plus entendre parler de guerres (faites l'amour, pas la guerre) bien qu'elles continuent d'exister (Algérie, Sinai, Vietnam, relations Est-Ouest).

Il arrivait que des gens se battent entre eux pour des "conneries domestiques", sans forcément chercher à s'entre-tuer. Les confrontations étaient frontales, aux poings, rarement avec des armes. C'était essentiellement des conflits de personnes.

  1. Puce Personne n'avait de problème identitaire, ou plutôt nous avions tous le même problème quelles que soient nos origines, notre couleur, notre sexe: nous revendiquions le droit d'être ce que nous sommes....c'est à dire différents de ce qu'on aurait voulu que nous soyons.

Nous voulions vivre libres: Freedom & Peace and Love


Petit dictionnaire:

Lobby : groupe d'intérêt, groupe de pression, groupe d'influence, groupe de personnes, créé pour promouvoir et défendre des intérêts, privés ou non, en exerçant des pressions ou une influence sur des personnes ou des institutions publiques détentrices de pouvoir.

Fascisme : attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu'un ou une minorité à un groupe quelconque, à l'entourage. Idéologie totalitaire, arbitraire ou dictatoriale dans un sens plus général. Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi d'un système.


Je découvre qu'aujourd'hui :

  1. Puce être homosexuel est devenu une affaire de lobbyisme. Indépendamment des homosexuel(le)s qui vivent leur relation de façon intime et sereine, comme n'importe quel couple, des minorités lesbiennes/gays/transgenres revendiquent des droits au point de vouloir en faire des normes qui s'imposent à tous, revendiquant la Procréation Médicalement Assistée, la Gestation Pour Autrui (on loue un utérus, on achète un enfant) l'écriture inclusive, une représentativité imposée dans le cinema, les arts, la culture etc...avec une tendance à discriminer les hétérosexuels que l'ont désigne comme violents et homophobes.

Certaines féministes veulent faire croire que les rapports hétérosexuels sont systématiquement des rapports de domination/soumission à caractère patriarcal, alors que l'on rencontre autant de domination/soumission chez les homosexuel(le)s, notamment chez les lesbiennes. J'en connais qui sont plus machos que les mecs: grosses bécanes, démarches de cow-boys, chemises de bucherons ou pull dissimulant les traces d'une féminité, coupe à la brosse, vocabulaire de circonstance.

Je connais des couples homosexuel(les)s où l'un(e) s'appelle "ma femme" et l'autre "mon mari", reprenant les vieux schémas que nous avions tenté d'effacer !

Au lieu d'être une aventure partagée, la nouvelle homosexualité tombe dans un communautarisme (repli sur soi) en opposition aux hétéros !

  1. Puce être féministe, devient un combat contre les hommes considérés comme prédateurs /violeurs avérés ou potentiels.  Ici encore on est dans le lobbyisme. Une minorité transforme la recherche de parité et de convivialité (con vivere = vivre ensemble) en lutte entre les sexes à grand renfort d'amalgames, de clichés, d'interventions médiatiques !

J'observe que pendant qu'elles s'attaquent aux hommes, les néo-féministes occultent le sort réservé aux femmes, non seulement en France, mais dans de nombreux pays du monde !

  1. Puce La misandrie de certaines lesbiennes qui se disent féministes interpelle: en France Alice Coffin, militante écologiste à la mairie de Paris, qui n'est représentative d'aucun mouvement quoiqu'elle en dise, tient ce genre de propos : "Moi, en tant que femme, ne pas avoir un mari, ça m’expose plutôt à ne pas être violée, ne pas être tuée, ne pas être tabassée. Et cela évite que mes enfants le soient aussi". Et d'ajouter "Il ne suffit pas de nous entraider, il faut, à notre tour, les éliminer. Les éliminer de nos esprits, de nos images, de nos représentations. Je ne lis plus de livres des hommes, je ne regarde plus leurs films, je n’écoute plus leurs musiques. J’essaie du moins. [...] Les productions des hommes sont le prolongement d’un système de domination. Elles sont le système. L’art est une extension de l’imaginaire masculin. Ils ont déjà infesté mon esprit. Je me préserve en les évitant".

Voilà semble-il les signes d'une grande souffrance et d'une grande pauvreté mentale.

https://www.lefigaro.fr/culture/alice-coffin-les-hommes-je-ne-regarde-plus-leurs-films-je-n-ecoute-plus-leur-musique-20201002

  1. Puce Au Canada, Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des Femmes du Quebec, propose "l'interdiction et l'abolition des relations hétérosexuelles" au prétexte qu'elles seraient toujours violentes et sous la coupe d'une religion, elle suggère la "vasectomie obligatoire des garçons à partir de 18 ans" !

https://tonpetitlook.com/2020/01/30/les-propos-controverses-de-gabrielle-bouchard-et-leur-impact-sur-la-communaute-trans/`

J'imagine ces "femmes" aux pouvoir ? Rejetant l'homme en bas de l'échelle humaine, afin d'affirmer une suprématie (domination) féminine, plus machiste que les hommes ! Hitler en leggins et no bra !

  1. Puce A l'instar des communistes qui occultaient les massacres commis au nom d'une idéologie, les néo-féministes, en addiction à des mouvements anglo-saxons, se vautrent dans le #metoo: alors que l'Amérique du Nord qui se la joue puritaine, est le parangon de la débauche: un des plus gros producteurs de films pornos, le pays qui a le plus grand nombre de boites de striptease (c'est culturel chez eux), le pays où des centaines de milliers d'étudiant(e)s se réunissent chaque année (pour décompresser !) dans des orgies planétaires (chemsex à grand renfort d'alcool, de drogues et de GHB) comme les spingbreaks et autres burningman, c'est le pays où les garçons mais aussi les filles "enterrent leur vie de célibataire" dans des bordels etc...Les femmes déposent plainte pour un regard insistant, mais se "foutent à poil" dans de nombreuses occasions (regardez Youtube, Instagram, Tik Tok etc...)

Au lieu d'être une aventure commune, le féminisme est devenu sectaire, séparatiste, tyrannique, comme s'il n'était plus possible de vivre ensemble.

  1. Puce Être de gauche : depuis la "gauche caviar" de Mitterand (1980), Fabius, Kouchner, Strauss Kahn, Lang, Lalonde, Bedos, BHL, Hidalgo, Taubira, Tapie (à l'époque il la jouait business man "modèle de gauche") etc...le socialisme n'a plus grand chose à voir avec le socialisme et encore moins avec le peuple.

Pour reprendre les propos de Laurent Joffrin " une tribu tartuffe et désinvolte, qui aime le peuple et qui se garde bien de partager son sort...qui dit ce qu'il faut faire et ne fait pas ce qu'elle dit".

En dehors de quelques socialistes libertaires, souverainistes (J.P. Chevènement, M. Onfray, Alain Finkielkraut, Laurent Bouvet et quelques autres), aujourd'hui la gauche relève davantage de psittacisme que d'une manière d'être et de vivre en rapport avec une idéologie socialiste.

Les gens se prétendent de gauche en se définissant par opposition à ceux de droite: ils revendiquent le monopole de valeurs qu'ils refusent aux autres. Fondamentalement néo-libéraux (capitalistes), ils se croient démocrates, progressistes, égalitaires, sociaux, anti-racistes, anti-fascistes, écologistes, pro-immigration, multi-culturalistes. Beaucoup se reconnaissent dans le mouvement "Woke".

Ils seraient les seuls vertueux du système politique en opposition à tous ceux qui ne pensent pas comme eux, qu'ils qualifient de conservateurs, réactionnaires, xénophobes, complotistes, populistes, racistes, nazis, fascistes, totalitaires, localistes, homophobes, d'extrême droite...MDR !

Se rassemblant sous la banière "antifas", beaucoup de gauchistes du XXIème siècle sont adeptes d'une violence impressionnante qu'ils pratiquent au nom de la démocratie, rappelant certains régimes totalitaires et leurs millions de victimes.

De nombreux pays dits de gauche (appelés "républiques démocratiques") ont pratiqué et pratiquent tortures, épurations, génocides, fonctionnant en mode dictature : Russie, Chine, Bénin, Corée du Nord, Centre-Afrique, Congo etc...

  1. Puce être écologiste est également devenu un lobby où une minorité rêve d'imposer un diktat au reste du monde. L'écologie qui était une façon consciente d'être et de vivre ensemble en harmonie avec l'environnement, devient politique en quête de reconnaissance, de pouvoir, loin des origines concrètes, scientifiques, humanistes.

C'est toute la différence entre Greta Thunberg, militante agressive, qui ne doit pas comprendre grand-chose à ce qu'elle raconte et Pierre Rabhi, activiste pacifiste, qui a fait des choses concrètes pour défendre ses idées.

Quant aux Nicolas Hulot et autres Yannick Jadot, bobos de services, leur lobbyisme ne fait plus de doute. Intéressez-vous à leur mode de vie...

  1. Des maires "écologistes" dépensent des fortunes, grâce à nos impôts, pour planter des arbres, faire des pistes cyclables, mettre en circulation des vélos, des scooters électriques (qui coutent un bras en dégradations et en vols). Ils sont focalisés sur la création d'espaces verts, de tramway et de cantines bio, laissant le bois de nos forêts, nos terres cultivables, nos productions agricoles, nos entreprises partir à l'étranger, laissant le prix de l'immobilier s'envoler, privant les petits budgets de l'accession à la propriété, pendant qu'une partie de leurs administrés n'ont pas de logements décents, de travail, ni de quoi se nourrir décemment. On est loin de l'écologie !!!

  2. Paradoxalement, les écologistes actuels sont contre les gaz à effets de serre et la pollution, mais on ne les entend pas à propos la croissance hystérique qui en est la cause ! Ils ne semblent pas préoccupés par le fait que la voiture électrique est aussi polluante que la voiture thermique notamment au niveau de la production des piles. Ils ne semblent pas préoccupés par le fait que les datas centers, la fabrication et l'utilisation des smartphones et des tablettes numériques participent autant, voire plus, au réchauffement climatique que les avions ! Mais c'est le billet d'avion du Français lambda que Macron taxe "car bonne".

  3. Puce être antiraciste est à son tour un lobby(racialiste) qui se cantonne à exacerber des identités en se focalisant sur la couleur de peau.

Balayant les recherches de Claude Lévi-Strauss qui démontrait l'absurdité de la notion de race (Race et Histoire - 1952) des mouvements actuels remettent au goût du jour un concept obsolète : la race.

La discrimination sur la base de la pigmentation de la peau et des différences ethno-culturelles que nous souhaitions abolir est aujourd'hui exacerbée, voire utilisée à des fins de victimisation.

Seule la couleur compte et pas n'importe laquelle puisqu'on ne parle ni des asiatiques, ni des amérindiens, ni des polynésiens, ni des esquimaux pour évoquer la victimisation.

De plus en plus de "racialisés" ou "racisés", de "décoloniaux", "d'indigénistes", s'en prennent aux "Blancs" créant un racisme systémique que l'humanité a mis tant de temps à déconstruire. Sous couvert d'anti-racisme, des minorités développent le racisme inversé.

De nouvelles générations tendent à créer un apartheid anti-Blancs ! Le Ku Klux Klan change de camp et de couleur ! https://www.lefigaro.fr/politique/pascal-bruckner-un-antiracisme-scelerat-qui-reproduit-ce-qu-il-est-cense-combattre-20210328

  1. Puce je vous invite à lire L'antiracisme devenu Fou - Pierre André Taguieff - Hermann - 2021

Tous ces mouvements racisés, décoloniaux, indigénistes etc...ne semblent pas se rendre compte qu'ils(elles) vont à contre-sens et qu'ils(elles) n'auront plus rien à partager, pas même la richesse de leur particularité, de leur différence qu'ils(elles) ont troqué contre des packs de prêt à penser et une manière de vivre très anglo-saxone !

De Quebec à Paris, en passant par Standford et Londres ils vivent et pensent comme la gauche américaine: les flics, les Blancs sont pourris, racistes, les hommes sont sexistes, les hétéros sont "has been", tous ce que font les Blancs est assimilé au colonialisme et à la domination etc...

Ils(elles) s'approprient des tendances venues d'ailleurs, parce qu'ils(elles) ne semblent plus savoir qui ils(elles) sont, au point de devenir eux-mêmes les jouets (colonisés) de lobbies politiques et idéologiques.

  1. Puce Je reproche aux "racialisés", "indigènes", "LGBT","écolos" et autres de se contenter de copier ce qui se passe ailleurs(USA), de se vautrer dans l'inflation victimaire et la provocation (l'insolence selon Bouamama), au lieu de réfléchir ensemble, de partager des questions, des recherches de solutions, mais aussi des richesses, des cultures, des racines, des idées, comme ont tenté de le faire les générations précédentes. Ils(elles) sont tellement dans la certitude de ce qu'ils(elles) prônent !

  2. Puce Je regrette que nos enfants et petits enfants n'aient pas d'autres choix que de subir cette colonisation des cerveaux.

  3. Puce La musique "RAP"(Rock Again the Police) "née" aux USA sur un fond de lutte raciale, dont on nous abreuve en permanence sous couvert de culture ethnique, n'échappe pas à la règle et cantonne le talent à la médiocrité : Nick Konrad, Saïd Zouggagh, Freeze Corleone, Youssoupha, Booba, Gim's et autres, dans leur imitation de rappeurs américains semblent le confirmer. Il n'est question que de niquer (la secte du fuck off) les blancs, leurs filles, leurs femmes et même leurs grand-mères, de leur "foutre sur la gueule, dans le cul, de les dégager," etc !!!

On est loin des John Lee Hocker, Otis Redding, Stevie Wonder, Jimmy Hendrix, Santana, Wilson Picket, Donna Summer, Aretha Franklin ou Bob Marley et de centaines d'autres pour ne parler que des "colorés".

Je regrette que nos enfants et petits enfants aient de moins en moins accès à la diversité et à une culture de qualité.

Dans tous les domaines, tout n'est plus que Noir ou Blanc, avec une tendance à forcer le trait sur le "Noir". Ce qu'ils appellent multi-culturalisme !

Ce manque de choix et de diversité produit de l'insipidité et de la tristesse, de la mono-tonie, du rapport de force et du clivage.

    1. Puce Une partie de cette génération, pense que la couleur suffit pour avoir du talent. Que ce soit dans la musique, le cinema, les séries TV avec leurs "obligations minoritaires", les arts de la scène avec un humour "racial". Depuis quelques années, le fait d'être "racisé" voudrait être synonyme de "talent" !  

  1. Le talent n'a rien à voir avec la couleur ni avec les origines ! Qui n'exigerait pas qu'un chirurgien, un médecin, une infirmière, un pilote de ligne, un ingénieur, un réalisateur, un charpentier, un boulanger, un boucher, un tatoueur, soit formé et/ou diplômé, quelle que soit son origine et sa couleur. C'est d'abord le talent et la créativité que l'on partage ou que l'on vend. Si, en plus, il s'appuie sur des particularités culturelles qu'elles soient asiatiques, slaves, sud-américaines ou africaines, ce n'en est que mieux.

  2. Puce Yehudi Menuhin(1916-1999) était un violoniste exceptionnel, doué de naissance et imbibé de musique classique qu'écoutaient ses parents. Mais quel travail il a fait pour en arriver à son niveau. Cela n'a rien à voir avec le fait qu'il soit Juif.

Paul Simon & Art Garfunkel, Mark Knopfler, musiciens talentueux, ont des heures et des heures de pratique pour atteindre de tels niveaux de créativité, indépendamment du fait qu'ils soient juifs.

Le talent ne s'invente pas, soit il est inné, ce qui est relativement exceptionnel, soit il se développe à force de travail, de formation, d'expérience, de passion, de transcendance.

  1. Puce Grâce à internet et aux réseaux sociaux (bloggeuses, influenceur(seuse)s, autres vidéastes amateurs etc...) et grâce à la télé-réalité, n'importe qui peut devenir célèbre sans avoir à fournir d'effort considérable.

"Ces émissions vendent aux téléspectateurs comme aux participants la promesse que tout le monde a la possibilité de devenir célèbre du jour au lendemain. Elles reposent encore et toujours sur le mythe du vilain petit canard qui se métamorphose en cygne. Alors que dans certaines émissions les participants doivent en plus chanter, danser et défiler comme des mannequins, dans d'autres comme big brother ce n'est même plus nécessaire, les participants accèdent à la célébrité du simple fait d'avoir réussi à passer dans l'émission et plus longtemps ils y restent plus leur célébrité est forte".17

Avec l'uniformisation orchestrée par la mondialisation, nous perdons la diversité et la richesse que proposaient les artistes, chanteurs, groupes, metteurs en scène, philosophes, auteurs, du monde entier.

Aujourd'hui tout le monde réclame sa part du gâteau sans effort, sans travail, sans compétence, et souvent sans talent.

Depuis le début du XXIème siècle, il suffit d'être "décomplexé" et opportuniste, d'avoir un peu de baratin ou une anatomie plaisante, de savoir utiliser une caméra video pour devenir bloggeur(se) ou influenceur(ses), se faire un maximum de lecteur(trices) et gagner beaucoup d'argent facilement, grâce au marketeing d'influence, à la télé-réalité et au grégarisme des gens à qui on s'adresse.

Youtube, Twitter, Facebook, TikTok, regorgent de vidéos de jeunes qui enfilent des bikinis, des leggins (try on hall), donnent des conseils de nutrition, de maquillage et de fitness, sans aucune compétence, sans avoir besoin de faire d'études. Le seul talent étant d'être éventuellement "sexy" et d'être suivi(e) par des millions de followers ("welcome back to my channel").

Le système qui les a fait "naitre" les porte au rang de stars, dans tous les médias, laissant croire à la jeunesse qui les adule, qu'il suffit de "ça" pour réussir. Ça étant le miroir aux alouettes que le système a mis en place pour les capturer.

Pour beaucoup d'autres faire des études, chanter, jouer au foot, vise d'abord une carrière et ses revenus, une notoriété, avant la réalisation de soi ou d'une passion. Combien d'histoire d'amour sont secrètement basées sur la carrière, les revenus, le standing d'un partenaire ? Tout le monde est invité à vivre, agir et penser de façon identique en conformité avec le politiquement correct.

  1. Puce Pour ceux qui n'ont pas l'électricité à tous les étages: je ne dis pas que c'était mieux avant et que tout ce qui se fait maintenant est mauvais, je constate qu'une hyper-narcissisation, la paresse et la délégation d'une réflexion sur le sens de la vie à d'autres risquent d'aboutir à une mutation profonde et irréversible de notre civilisation, tant sur le plan humain que culturel. Nous allons vers un appauvrissement culturel, psychologique et social désolant.

Confondre talent et "race" risque de renforcer la ségrégation et d'appauvrir les futures générations.

  1. Puce la violence est aujourd'hui permanente et présente partout, souvent sur base communautariste. Alors que nous rêvions d'un monde rempli d'amour et de paix (cela en a fait sourire beaucoup), les nouvelles générations distillent de la haine et de la violence qu'elles imposent aux autres.

On peut entendre et comprendre la souffrance de certaines minorités, avec respect et compassion. Mais en voulant imposer leur idéologie, les minorités identitaires sont passées rapidement en mode haineux et violent

Grâce aux réseaux sociaux et à certains médias, la violence se pratique en permanence, voire sur invitation, contre n'importe qui, par lynchage virtuel, politique, physique, parfois dans l'anonymat (pseudonymes), souvent avec l'assentiment de "groupes idéologiques" et de médias qui y voient de l'audience.

De prétendus "humoristes", des animateurs, des journalistes jouent aux snipers, tirant sur tout ce qui ne relève pas de l'idéologie de "gauche bien pensante", à la limite du totalitarisme. Nombreux sont ceux qui jouent aux spécialistes du clash, du buzz, dont les fans se régalent.

Si les émissions TV où l'on humilie, lapide, ridiculise certains invités sont très tendance depuis la fin du XXème siècle, depuis quelques années, au niveau politique, médiatique et social, la violence verbale et la dérision sont devenus des armes de guerre.

Les mots sont détournés de leur signification première, sortis de leurs contextes, les situations sont instrumentalisées, les personnes sont diabolisées, afin de leur donner des intentions différentes de ce qu'elles sont réellement.

Les menaces de mort, les interdictions de s'exprimer, les agressions publiques, les décapitations virtuelles deviennent courantes.

Les pseudos-journalistes (crocs-niqueurs) se transforment en juges et leurs médias en tribunaux. La plupart des médias actuels se substituent à la police et à la justice, au nom de la liberté d'expression qu'ils revendiquent pour eux mais jamais pour les autres. La présomption d'innocence, la déontologie, l'éthique n'existent plus.

Nombreuses sont les chaines de radios et de télévisions qui n'acceptent plus que certaines personnes soient invitées à cause de leur idées (sur les chaines du service public c'est une atteinte à la démocratie), quand elles acceptent c'est pour mieux les démolir publiquement, à la limite de la diffamation.

Au quotidien la violence et la haine consistent majoritairement à menacer de mort,  à égorger, décapiter, fusiller, ce qui relève d'une culture féodale et barbare. Lorsque des armes sont utilisées, il s'agit d'armes blanches, d'armes de guerre (AK47) ou de véhicules pour faire le plus de carnage possible. https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/10/02/a-marseille-decouverte-d-un-arsenal-de-guerre_6096883_3224.html

Fait de société que nous n'avons pas connu au XXème siècle: comme en Colombie, en Sierra Leone, au Libéria, au Nigeria et dans les banlieues américaines, en France des gosses de 11/14 ans se trucident sans états d'âme, pour des motifs qui ne dépassent pas un regard mal interprété, une zone de deal ou le besoin de faire "ses preuves" comme dans les gangs américains.

De plus en plus d'enseignants se font tabasser, voire menacer de mort par leurs élèves, pour une remarque, un devoir non rendu, un cour qui a déplu etc...

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/enseignante-agressee-au-lycee-montaigne-le-lyceen-defere-devant-le-parquet-20211202

  1. PucePour résumer : s'il est normal que chaque génération soit différente de celle qui la précède, un abîme semble se creuser davantage que d'habitude entre les nouvelles générations et les générations précédentes.

  2. Puce Depuis quelques années, en France et ailleurs dans le monde, nous voyons apparaitre des tendances développées aux U.S.A depuis une trentaine d'années par des minorités en mal d'identité, par des intellectuels blancs et noirs néo-libéraux de gauche, par des milliardaires opportunistes et leurs campus new-age.

Nous assistons à une véritable colonisation, de la France, de l'Europe et du monde par des idéologies d'outre-atlantique: Woke, Black Life Matters, Cancel Culture, LGBT+ etc..

L'indigénisme est une colonisation propre à la France, d'origine arabe. Le Maghreb ayant été lui-même colonisé par les arabes.

C'est le grand retour de l'inquisition du moyen âge. Quel progrès !

Sous couvert de quête et défense identitaire, ces minorités(lobbies) cherchent à modifier/rayer une civilisation au profit de modèles de pensée, de façon d'être, de normes, en décalage avec des valeurs universelles qu'elles qualifient de coloniales et patriarcales, à grand renfort de clichés, d'amalgames, de culpabilisation, de violence et de haine, sachant qu'en haut de l'échelle se situeraient la femme et/ou l'homme de couleur, les homosexuel(le)s, et qu'en bas se trouvent les hommes "Blancs" racistes, sexistes, homophobes, colonialistes et pourquoi pas antisémites !

Un véritable racisme maquillé en anti-racisme !

"Nous peinons souvent sous le fardeau de notre identité, réduite à des critères trop restrictifs: nationalité, sexe, couleur de peau, religion, classe sociale, et autres concepts et constructions mentales réductrices. Nombreux sont ceux d'entre nous qui s'enferment dans l'opposition entre moi et les autres."14

  1. Puce Les générations actuelles sont devenues plus sectaires, intolérantes, violentes que ce que nous avons pu l'être, approfondissant de façon inquiétante la faille inter-générationnelle...

  2. Puce J'observe que ces différentes minorités "identitaires" et leurs promoteurs ont le même mode opératoire:

1 - une précarité argumentaire et l'abus d'amalgames:

qui semblent relever d'un manque de réflexion, de prise de conscience, de connaissances.

Sans recul, il n'y a pas de place pour le doute. On engrange, on répète des formules que d'autres font circuler. Bourré de certitudes on affirme des choses comme si cela allait de soi, souvent sans que les faits soient avérés.

Rien ne fait référence à des recherches approfondies, rien ne relève d'une construction intellectuelle, d'une approche scientifique ou historique, voire d'une réflexion étayée. Quand on évoque des statistiques, elles sont systématiquement niées ou ignorées, voire manipulées. Les références, quand il y a en a, sont réduites et ciblées. On balance des "vérités" uniquement construites sur des impressions, du ressenti, des slogans idéologiques, et parfois de cas isolés transformés en généralités.

  1. Puce Camélia Jordana dans l'émission "On n'est pas couché " du 23 mai 2020, dénonce les violences policières. https://www.acrimed.org/Camelia-Jordana-le-debat-sur-les-violences

"Il y a des hommes et des femmes qui se font massacrer quotidiennement en France, tous les jours, pour nulle autre raison que leur couleur de peau"..." Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie ". 

A-t-elle des chiffres officiels sur le nombre d'hommes et de femmes qui se font massacrer chaque jour à cause de la couleur de leur peau en France ?  A quoi correspond cette généralisation ?

N'y-a-t-il pas des personnes qui se font massacrer en France parce qu'elles sont femmes, parce qu'ils sont homosexuels, parce que ce sont des enfants, parce qu'ils(elles) sont vieux ? Voir les chiffres officiels.

  1. - Combien y-a-t-il d'hommes et de femmes, toutes couleurs confondues, qui se font massacrer en France par des voyous, des névropathes, des psychopathes, des chauffards, sans autre raison que de nuire ou prendre du plaisir ?

  2. Puce Rama Yade, Senegalo-Française, ex-secrétaire d'état de Sarkozy, qui vit à Washington, réapparait dans les médias se plaignant de "se sentir micro-agressée par la statue de Colbert lorsqu'elle vient à Paris", extrapolant que la France est raciste.

La statue de Colbert ne la dérangeait pas à l'époque où elle vivait en France ! Colbert serait lié au "code noir" qui régissait le traitement des esclaves en Martinique, il y a 400 ans !

Fille de hauts fonctionnaires Sénégalais, elle n'est pas descendante d'esclaves. Opportuniste, elle semble chercher à se faire un nom dans le mouvement woke, aux yeux des Américains, qui adorent ces frenchies racisées qui crachent dans la soupe. Cela ne semble pas la gêner de cohabiter avec G. Washington qui a été propriétaire d'esclaves et dont personne n'oserait déboulonner la statue. MDR !

  1. Puce Elisabeth Moreno (ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances) Sandrine Rousseau, évoquent régulièrement les discriminations faites aux femmes de façon tellement caricaturale qu'elles portent atteinte aux femmes.

Le 16 décembre 2021 (dans l'émission face à Zemmour de Hanouna), Moreno développe une image des femmes avilissante en les cantonnant à des emplois qui les exploitent, sous-payés, non qualifiés. Elles ne seraient que femmes de ménage, n'accompliraient que des tâches pénibles, leurs journées de travail commençant très tôt...

Si cela peut être vrai parfois, ce n'est pas une généralité. D'autant plus qu'il y a autant d'hommes qui sont exploités, mal rémunérés, qui commencent leur journée de bonne heure. C'est oublier que des millions de femmes se réalisent dans des emplois qu'elles ont choisis, pour lesquels elles se sont formées.

Elle a ce regard méprisant de "bourgeoise de gauche" qui me dérange encore plus chez une ministre de l'égalité: en quoi être femme de ménage, caissière, vendeuse, ouvrière serait péjoratif ? Si des femmes font le ménage, il y a des hommes égoutiers, éboueurs, mineurs, coursiers, livreurs. Si les femmes se lèvent de bonne heure, il y a des millions d'hommes qui se lèvent encore plus tôt pour aller bosser. Que ferions nous sans ces professions ? Il n'y a qu'à voir ce qui se passe dans une ville lorsque les éboueurs font grève. Qui sont ces femmes qui parlent au nom des autres ?

  1. Puce Un collectif indigéniste (Front de mères) organise ses communications et ses actions autour d'assertions concernant les enfants "noirs et arabes" qui seraient victimes permanentes du racisme, du colonialisme français : à l'école, dans la rue, dans les sports, dans les formations professionnelles et les diplômes etc...Argumentant que les jeunes seraient violents dans les quartiers à cause de la police et du racisme, ils seraient en difficultés scolaires à cause du système éducatif colonial, ils ne  trouveraient pas d'emplois à cause de leurs origines  etc...

Sur quels chiffres et sur quelles réalités se base cette association.

Combien d'enfants issus de l'immigration, colorés ou pas, sont réellement victimes de la police, sont réellement en échec scolaire ? Combien d'autres ont fait et font des études brillantes, combien étaient et sont des sportifs accomplis, combien ont des professions respectables, que ce soit vendeur(se) en prêt à porter, esthéticiennes, infirmier(ère), avocat(e) ou médecin ?

"L'un des pires ennemis de la pleine conscience est le processus de sur-identification, dans lequel l'impossibilité de prendre du recul par rapport à son drame personnel empêche tout discernement dans l'instant. Il est très difficile d'être conscient de ses émotions douloureuses lorsque l'on est en proie a son propre jugement ou à l'impression d'être coupé des autres".16

  1. Puce  On affirme que les Français sont "racistes" ? Sont-ils tous racistes ? Sur quoi se base-t-on pour l'affirmer ? A partir de quelles statistiques ? A partir de quels faits observables ? Y-a-t-il des chiffres officiels qui permettent de le constater ? Est-ce du racisme, de la xénophobie ou de la discrimination ?

  2. Puce Carolin Emcke20, journaliste "woke" Allemande, dans sa lutte contre la haine, fustige de façon systémique les blancs occidentaux auxquels elle reproche racisme et discrimination, évoquant entre autre les persécutions dont sont victimes les homosexuel(le)s et les transgenres.

Elle se base sur des exemples comme la tuerie d'Orlando de juin 2016 qui a fait 49 morts et 50 blessés dans un club LGTB. Elle omet de dire qu'il s'agit d'un seul tireur, qui en plus n'est pas représentatif des américains blancs puisqu'il s'appelle Omar Mateen qui a annoncé à la police faire ce massacre au nom du prophète.

Elle cite des chiffres recensés par une association Transgenre (Trans Murder Monitoring Project) faisant apparaitre qu'entre janvier 2008 et avril 2016, 2115 personnes sont mortes suite à des violences homophobes et transphobes dans 65 pays du monde, dont 1654 rien qu'en Amérique du sud et centrale, ce qui n'est pas très représentatif du monde blanc occidental. D'autant plus qu'elle omet sciemment de mentionner que l'homosexualité est criminalisée, voire passible de peine de mort dans de nombreux pays musulmans. On peut se demander si les omissions sont anodines.

Combien de femmes, d'enfants, de personnes âgées, de catholiques, de personnes de couleur dont le blanc etc...sont mort(e)s suite à des violences de la part de personnes mal-intentionnées dans le monde chaque minute, chaque jour, chaque année ?

Il ne s'agit pas de relativiser, ni de minimiser les persécutions homophobes, mais de dire qu'il y a des milliers, voir des millions de victimes dans le monde du fait ne pas être la bonne personne, au bon endroit au bon moment...

Trois catholiques ont été égorgé(e)s pendant leur prière dans une église de Nice par un musulman. Est-ce que cela permet de penser que tous les catholiques sont en danger et que tous les musulmans sont dangereux ?

C'est la discrimination en général qu'il faut dénoncer et attaquer le droit que s'accorde certains de décider que l'autre doit subir ou mourir pour ce qu'il(elle) est.

  1. Puce Lorsqu'en Octobre 2021 Maïtena Biraben écrit sur twetter qu'il y a trop de blancs au meeting de Zemmour à Biarritz, ne fait-elle pas du racisme inversé en jouant à l'anti-raciste ? Qui aurait l'indécence de dire qu'il y a trop de noirs dans un meeting politique au Sénégal ?

Etait-il interdit aux personnes de "couleur" d'assister aux meetings de Zemmour ?

Il semble que non. Par contre les personnes de couleur qui assistent à ses meetings sont insultées, dénoncées comme traitres (negro de service), voir menacées de décapitation et de mort, par les "antiracistes". 

https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/negre-de-maison-un-militant-de-zemmour-vise-par-des-insultes-et-des-menaces-racistes-20211206

Qui cherche à empêcher le public d'accéder aux meetings de Zemmour ou de Lepen, qui agresse le public qui se rend à ces meetings de façon à le dissuader de s'y rendre ? Quel gouvernement ferme les yeux sur ces manifestations de violence anti-démocratique ?

On a le droit de ne pas être d'accord et de critiquer ceux qui pensent différemment, de là à s'octroyer le droit de mort ? Peut être que Mme Biraben devrait revoir sa copie.

La peine de mort n'a t elle pas été abolie en France depuis 1981 ? Aujourd'hui qui le garantit ?

A quel titre peut-on juger et traiter ceux qui sont en désaccord avec l'idéologie gauchiste ambiante, de nazis, de fascistes, de colons, d'extrême droite ? Que fait-on de la démocratie ? Du droit à la différence ? A-t-on encore le droit de ne pas être d'accord, voire d'appartenir à d'autres courants philosophiques, politiques, idéologiques, religieux, en France et en Europe ?

Une génération réactive le levier du "racisme" alors que ce concept est dépassé depuis longtemps. Tout le monde sait que ce qu'on appelle racisme est de la discrimination, puisque nous appartenons tous à la race humaine. Ce qui n'enlève rien à la gravité du phénomène quand il est avéré.

Ne trouve-t-on pas de la "discrimination" dans toutes les ethnies, dans toutes les populations, entre elles, et envers tout ce qui diffère d'elles ? Les massacres passés et actuels auxquels on assiste partout dans le monde semblent me donner raison.

  1. Puce Lisez l'histoire du monde et observez l'actualité, l'homme "blanc" n'a pas le monopole du "racisme" et de la discrimination ! Ce qui ne nous exonère pas d'y réfléchir et d'y remédier.

  2. Puce Lorsqu'on évoque la "décolonisation", de quelle colonisation parle-t-on ? Uniquement de celle des "blancs" ? A quel titre ?

A ma connaissance les colonisations ont commencé bien plus tôt et plus longtemps que celles entreprises par les pays Occidentaux: la colonisation de l'Afrique et de l'Asie a commencé avec des colonisations indigènes (tributs entre elles), puis exogènes ( par des étrangers).

Les Grecs et les Romains ont colonisé une partie de l'Europe et du bassin méditerranéen, les Mongols ont colonisé une partie de l'Asie et de l'Europe de l'Est, les Vikings ont colonisé une partie de l'Europe et le nord de l'Amérique, les Moghols(perses) les arabes et les Ottomans ont colonisés une partie de l'Asie, du Moyen Orient, de l'Afrique, les Japonais ont tenté de coloniser une grande partie de l'Asie du Sud Est, la Russie a colonisé et annexé de nombreux pays limitrophes etc...

La néo-colonisation actuelle de l'Afrique, d'une partie de l'Asie, et progressivement de l'Europe, par la Chine et la Russie, ne semble poser de problèmes à personne !

Cela ne semble pas déranger les Franco-Africains de voir leurs pays respectifs dépossédés de leurs terres, de leur agriculture, de leurs minerais par la Chine et la Russie.

- https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/12/01/l-europe-presente-son-projet-a-300-milliards-d-euros-pour-contrer-les-routes-de-la-soie-chinoises_6104361_3234.html

- https://www.ouest-france.fr/monde/centrafrique/l-union-europeenne-denonce-l-influence-russe-en-republique-centrafricaine-238c7524-51e0-11ec-99ce-b2ec8146a306

  1. Puce je vous invite à lire: L'imposture décoloniale - Pierre André Taguieff - L'Observatoire- 2020

Il serait peut être utile de lire l'histoire des civilisations et des colonisations depuis l'antiquité. Informez vous sur les nouvelles routes de la soie et la fameuse BRIT (Belt and Road Initiative), sur le rôle des interventions du Wagner Group en Afrique.

Quant à la néo-colonisation occidentale des pays du sud: exploitations pétrolières, minières, agricoles, industrielles, commerciales, humaines etc... pendant que les Chinois et les Russes prennent le monopole, il est inopportun de reprocher à l'ensemble des Français le néocolonialisme de groupes de spéculateurs qui ne sont pas représentatifs du peuple Français, même s'ils agissent sous couvert du gouvernement Français. Nous ne sommes pas Areva, Total, Lafarge, Carrefour etc... !


Petit dictionnaire:

La colonisation est une expression utilisée dans différents contextes, mais toujours dans le sens du peuplement et de l’occupation d'un espace.

Elle est un processus d'expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires se déroulant sous la forme d'une migration, d'une occupation plus ou moins rapide voire d'une invasion brutale d'un territoire. Dans ses formes les plus extrêmes, la colonisation peut s'accompagner d'une marginalisation, d'une réduction et, dans les cas les plus féroces, de massacres ou de génocide des populations autochtones.


  1. Puce Une immigration de masse imposant une culture, des croyances, des valeurs aux pays d'accueil ne pourrait-elle pas être une forme de colonisation ?

  2. Puce Les mouvements "identitaires" avec le diktat qu'ils imposent en tentant d'effacer une culture, voire une civilisation, ne relèvent-ils pas d'une forme de colonisation ?

Qui sont ceux qui veulent nous faire la leçon sur le colonialisme ? N'auraient-ils pas des ancêtres qui étaient colons, bien avant nous, qui ont massacré d'autres ethnies pour leur imposer leur hégémonie et leur ADN ? L'homme "blanc" n'a pas le monopole du colonialisme ! Ce qui ne nous exonère pas d'y réfléchir et d'y remédier quand il y en a.

  1. Puce Lorsqu'on évoque le "sexisme" des hommes: tous les hommes sont-ils sexistes ? De quels hommes parle-t-on ? Des hommes "blancs" ou des hommes en général ? Lorsque les LGBT+ crachent sur les hommes, sur quelles bases le font elles ? Des expériences vécues ? Combien ? Sinon sur quels faits ou quelles études étayent-elles leurs affirmations ? Il est vrai que 120 à 180 femmes meurent chaque année en France sous les coups de leur conjoint, c'est vrai qu'il y a de plus en plus de viols, cela permet-il de dire que 30 millions d'hommes Français sont violents ou prédateurs ?

Je reconnais que les peines encourues sont ridicules comparées à ce qu'ils font subir aux femmes et à leurs familles. Ce n'est pas nous qui prônons la réhabilitation de ces gens à !

S'il y a des hommes blancs qui sont sexistes, machos, violents, par tare ou manque d'éducation, il y a des cultures où les hommes sont majoritairement sexistes et machos par tradition ou par religion, où les femmes doivent être et rester soumises ! Le rappeler est taxé de racisme par Carolin Emcke20 et les autres.

Je ne vois pas beaucoup de féministes agir contre l'exploitation et la soumission des femmes dans le monde ! Ce sont des femmes qui pratiquent l'incision et l'infibulation sur d'autres femmes, pour le plaisir des hommes (Afrique), même dans les ethnies matriarcales ! Ce sont des femmes qui imposent à leurs belles-filles d'avorter quand elles sont enceintes de filles (féminicide en Inde). Ce sont des femmes (les marieuses) qui marient les filles de 12/14 ans à des hommes deux à trois fois plus âgés qu'elles (Moyen Orient, Afrique, Amérique du Sud).

  1. Puce Informez-vous sur les traditions d'initiation sexuelle au Malawi, sur les rites de mutilations sexuelles des femmes dans de nombreuses ethnies africaines, sur les mariages forcés (arrangés par euphémisme).  La Chine, qui a pratiqué la politique de l'enfant unique, à priorité masculine, pendant des décennies, se trouve en déficit d'au moins 80 millions de femmes. J'ai vu des Chinois acheter des femmes sur les marchés ethniques à la frontière du Vietnam, comme on achète des vaches et des cochons. De plus en plus de Pakistanaises, des filles du Myramar et des Philippines, de familles pauvres, sont vendues contre leur gré à des acheteurs chinois, qui les considèrent et les traitent comme des marchandises, parce qu'ils ont payé !

https://www.francetvinfo.fr/societe/violences-faites-aux-femmes/trafic-d-etres-humains-des-femmes-pakistanaises-vendues-a-des-hommes-chinois_3497663.html

https://www.hrw.org/fr/news/2019/03/21/myanmar-traite-de-femmes-et-de-filles-transportees-en-chine

  1. Puce Les féministes semblent avoir des thèmes de prédilection: si les "néo-féministes" manifestent lors de violences conjugales, je ne les entends pas lors d'enlèvements, de viols, de meurtres de femmes, en France, au Moyen Orient, en Afrique !

Je n'entends pas les féministes-indigénistes lorsque des Algériens égorgent des enseignantes devant leurs élèves, lorsque des Afghans font exploser une école de filles, tuant des gamines parce que les filles n'ont pas à être scolarisées.

https://www.lci.fr/international/video-afghanistan-au-moins-50-morts-dans-des-explosions-devant-une-ecole-de-kaboul-2185613.html

Le néo-féminisme semble être un "sport intellectuel" que l'on pratique dans des bouquins, les universités, dans des salons "bobos", dans des associations opportunistes (qui vivent de subventions d'état), sur des plateaux de télévision, sur les boulevards parisiens. 

L'homme "blanc" n'a pas le monopole du sexisme et de la violence sur les femmes ! Ce qui ne nous exonère pas d'y réfléchir et d'y remédier quand cela se produit.

S'il est nécessaire de veiller à l'éducation des garçons afin qu'ils se construisent une personnalité moins narcissique, moins égocentrique, davantage respectueuse des autres, il serait intéressant de veiller à l'éducation des jeunes filles notamment en les éveillant au respect d'elles-mêmes.

  1. Puce depuis quelques années une pandémie de nudies, prônées par des "célébrités en quête de like qui passent leur temps à se dénuder sur leurs comptes Tweeter ou Instagram" amène des collégiennes, des lycéennes à se dénuder sur les réseaux sociaux et à trouver cela normal parce qu'à la mode. Snapchat et Tik Tok regorgent de spots provocants d'adolescentes ! Je pense que le respect commence par soi-même. Mais où sont les féministes dans cette pandémie d'hypersexualisation ?

https://www.atlantico.fr/article/decryptage/la-fille-bien-et-la-putain---cette-double-exigence-societale-qui-pousse-les-adolescentes-a-envoyer-des-selfies-nues-a-leur-copain-dan-velea-pauline-escande-gauquie-mathilde-debry

  1. Puce Qu'est ce qui fait le buzz au Festival de "C......", les artistes de talent ou les femmes à moitiés dénudées qui foulent le tapis rouge ? Les chaines de télévision qui aboient avec les féministes veillent-elles à ne pas utiliser les femmes comme "potiches" dans leurs divertissements ?

  2. Puce Le gouvernement Macron interdit l'utilisation d'animaux dans les spectacles a-t-il pensé à interdire l'exploitation des femmes et leur sensualité dans les divertissements ? On n'a plus le droit dresser des dauphins ou des lions pour divertir un public, mais on peut continuer à déshabiller et faire danser les femmes à Pigalle, au Crazy Horse, à la télévision !

  3. Puce Miss France "énerve" les néo-féministes, mais pas Pigalle, ni le Lido, ni les nudies ! Cherchez l'erreur. Tout cela est d'une logique...C'est vrai que pour un Chinois ou un Russe la France c'est le Moulin Rouge alors que Marineland, ils n'en ont rien à foutre.

Et pourtant il y aurait des choses à dire sur Miss France.

Je regrette que les féministes ne s'intéressent qu'aux apparences.

Miss France est censé être un concours de beauté, intérieure et extérieure, afin de promouvoir l'essence et la particularité de la femme Française quelque soit sa couleur et ses origines ethniques. Manque la diversité des statuts sociaux ! 

- Si des décors, des vêtements et des chorégraphies les mettent parfois en valeur, la plupart des déhanchés et des accoutrements qu'on leur impose sont avilissants et inutiles.

- S'il est important qu'elles s'expriment afin de faire découvrir leur personnalité, la monotonie et l'insipidité des textes, des tons de voix, qu'on leur impose entrent en contradiction avec la diversité et les particularités.

- Le jury est généralement composé de "plouks" issus du courant mainstream : influenceur(seuse)s, chanteur(euse)s, animateur(trice) télé, acteur(trices)s, humoristes etc.... Plouks dans le sens commun où ils (elles) ne sont pas "équipés" pour évaluer ce qu'est une jolie femme, en dehors du ressenti. Je verrai mieux des esthètes à leur place: couturiers, photographes de mode, peintres, sculpteurs, poètes, philosophes...

- La discrimination majeure se situe au niveau socio-culturel: faut-il impérativement qu'elles soient en master de business, en écoles de marketing, de communication, en 3ème année de médecine ou de pharmacie ?

Il n'y aurait pas de belles personnes chez les non-diplômées d'études supérieures ?  Il n'y a pas de belles personnes qui ont un CAP, qui travaillent comme vendeuses ou comme caissières, voire demandeuses d'emploi ? Les femmes qui n'ont pas fait de hautes études ne seraient-elles pas capables de réfléchir, de dire des choses sensées, d'avoir de la culture et de l'éducation, de se mettre en valeur ? Cette discrimination me dérange, pas les féministes semble-t-il !

Au regard de cet événement la femme française serait une coquette, universitaire légèrement immature, qui se contente de sourire, de parler d'humanitaire, de hanter les plateaux de télévision, avec son écharpe et son chaperon. Dommage !

Pas étonnant que l'on fasse poser Zahia Dehar nue avec le nom des découpes de viande sur le corps, pour la publicité des anti-spécistes(PeTa): "Nous sommes fait des mêmes morceaux - Ayez un coeur, devenez végétarien(mais restez voyeurs)".

2- L'absence de débat:

débattre suppose qu'il y aie une volonté sinon d'échanger, au moins de confronter des idées. Cela suppose de se mettre en position de s'exprimer, d'argumenter, mais aussi d'écouter, si possible avec respect et sans violence. Cela suppose également un minimum de connaissances des thèmes débattus.

Un débat avec Aymeric Caron, Yassine Belattar, Patrick Cohen, Bernard Henri Levy, Geoffroy de Lagasnerie et d'autres se résume à des insultes, des jugements de valeurs, fantaisistes et agressifs. Ils pratiquent l'idéologie de Staline: ""si tu ne penses pas comme moi, c'est que tu es contre moi. Si tu es contre moi, il faut t'éliminer".

Un "débat" avec Macron se résume à de longs monologues ourlés de promesses qu'en même temps il ne peut tenir...

Le cabotinage et la tendance au show médiatique de Mélanchon passe avant les idées souvent intéressantes qu'il peut avoir. Un débat avec Zemmour est souvent lassant, même si certaines de ses idées sont intéressantes. S'il a une culture que beaucoup de ses détracteurs n'ont pas et s'il maitrise l'art d'argumenter, sa tendance à vouloir toujours avoir raison et le mot de la fin ne facilité pas le débat.

Un débat qui ne repose que sur du ressenti, des impressions, du show, de la des citations, de la commune-niquation à sens unique ne va pas très loin.

Depuis quelques temps en France il ne semble plus possible de débattre sans insultes, sans violence, sans catégorisation, au point de vider, de banaliser les mots de leur sens.

Il n'est plus possible d'exprimer un désaccord sans être catalogué de façon péjorative de nazi, fasciste, raciste, populiste, complotiste etc...

Ne pas être d'accord avec BHL, Belattar, Cohen, de nombreux gauchistes et les macroniens vous classe systématiquement à l'extrême droite ! Belle leçon de démocratie !

Alors que l'on doit pouvoir ne pas être d'accord sans pour autant devoir être flagellé, voire exclu ou interdit de penser comme le souhaite P.Cohen. Ne pas être d'accord n'implique pas systématiquement de la haine ou de la violence.

- On peut critiquer un gouvernement, lui reprocher des erreurs stratégiques, lui reprocher de ne pas tenir ses promesses, lui attribuer des intentions qu'il a ou qu'il n'a pas, surtout s'il manque de transparence, sans pour autant être complotiste ou populiste.

- On peut avoir des affinités avec des homosexuels tout en n'étant pas d'accord avec la PMA et la GPA. On peut avoir du mal à comprendre les trans-genres ou les queers, sans pour autant les exclure. Ce n'est pas ça l'homophobie, ni la transphobie.

- On peut respecter les juifs tout en n'étant pas d'accord avec certaines de leurs pratiques, ou leur politique à l'égard de la Palestine. Ce n'est pas ça l'antisémitisme.

- On peut critiquer la radicalisation islamique et la charia, voire certains versets du Coran, tout en respectant les musulmans. Ce n'est pas ça l'islamophobie.

- On peut s'inquiéter d'une immigration massive incontrôlée et ses conséquences économiques, cuturelles et sociales sans pour autant en vouloir aux migrants. Ce n'est pas ça être raciste, fasciste ou nazi.

  1. Puce L'extrapolation de ces qualificatifs (nazi, fasciste, raciste etc...) comme les interventions des "antifas" dans certains meetings, les accusations des indigénistes n'ont pas d'autre but que d'intimider, de culpabiliser, stigmatiser, diaboliser, faire taire au profit d'une idéologie qui se voudrait dominante et vertueuse. On prête à l'autre des intentions qu'il n'a pas afin de maquiller le totalitarisme d'une idéologie qui tend à s'imposer.

Le même ressort est utilisé pour les génocides. C'est le moteur de la haine contre l'autre: lui prêter une intention qu'il n'a pas, le disqualifier, le présenter comme monstre, comme ennemi, ou l'inverse comme quantité négligeable, comme inexistant ou ne méritant pas d'exister. C'est ce que faisaient autrefois certains colons, certains racistes, les communistes, les nazis, c'est ce que font aujourd'hui les anti-racistes, anti-fascistes et autres minorités identitaires.

"Tout comme la reconnaissance et le respect présupposent la connaissance de l'autre, le mépris et la haine présupposent souvent la méconnaissance de l'autre".20

Aujourd'hui, il ne semble plus possible en France d'avoir des débats démocratiques. C'est très grave !

Ces "militants", les médias et les politiques qui les soutiennent, balancent des affirmations, mettent en place des manifestations, sur la base de ressentiments fondés sur des extrapolations, voire une paranoïa (victimaire) hystérique. Ils(elles) tendent à faire passer un ressenti pour la réalité. Un ressenti n'est qu'une façon de percevoir une réalité avérée ou non, mais ce n'est jamais la réalité.

Cela ne suffit pas pour confronter des idées, poser des diagnostics, s'engager dans une résolution de problèmes !

Le pire est lorsqu'ils(elles) sont soutenus par des "experts", journalistes ou "sots-ciologues". Sous couverts "d'une science, d'un pouvoir ou d'une liberté" qu'ils revendiquent pour eux mais jamais pour les autres, les plus virulents d'entre eux tendent à faire passer des ressentiments, des impressions, des idéologies, parfois étayés de statistiques auxquelles on peut faire dire n'importe quoi, en débat d'idées, rendant toute confrontation impossible, parce que comme le dit Fatiha Agag-Boudjhlat "l'Eglise de Sociologie"ne produit pas de la science mais de la norme".

"Ce sont les sociologues et les médias qui la définissent, avec cette dimension performative propre à la sociologie qui prétend dire et analyser le réel. Prétendant en rendre compte de manière intelligible, ils en créent un simulacre commode."14

Personne ne cherche à réfléchir ensemble, à s'exprimer et échanger démocratiquement, pour élaborer des réponses satisfaisantes aux problèmes.

Pas de partage ni d'ouverture possible, pas de prise de recul, pas de place pour le doute. On condamne sans réquisitoire. C'est très proche du totalitarisme !

Afin de couper court à tout débat, à toute discussion, ces minorités pratiquent la politique de l'effacement ou du bâillon (cancel culture). "Nous estimons que vous avez tort, nous vous interdisons de vous exprimer et nous effaçons toutes les traces qui pourraient vous permettre de nous contredire". Le style Cohen/Belattar.

Aux Etats Unis, et aujourd'hui en France on ne peut plus se référer à l'histoire qu'il faut déconstruire afin de modifier la réalité à des fins idéologiques.

3- L'abus du paradoxe:

ces "minorités" retournent toujours les situations à leur avantage. Vous dites bleu, ils vous reprochent de ne pas avoir dit rouge, vous dites rouge ils vous reprochent de ne pas avoir dit bleu, si vous dites que vous hésitez entre bleu et rouge, ou que ni le bleu ni le rouge ne vous conviennent, ils vous reprochent de ne pas dire noir.

  1. Puce selon C. Emcke20, si vous êtes "blanc et que vous assistez à une action discriminatoire dans le rue, si vous vous arrêtez sans rien faire ou dire, c'est que vous êtes complice. Si vous passer sans vous retourner c'est que vous cautionnez.  Soit vous manifestez ouvertement votre désaccord avec ce qui se passe, soit votre silence fait caisse de résonance à la haine. Il ne lui vient jamais à l'idée que vous pouvez être témoin mais ne pas intervenir simplement parce que vous ne comprenez pas de quoi il s'agit, ou peut être parce que cela vous fait peur !

Finalement ce sont les gens comme Emcke qui définissent ce que vous êtes, ressentez, pensez, faites, en fonction de ce qu'ils(elles) veulent que vous soyez.

  1. Puce Ce sont toutes les fois où quelqu'un redéfinit l'autre, ce que j'appelle marcher dans la tête de l'autre. Sans avoir pris le temps d'écouter et de comprendre l'autre, ils savent mieux que vous ce dont vous avez besoin, ce que vous pensez, ressentez, ce que vous voulez dire ou faire.

Tous les clashs à la télévision, à la radio et sur youtube relèvent de cette stratégie: couper systématiquement la parole afin d'occuper l'espace de débat, ne jamais laisser l'autre s'exprimer complètement afin d'influer le sens de ce qu'il(elle) a voulu dire, transformer tout en paradoxe afin de prêter les intentions que l'on veut à l'autre, faire des amalgames, sortir des propos de leur contexte, de façon à avoir toujours raison et le mot de la fin.

C.Emcke, dans son livre sur la Haine, affirme que "pour haïr il faut avoir des certitudes absolues" et "qu'on ne peut faire face à la haine qu'avec ce qui manque aux haineux: l'observation précise, la capacité de distinguer encore et encore et de douter de soi". Ses accusations ne semblent pas laisser de place au doute ! Peut être faut-il commencer par balayer devant sa porte !

Si elle a peut-être raison sur le fond, il est regrettable qu'elle ne voit de la haine que chez les occidentaux blancs.

Staline disait :"si tu ne penses pas comme moi, c'est que tu es contre moi. Tout ce qui est contre le communisme est fasciste". C'est au nom  de cette idéologie qu'il a  massacré des millions de soviétiques qui refusaient de s'y soumettre. L'histoire nous a montré de quel côté était le fascisme !

C'est ce que pensent et disent la plupart des néo-gauchistes : Si tu ne penses pas comme moi c'est que tu es d'extrême droite, donc nazi, fasciste, raciste, sexiste, homophobe, antisémite, islamophobe, populiste etc..."

C'est noir ou c'est blanc. Si c'est blanc, il faut éliminer.

C'en est fini des nuances et du droit à la différence. La critique, le désaccord devient un délit. Penser différemment du courant mainstream est interdit. La liberté d'expression devient une interdiction de s'exprimer en dehors de ce qui est permis.

C'est la technique qu'utilisent tous les dictateurs du monde: Hitler, Staline, Kim Jong, Mao Tse Dung, Kadafi, Castro mais aussi France Inter, France Info, le Monde et d'autres pour justifier leur domination, leurs discriminations.

Macron et son gouvernement ne supportent ni les critiques ni les doutes, ni les soubresauts de démocratie. Ils taclent tous ceux qui manifestent un désaccord de complotisme quand ils ne les associent pas systématiquement à l'extrême droite.

Être complotiste suppose que l'on prête de la rationalité à un pouvoir qui, en l'occurrence, en est singulièrement dépourvu !

4 - la culpabilisation et l'inflation victimaire

les Européens sont pratiquement tous imbibés de civilisation judéo-chrétienne. Une des particularités de cette civilisation repose sur l'utilisation de la culpabilité chère aux chrétiens (l'autoflagellation). Le fameux péché qu'il faut expier. On est toujours censé être coupable de quelque chose, dont il faut se repentir ou payer le prix.

Cela n'échappe pas aux opportunistes qui souhaitent en tirer profit :

  1. Puce Qui n'a pas remarqué les SDF et les Roms ou Syriennes assises par terre avec un nourrisson sur les genoux, près des distributeurs automatiques de billets, à la sortie des églises ou des magasins d'alimentation ? Ce n'est pas anodin s'ils(elles) se placent à ces endroits stratégiques.

  2. Puce Qui n'a pas remarqué que chaque année au moment de Noël, la banque alimentaire fait son apparition à l'entrée des magasins d'alimentation, que des ONG nous inondent d'images d'enfants malnutris, de personnes en grande précarité.

Pourquoi au moment de Noël ? Ce n'est pas anodin si ces appels aux dons apparaissent à cette période de l'année. Les gens ne meurent-ils pas de faim le reste du temps ?

Certaines ONG vous envoient la fiche d'un enfant (avec sa photo) que vous êtes invités à parrainer, qui sans vous ne pourrait pas survivre ou poursuivre une scolarité.

Sachant qu'une partie des dons couvre le coût exorbitant des sociétés de fundraising qui gèrent la publicité et la collecte de fonds pour ces ONG (les stylos, les agendas, les blocs notes à votre nom qui accompagnent le courrier, mais aussi les salaires des cadres de ces start-up, des formateurs, des collecteurs). Vos dons couvrent aussi les frais de sièges de ces ONG, l'entretien et le développement de leur patrimoine immobilier, parfois les salaires importants des présidents ou directeurs de ces ONG. Sauf quelques exceptions, la majorité des ONG utilisent 60 à 70% des dons en fonctionnement et en placements et 30% pour l'aide directe.

  1. Puce Je vous invite à lire Frontières - Sylvie Brunel - Denoël - 2003 et Donateurs si vous saviez - Marc Reidiboym- Editions Bertrand Gobin -2009

  2. Puce La shoa, le génocide des Juifs, utilise le même ressort, laissant supposer que nous serions tous "capables" de devenir "nazis". Toute critique à l'égard des juifs est systématiquement connotée d'antisémitisme, laissant sous-entendre le retour d'une shoa, comme si nous étions responsables de ce qui est arrivé et susceptibles de recommencer à tout moment.

Lorsqu'on observe le nombre de films, le nombre d'émissions de télévisons, le nombre de livres qui sont consacrés à ce sujet depuis 80 ans, il est difficile d'en douter.

Cela peut aller jusqu'à disqualifier d'autres génocides, afin de protéger la prévalence du génocide juif, comme si c'était le génocide de référence !

Cela ne veut pas dire, contrairement à ce qu'écrit Caroline Emcke20, que "la mémoire d'Auschwiz aurait comme les yaourts une date de péremption", mais il a été difficile de faire admettre celui des Arméniens, celui du Rwanda, ceux de l'ex-Yougoslavie, ceux perpétrés au Moyen-Orient et en Afrique de l'Est, et c'est regrettable. All lifes matters.

  1. Puce Depuis quelques années, des gens d'origine étrangère, nés ou arrivés en France depuis les années 90 jusqu'à ce jour, nous reprochent colonisation, esclavage, qui datent du XIXème siècle, c'est à dire il y a 8 à 9 générations !

  2. D'où sort ce retour à la colonisation ? Nous n'étions pas nés, nos parents non plus, pas plus que ceux qui nous le reprochent. Nous ne referons pas le passé et n'avons pas à payer pour ce qu'auraient fait de lointains ancêtres, encore faut-il qu'ils aient été nos ascendants !

Si on se met à fouiller dans les vieilles malles de l'histoire des peuples, cela pourrait donner des choses surprenantes. Cannibalisme, sacrifices humains, génocides, massacres etc...

La mouvance victimaire va jusqu'à accuser de trahison les personnes d'origines étrangères ou de couleur qui travaillent pour l'état, pour les médias, celles qui respectent les lois républicaines, la démocratie ou pensent différemment de leur communauté : Arabe de service, négresse de service, bounty, etc...assortis souvent de menaces de mort: Linda Kebbab, Christine Kelly, Lydia Guirous, Hassen Chalggoumi, David Tanguy etc...

  1. Puce L'antiracisme exterminateur ! Il y aurait des races à privilégier et une à éliminer. La violence est une faille de ces minorités, qui leur fait perdre tout crédit.

Cela ne veut pas dire que l'on ne peut pas en parler, mais si on en parle on fait la lumière sur toutes les colonisations, à commencer par celles que les ancêtres de ceux qui nous le reprochent ont pratiquées bien avant nos propres ancêtres.

  1. Puce Je vous invite à lire les différents historiens qui parlent de colonisation.

Si quelques grands-parents ont connu la colonisation Française, personne n'a connu l'esclavage aboli en 1794 et 1848.

Nous n'avons pas à expier des actes commis par des gens que nous n'avons pas connus et qui n'ont pas forcément de lien avec chacun d'entre nous.

Cela n'empêche pas d'en parler, mais dans ce cas on fait la lumière sur tout l'esclavage, y compris celui pratiqué par les Africains eux-mêmes, hier et aujourd'hui, et sur la traite arabo-musulmane. Si les opportunistes se servent de la mémoire du passé, pourquoi limiter la mémoire à 150 ans ?

Tous les Africains ne sont pas tous descendants d'esclaves et certains pourraient même descendre d'ethnies qui pratiquaient la traite ! Le dire est vécu comme racisme !

A ma connaissance, l'esclavage aurait débuté avec la sédentarisation de l'homme, il y a très longtemps. Il avait besoin de main d'oeuvre, de milice, de servantes. Depuis il n'a pas cessé d'être esclavagiste, aujourd'hui encore, quelle que soit son origine et sa couleur.

  1. Puce J'ai visité une association en Inde qui accueille près de milliers d'enfants esclaves, rachetés à leurs propriétaires sur tout le territoire. J'ai entendu parler d'enfants esclaves dans les mines de coltan au Congo et d'autres dans les plantations de Côte d'Ivoire, je suis en lien avec une association qui s'occupe d'enfants esclaves dans les mines en Bolivie. Qui n'a pas entendu parler des filles et des femmes esclaves sexuelles au Nigeria, en Syrie, en Iraq ?

Céline Pina écrit : "La réduction de la culture à l'affirmation de la pureté de la race, à l'exaltation de l'authenticité de la foi ou à l'expression de la justice sociale ne permet plus l'échange, seulement la soumission ou l'ostracisme.

C'est ainsi que les racialistes montent des collectifs antiracistes, pour réclamer de n'être définis que par leur couleur de peau, et militent contre l'égalité, préférant réclamer des droits créances, sorte de vengeance à exercer aujourd'hui, au nom du dol constaté hier. Oubliant que, si l'expérience de l'esclavage a existé sur tous les continents et a été pratiquée par tout le monde (Arabes, Blancs et Noirs), seul l'Occident a fini par considérer qu'il était contraire à la dignité humaine et l'a aboli matériellement comme condamné spirituellement. Mais l'exactitude des faits, l'honnêteté intellectuelle dans le rapport à l'histoire ne servant pas leurs intérêts, les racialistes les évacuent au profit d'un mensonge qui entre dans leur grille de lecture". - Nous nous vivions puissance, nous nous sommes réveillés nus et barbares - in Front Populaire n°1 - été 2020

  1. Puce Je vous invite à lire les études qui ont été faites sur l'esclavage transatlantique mais aussi l'esclavage arabo-musulman et sur l'origine de l'esclavage qui ne date pas d'hier...Il n'est pas surprenant que Taubira ne mentionne jamais l'esclavage arabo-musulman !

  2. Puce Partant de là, Tout devient prétexte à culpabilisation (et demande de réparation):

  3. Puce un conseiller du président Algérien reproche aux Français d'avoir contribué à l'analphabétisation de l'Algérie, pendant la colonisation !

Admettons que cela soit vrai, alors qui sont les Algériens qui égorgent les enseignantes parce que les filles n'ont pas à être instruites ? Qui sont les Algériens qui interdisent aux kabyles de parler leur langue ou de l'enseigner à l'école, qui interdit aux kabyles de donner des prénoms kabyles à leurs enfants ?

https://www.lefigaro.fr/international/un-conseiller-du-president-algerien-affirme-que-la-france-a-repandu-l-analphabetisme-20210418

Zemmour ne serait pas le seul a avoir un problème avec les prénoms !

  1. Puce Le 13 octobre 2021, l'ambassadeur d'Algérie à Paris culpabilise les Algériens de nationalité Française, les incitant à "redevenir" Algériens le temps d'influer/infléchir la politique Française "L'Algérie a besoin de tous ses enfants. Il est impossible que la principale communauté étrangère en France ne puisse pas peser sur la vie politique française. Elle doit être un levier d'influence".

Ce qui fait dire à Lydia Guirous: "A l’approche de la célébration des 60 ans de la fin de la guerre d’Algérie, l’Ambassade veut créer le trouble en France, elle veut pousser à la désintégration et à la trahison. Et pour ça, il tente de raviver un sentiment nationaliste dans un contexte de tensions identitaires et culturelles. En fait, les dirigeants algériens, depuis 60 ans, ont échoué à rendre les Algériens heureux et libres. Alors, ils veulent réussir, dans une politique de basse vengeance, à nuire à ceux qui ont décidé de faire souche en France, et de servir la France rien que la France. C'est lamentable". https://www.sudradio.fr/societe/propos-de-lambassadeur-algerien-en-france-je-vomis-ses-declarations/

  1. Puce En Guadeloupe et en Martinique, suite à l'utilisation de produits toxiques dans les plantations de bananes (chlordécone) une partie de la population est atteinte de maladies graves. Des associations tentent d'imputer cette situation à un "mépris colonial" de la part de la France !

C'est ignorer qu'en France, des "métros" sont morts de cancers dus à l'amiante ( l'état Français met généralement 10 ans à réagir après d'autres pays).

Depuis le milieu du 20ème siècle des agriculteurs de métropole meurent de cancers ou sont atteints de troubles neurologiques graves, des femmes deviennent stériles, des cancers se développent de plus en plus, suite à l'utilisation et la consommation de produits phytosanitaires toxiques et cancérogènes (glyphosates, Rond Up and c°).

Bien que des rapports officiels incriminent certains produits : https://www.ouest-france.fr/environnement/pesticides/un-nouveau-rapport-vient-renforcer-les-liens-entre-l-exposition-aux-pesticides-et-six-maladies-8ddfcf3e-d99f-11eb-930c-e0f6a8bac66d l'état et les parmementaires qui nous représentent ne font rien. Contrairement à d'autres nations, en France personne ne s'oppose à Monsanto, Bayer, Sygentia. Les décisions/promesses politiques sont continuellement reportées. Pourquoi ce mépris serait-il "colonial" aux Antilles, et banal en Aquitaine ou en Bretagne ?

Plutôt qu'un mépris colonial ne devrait-on pas évoquer un mépris politique général et une inféodation aux lobbies industriels ? Bien que prétendant "agir pour notre bien" les élus n'ont rien à faire de notre santé, en métropole comme dans les Dom Tom. Les lobbies et les laboratoires, qui ont la main sur les gouvernements, encore moins.

  1. Puce Macron, passe son temps à s'excuser d'un passé colonial, ouvrant la porte à toutes les revendications opportunistes.

  2. Lorsqu'il fait de la com. lors de la cérémonie du "massacre" du 17 Octobre 1961, il enfonce le clou de la culpabilité et de la réparation, occultant qu'à l'époque, le FLN a commis de nombreux attentats contre des Français et contre des Algériens. Je me souviens qu'à l'époque dans la petite ville de province où j'habitais, on évitait de passer devant certains bars ou PMU parce que lorsqu'une voiture s'arrêtait devant il arrivait que des hommes venus d'ailleurs (tantôt du FLN, tantôt du MNA) en sortent et jettent des grenades à l'intérieur, faisant de nombreuses victimes.

  3. Lorsqu'il se rend au Rwanda pour reconnaitre "nos responsabilités dans le génocide", il parle au nom des Français, alors que ce sont 4 ou 5 politiciens véreux et quelques militaires qui ont merdé sur ce coup-là. Les 60 millions de Français ne sont pas responsables et ne doivent aucune excuse au Rwanda. D'autant plus qu'on ne fait plus jamais appel à l'avis du peuple (referendum) pour des actions qui engage le pays. https://www.lefigaro.fr/international/macron-au-rwanda-je-viens-reconnaitre-nos-responsabilites-dans-le-genocide-de-1994-20210527

      1.   Lors de l'un de ses nombreux voyages aux USA, CBS interroge Macron sur les problèmes "raciaux" de la France, faisant entre autre l'amalgame entre Floyd et Traoré, ce qui est déplacé de la part d'un pays qui pratique une discrimination pure et dure depuis des siècles, il répond : "We have in a certain way to deconstruct our own history" = Nous devons déconstruire notre propre histoire.

  4. "Ce Français", qui parle en notre nom, voulant faire "bonne figure" devant le mouvement woke américain, cautionne ce qui se passe actuellement en France en terme de tentative "d'effacement" de civilisation et de culture. https://www.lefigaro.fr/vox/politique/arnaud-benedetti-emmanuel-macron-est-entre-de-plain-pied-dans-la-campagne-presidentielle-20210420

Un chef d'état qui a des "couilles" aurait retourné la question aux Américains quant aux massacres des Amérindiens et à leur situation actuelle, à la discrimination raciale envers certains Noirs (si en France on dissout génération identitaire aux USA le Klu Klux Klan a toujours pignon sur rue), aux ingérences américaines dans certaines contrées du monde afin d'influer sur la politique interne de certains pays, au détriment des populations qui y vivent, à l'intrusion malsaine de la NSA (National Security Agency) dans l'intimité de personnalités et dirigeants européens. Peut-être faut-il que l'on arrête de tendre la joue (ce qui est encore très chrétien).

  1. Macron dans une visio-conférence accordée à l'Express évoque le privilège blanc de notre société:  "être un homme blanc crée des conditions objectives plus faciles pour accéder à la fonction qui est la mienne, pour avoir un logement, pour trouver un emploi, qu'être un homme asiatique, noir ou maghrébin, ou une femme asiatique, noire ou maghrébine".https://www.lci.fr/politique/emmanuel-macron-evoque-l-existence-du-privilege-blanc-mais-le-nuance-2173555.html

Il n'y aurait pas de privilège "noir" en Afrique ? "Jaune" en Asie ? "Arabes" en Tunisie, au Maroc, en Algérie (qu'en pensent les Berbères ?). Au Sri Lanka il y a des privilèges bouddhistes par rapport aux hindous, aux musulmans , aux chrétiens. Qu'attend Macron pour laisser sa place à un chef d'état africain, Traore apprécierait !

  1. Puce Est ce que l'on s'excuse d'avoir massacré des milliers de Cathares (1226) en France au nom de l'Eglise catholique et de son Inquisition ? Vous n'y étiez pas ! Dans la traite des esclaves et les colonies non plus ! Après tout c'était des blancs !

  2. Puce Est-ce que l'on s'excuse auprès des protestants pour les massacres qu'ils ont subis en France ? Rappelez vous la St Barthélémy (1572) ? Vous n'y étiez pas ! Dans la traite des esclaves et les colonies non plus ! Après tout c'était des blancs !

  3. Puce Est-ce que l'on s'excuse auprès des Vendéens et des Chouans pour les massacres que la Terreur leur a fait subir(1793) ? Vous n'y étiez pas ! Dans la traite des esclaves et les colonies non plus ! Après tout c'était des blancs !

  4. Puce Est-ce que la France s'excuse du massacre des Communards (la semaine sanglante 1871) à Paris et dans les différentes grandes villes françaises ? Vous n'y étiez pas ! Dans la traite des esclaves et les colonies non plus ! Après tout c'était des blancs !

  5. Puce Si on convoque les mémoires, pourquoi certaines et pas d'autres ? Nous avons notre part d'ombre, vous pas ?

  6. Puce Pourquoi les chrétiens n'exigeraient-ils pas des excuses pour les massacres qu'ils ont subis (en France) et ailleurs, et pour ceux qu'ils subissent encore dans de nombreuses régions du monde, voire en France ? Cette fois ils ne sont pas tous blancs...

https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/des-jeunes-turcs-a-mustafa-kemal-l-histoire-de-la-destruction-des-chretiens-de-l-empire-ottoman-20210702

Contrairement à ce que l'on tend à faire croire, l'islam n'est pas la religion la plus attaquée en France: le ministère de l'intérieur recense en 2018: 100 faits anti- musulmans, 541 faits antisémites, 1064 faits anti-chrétiens, 877 dégradations de lieux de culte catholiques.

1 200 000 Arméniens chrétiens ont été exterminés par les Turcs de 1915 à 1923...Vous n'y étiez pas ! dans la traite des esclaves et les colonies non plus !

https://www.lefigaro.fr/livres/2006/05/11/03005-20060511ARTWWW90329-razzias_en_terres_chretiennes.php

https://www.leparisien.fr/societe/plus-de-4-300-chretiens-tues-dans-le-monde-en-2018-en-raison-de-leur-foi-16-01-2019-7989588.php

https://www.lefigaro.fr/vox/religion/chretiens-massacres-dans-le-monde-pourquoi-cette-indifference-des-francais-20200102

  1. Puce Est-ce que l'Algérie s'excuse des attentats du FLN contre les Français et les Algériens sur le territoire algérien et sur le territoire français ?

  2. Puce Est-ce que l'Algérie s'excuse du massacre des moines de Tibhirine et pour les restrictions qu'elle a imposé à la justice Française pour déterminer les responsabilités ?

  3. Puce Pourquoi a-t-on toujours autant de mal à évoquer la traite négrière arabo-musulmane lorsqu'on parle de colonialisme et de traite des esclaves ?

Vous commencez à comprendre jusqu'où on peut aller avec la culpabilité et à quoi pourrait aboutir un effacement des réalités historiques ?

  1. Puce Quand la culpabilisation devient un puissant outil de manipulation :

  2. - la stratégie victimaire:

est victime toute personne ou entité qui a subi un préjudice ou un dommage physique, matériel, ou moral. La déclaration des droits de l'homme, la constitution et les "appareils" juridiques ont été conçus pour la protection et la défense des humains et veiller à la réparation des préjudices subis.

Comme dans tous systèmes, il existe des dérives: l'application partiale des droits les rendent caduques. Ils ne veulent plus rien dire quand ils sont appliqués dans n'importe quelle situation. Tout le monde revendique des droits afin de se faire reconnaitre victime et de bénéficier d'avantages ou réparations. Si l'instrumentalisation du statut de victime a toujours existé, nous assistons aujourd'hui à une recrudescence de stratégies victimaires.

  1. Puce Une des stratégies consiste à se présenter comme victime potentielle d'une personne, d'un groupe, d'un état, d'une communauté, d'une idéologie, pour légitimer une violence en réponse à une agression imaginaire :

  2. - C'est la stratégie utilisée par la plupart des génocideurs: nazis, hutus, khmers, turcs, daesh, lorsqu'ils légitiment leurs actes barbares en prêtant aux juifs, tutsis, cambodgiens, arméniens, occidentaux, des intentions ou statuts qu'ils n'ont pas, allant jusqu'à les diaboliser pour justifier leur extermination.

- C'est la stratégie utilisée par les anti-fascistes et indigénistes qui prétendent devoir utiliser la violence pour "défendre leur conception de la démocratie" en éliminant ceux qu'ils désignent comme fascistes ou racistes. Sachant qu'en "bons démocrates" ils désignent comme fascistes tous ceux qui ne sont ou ne pensent pas comme eux.

  1. Puce Lors de l'affaire de Clément Meric, frappé à mort par un skinhead il n'est pas surprenant d'apprendre qu'au départ Meric et sa bande d'antifas avaient agressé les skinheads, en disant "qu'ils étaient des gens qui ne devraient même pas être vivants". Ce qui a provoqué une bagarre. Heureusement qu'il y avait une video de la SNCF. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/mort-de-clement-meric-ce-que-nous-apprend-la-video-de-la-sncf_1260774.html.

Cette remarque ne cautionne pas le meurtre, mais confirme que l'on peut facilement inverser les rôles. Qui accepterait de s'entendre dire qu'il ne mérite pas de vivre ? Qui peut se permettre de définir si quelqu'un doit mourir ou pas ?

  1. Puce Lors de la dissolution du mouvement Génération Identitaire qui dénonçait, sans violence, les failles des frontières et le passage de clandestins, ils ont manifesté pacifiquement contre leur dissolution par le gouvernement. Les antifas les ont agressés violemment lors de la manifestation et ont détruit leurs locaux à Lyon. Un bel exemple de démocratie !

  2. Puce Lors du meeting de Zemmour le 30/10/2021 à Nantes , 650 antifas ont tenté d'empêcher le public d'accéder à l'espace de conférence, au nom de la démocratie et de l'anti-racisme. Certains médias évoquant des violences entre Pro-Zemmour et antifas, alors que les antifas se sont battus violemment avec les forces de l'ordre intervenues pour éviter que cela dégénère, en protégeant l'accès au Zénith. Même chose à Marseille, à Villepinte, où les médias attendent patiemment à l'extérieur que quelque chose se passe, pour faire le buzz.

  3. Puce C'est la stratégie utilisée par les médias lorsqu'ils jouent aux censeurs: certains journalistes, animateurs, humoristes, décident, au nom de la démocratie, d'interdire l'accès aux studios et plateaux à tous ceux qui ne pensent pas comme eux, au prétexte que ce serait contraire à "la bonne pensée" et lorsqu'ils les invitent c'est pour les démolir publiquement.  Un bel exemple de démocratie !

Ces exemples me confortent dans l'idée que tout le monde peut devenir le fasciste de l'autre et que les antifas sont les héritiers de ce qu'ils prétendent combattre.

  1. Puce Une autre stratégie "consiste à transformer une situation objective de victime de violence physique ou simplement verbale, voire symbolique, en cause politique, soit en exagérant le préjudice personnel subi, soit en niant toute responsabilité de la victime par ailleurs (les deux schémas pouvant bien sûr se combiner)".18

  2. - C'est ce que les machos plaidaient lorsqu'ils disaient que si une femme se fait violer c'est qu'elle l'a cherché (par ses attitudes, son habillement, son isolement etc...)

  3. - C'est ce que pratiquent toutes les minorités actuelles (racisés, indigénistes, LGBT etc...) en décrétant que tous les hommes blancs sont racistes, sexistes, etc...

Carolin Emcke20 l'exprime de façon magistrale dans son livre dédié à la haine :"L'expérience de la vulnérabilité est ce qui unit lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transgenres, intersexuels et queers.

Quelles que soient nos différences par ailleurs, aussi singuliers que nous soyons en

tant qu'individus, nous avons en commun le sentiment de la vulnérabilité: devoir continuer à craindre les vexations et les agressions dans l'espace public, ne jamais être sûrs de ce que nous risquons, nous qui aimons, désirons ou nous présentons un peu autrement que la majorité qui impose la norme, devoir toujours anticiper une exaction, toujours garder présent à l'esprit ce que nous continuons d'être, objets d'exclusion et de haine".

Certaines femmes disent devoir marcher en regardant le sol afin de ne pas attirer ou soutenir le regard d'hommes qui pourraient les harceler. ON mentionne moins les nombreuses personnes âgées font la même chose, espérant passer inaperçues aux yeux de prédateurs qui hantent nos rues.

  1. - C'est ce que pratique les mouvements indigénistes lorsqu'ils veulent faire passer toutes les personnes issues de l'immigration pour des victimes du racisme, du colonialisme de la république et des Français

  2. - C'est ce que pratiquent nombre de candidats à l'immigration qui prétendent être des réfugiés politiques afin d'obtenir le droit à l'asile, alors que la situation de leur pays d'origine ne le justifie pas. C'est ce que pratiquent nombre des Mineurs Non Accompagnés, alors qu'ils ne sont pas tous mineurs. Si certains sont de réels réfugiés politiques, si certains mineurs sont réellement mineurs beaucoup d'autres sont des opportunistes qui jouent sur les législations en vigueur.

  3. - C'est ce que pratiquent les voyous de banlieues qui agressent les secours et les policiers en justifiant leur délinquance (devant les caméras) comme réponse à l'abandon de l'état, aux bavures policières (bavures qui consistent à arrêter des dealers ou des agresseurs). Ils se prétendent victimes du système alors que ce sont eux qui rejettent ou agressent le système par des pratiques illégales et violentes.

Ces stratégies aboutissent à ce que décrit René Fregosi : "La victime parvient alors à faire taire son bourreau supposé et à le persécuter. Hypostasiées, les victimes ne pourront faire l'objet d'aucune sorte de critique et il sera absolument interdit en outre de dénoncer leurs dérives victimaires au nom même du droit des victimes. Par extension, une victime aura forcément raison, une victime pourra légitimement se venger, le statut de victime se transmettra horizontalement à tous les individus considérés comme présentant les mêmes caractéristiques qu'une victime, et verticalement à tous les ascendants et descendants de victime".18

Le monde politique est un grand manipulateur de la victimisation,

  1. Puce  en faisant passer des adversaires comment "dangers potentiels" et faire croire aux Français qu'ils peuvent devenir victimes de "monstres".

  2. Puce Observez comment se passent les périodes pré-électorales, particulièrement celles de 2017, plus encore celles de 2021/2022: des statistiques isolées dites "officielles" font croire que tel candidat a le vent en poupe.

Sur quel échantillon sont construites ces statistiques ? A quel moment sont-elles faites: juste après l'annonce d'une baisse du taux de chômage ? de la dotation d'une enveloppe importante pour relancer un secteur d'activité ? de la vente record d'avions de combats ? de l'attribution de trottinettes gratuites à tous les adolescents ?

L'objectif est de préparer le public à voter pour quelqu'un qu'on(lobbies, Davos, Maastrich etc..) souhaite voir élu. Qui voterait pour quelqu'un qui n'a aucune chance de gagner ? C'est de la manipulation.

Avant et pendant les campagnes, certains candidats deviennent systématiquement la cible des médias, notamment ceux du service public. Fillion, Le Pen, Zemmour, Mélenchon et certains "petits candidats" font l'objet d'attaques virulentes à tous les niveaux : sexe, argent, corruption, vie privée, etc...tout est bon pour les discréditer ou affaiblir leur image, pendant que le candidat "préconisé" fait de la communication "vertueuse" et joue au père Noël ! C'est de la manipulation.

Les médias et les politiques diabolisent les challengers - ceux qui auraient des chances de l'emporter. Pas les "petits candidats" qui servent aussi à faire croire que l'on a le choix. Certains, comme le NPA(Nouveau Parti Anticapitaliste) tiennent des propos inquiétants qui ne sont jamais "montés en épingle" à la différence de ceux de Zemmour ou Le Pen.

Selon Michel Onfray : "on a fabriqué la petitesse des "petits candidats", parce que cela permet d'amuser la galerie pendant que l'on organise le tri parmi les grands candidats".

Tri qui consiste à faire de l'ombre aux "grands candidats" jusqu'à aboutir au paradoxe culpabilisateur, à l'aliénation politique suprême: vous avez le choix entre Macron ou Le Pen, ou Macron ou Zemmour, choix présenté comme s'il fallait choisir entre de Gaulle et Hitler. Entre le Bien et le Mal. Ce qui n'est plus un choix démocratique. Combien se sont abstenus devant un choix qui n'en est pas ? Combien ont voté Macron pour voter contre le Pen ?

Si le choix avait été entre Macron et Fiilion(2017), ou s'il est entre Macron et Précresse (2022) le résultat pourrait ne pas être le même.

D'autre part le chaos annoncé si Le Pen ou Zemmour étaient élus n'est qu'hypothétique: bien que Trump n'était pas apprécié, le chaos annoncé aux USA lors de son élection ne s'est pas produit.

Les médias et les politiques méprisent les Français qui osent voter pour certains candidats, en les insultants de populistes, de fascistes, de nazis, prophétisant des catastrophes humaines, économiques, sociales si les autres arrivaient au pouvoir.

Si cela ne modifie pas le vote de ceux qui sont convaincus, cela peut déstabiliser ceux qui doutent, qui hésitent. C'est de la manipulation.

Comme Michel Onfray, je soupçonne le "pouvoir" d'utiliser les médias afin de faire émerger un challenger qui obtiendra plus de votes que les autres, mais qui ne pourra pas être élu grâce à la campagne de diabolisation mise en place. Le Pen ou Zemmour ouvrent, à leur insu, la voie royale au candidat pré-programmé, en l'occurrence Macron ou Précresse (Macron compatible), sachant que la virulence des débats, la pauvreté des programmes, l'incohérence entre les promesses et les actes, amènent de nombreux électeurs à s'abstenir de voter. C'est de la manipulation.

Pour étayer mes observations :

1 - Si au départ le recueil de signatures a été imposé pour limiter les dérives en matière de dépôts de candidatures présidentielles, les différentes modifications de la procédure va dans le sens anti-démocratique. Le présumé candidat devait recueillir 500 signatures et les déposer au Conseil Constitutionnel dans les délais prévus. Aujourd'hui les signataires doivent eux-mêmes déposer leur signature. Leur nom et le candidat qu'ils soutiennent seront publiés sachant qu'ils peuvent encourir des représailles en fonction des personnes qu'ils soutiennent, par leurs pairs (communauté de communes, préfets, Conseil général etc...), par leurs administrés. D'où la crainte de certains élus de soutenir certain(e)s candidat(e)s. Pure atteinte à la démocratie. https://www.valeursactuelles.com/regions/occitanie/herault/no_agglomeration/politique/presidentielle-2022-le-senateur-jean-pierre-grand-exhorte-les-maires-de-lherault-de-ne-pas-parrainer-zemmour/

2 - Il a été décidé de faire suivre l'élection présidentielle d'élections législatives de façon à ce que le nouveau pouvoir jouisse d'un soutien parlementaire. Une pseudo majorité parlementaire permettant de diriger le pays plus facilement.

Des partis comme le Rassemblement National, qui représente 10 millions de votants, ne disposant pas de suffisamment de sièges pour créer un groupe sont classés dans les "députés non inscrits", ce qui les privent d'un certain nombre de prérogatives parlementaires. 

5 - L'abus d'amalgames, de généralisations, de clichés

à partir de cas isolés et amalgamés, voire de retour en arrière de plusieurs siècles (colonisation, esclavage): on décrète que l'homme Blanc est raciste, colonialiste, sexiste, homophobe. Tout ce qu'il fait ou ferait ne peut qu'être teinté de domination,  de racisme, de colonialisme, de discrimination, de violence !

  1. Pourquoi renier l'histoire ?

Les gens "racisés et indigénistes" semblent avoir oublié leur propre histoire, ou ne l'avoir jamais apprise, ou se basent sur ce qu'ils veulent croire ! L'évidence est un manque général de connaissances, de culture, de mémoire. D'où leur tendance à interdire à qui que ce soit de "non racisé" de savoir et d'en parler.

Contrairement aux Français qui apprennent l'histoire à l'école pendant des années, j'observe que les nouvelles générations issues de l'immigration, ne connaissent rien à l'histoire de leur pays d'origine. Elles semblent avoir beaucoup de fantasmes à ce sujet.

Peut être que l'éducation nationale a quelque chose à faire à ce niveau, pour permettre à ces générations de s'approprier leur propre histoire, en même temps que celle du pays qui les accueille, avant que d'autres comme le Front des mères s'en chargent, à leur façon.

  1. Puce Je vous invite à lire et à voir les video de Fatiha Agag-Boudjhlat, entre autres.

- Contrairement aux propos de Macron, notre histoire est ce qu'elle a été, nous ne la referons pas, par contre elle nous imbibe, nous n'avons pas à la nier ni à en avoir honte, encore moins à la dissoudre ou à la brader.

  1. - Contrairement à l'histoire des USA qui a débuté tard avec des colons et le massacres des amérindiens au XVIIème siècle, notre civilisation, notre culture, notre histoire ont débuté il y a bien plus longtemps, ne se résumant pas à 200 ans de colonisation et d'esclavage.

Elle est pétrie d'invasions, d'échanges et de mélanges de cultures diverses au point de donner naissance à la culture Française. Les Grecs et les Romains ont contribué à l'élaboration de notre langue, et au développement de nos traditions religieuses, les Arabes aux mathématiques, à la médecine, à l'astrologie. Il y a eu des nombreuses guerres et des massacres tant internes qu'externes, nous avons envahi, colonisé, mais aussi intégré d'autres cultures, nous avons aussi été envahis et colonisés comme la plupart des pays du monde. Nous avons aussi des siècles de richesses, de partage de coopération derrière nous.

  1. Tous les hommes blancs seraient violents par nature ! Il n'arrive pas que des gens de couleurs le soient ? Il suffit de lire les journaux ou de regarder la télévision !

Je me suis entendu dire que si les Africains étaient violents c'est parce qu'ils reproduisent ce que les colons leur ont fait subir ! Pourquoi ? L'Afrique était un paradis avant les Blancs ?

  1. Puce Il est urgent de lire l'histoire de l'Afrique d'hier, avant les Blancs, pendant la période des Blancs et celle d'aujourd'hui après les Blancs...Ce ne sont que des massacres, des conflits inter-ethniques, des coups d'état, des pillages, des guerres idéologiques.

Mais on parle moins des richesses ethniques et traditionnelles qui s'évaporent à mesure que les pays s'occidentalisent (mondialisation). Avez vous entendu parler des Dogons, des Noubas, des Hereros, des Sans, des Himbas, des Peuls, des Diolas de toutes ces ethnies qui vivaient et vivent encore, selon leurs traditions avant d'être absorbées par l'islamisation, la christianisation, la mondialisation ?

  1. Puce Au Canada, Yolanda Bonnell, comédienne "queer", née de multi-métissages, aux formes très arrondies, présente une pièce de théâtre nommée "Bug".

Elle interdit l'accès aux spectateurs blancs. S'ils veulent voir le spectacle, ils doivent rester à l'arrière, se taire et ne formuler aucune critique parce que : "Ma création est une cérémonie qui s’inscrit dans un contexte culturel et historique. Elle ne cadre pas avec la pratique coloniale de la critique théâtrale mainstream (traditionnelle, grand public)".

En quoi une critique, même mainstream (à la mode) est elle coloniale ?

Il n'y aurait pas de Blanc capable de s'intéresser à sa création ? Il n'y a pas de Blanc capable de formuler une critique intelligente, intéressante, constructive ? Ne fait-elle pas elle-même de la discrimination abusive ? Ce type de comportement "provocateur" risque d'augmenter l'effet recherché qui est d'agrandir les clivages.

Le showbiz et les médias, en ouvrant les portes de la notoriété, permettent à des chanteurs(euses) acteurs(trices), humoristes, de nous assener des jugements, des conseils, sur la vie sociale et politique. Comme la plupart d'entre eux(elles), C.Jordana et d'autres en abusent en parlant de tout, ce qui fait le bonheur des médias pour alimenter les polémiques et faire le buzz.

  1. Puce Aissa Maïga, actrice Sénégalo-Française, tient ces propos aux Césars 2020: "ça fait des décennies que je ne peux pas m'empêcher de les compter lords des réunions du métier. Et j'ai toujours pu compter sur les doigts d'une main le nombre de non-blancs. On a survécu au whitewashing, au blackface, aux tonnes de rôles de dealers, de femmes de ménages à l'accent bwana, de terroristes, de filles hypersexualisées. Et en fait on voudrait vous dire, on ne va pas laisser le cinema français tranquille". Quel déballage de haine !

Des clichés: le whitewashing désigne le fait de faire incarner par des acteurs et actrices blancs des rôles de personnes qui ne sont pas blanches. Autre fois il n'y avait pas de "colorés" dans les cours d'art dramatique ! Cela ne se fait plus dans le cinema français depuis au moins le début des années 50 ! Le blackface est le fait de grimer en noir des acteurs et des actrices blanches pour jouer le rôle d'une personne de couleur. Cela se faisait beaucoup au théâtre fin 19ème et début du 20ème siècle et dans le cinema américain d'après-guerre, notamment dans les westerns pour les rôles d'indiens et dans les peplums pour les rôles de princes et princesses exotiques, fautes d'acteurs(trices) de couleur. Cela ne se pratique plus aux USA et encore moins en France depuis la moitié du siècle dernier. Mlle Maïga a un siècle de retard ! Peut être que si elle était restée au Sénégal, elle n'aurait jamais été populaire !

Quant aux rôles de dealers, de femmes de ménages à l'accent "bwana", ils semblent correspondre à des réalités qui font l'intérêt des fictions, bien que ce ne soit pas une généralité. Elle semble en avoir profité dans "les Baigneuses".

Dans le film la Couleur des Sentiments, Viola Davis et Octavia Sencer mettent en exergue leurs rôles de femmes de ménage pour dénoncer l'exploitation et le racisme. Comme elles sont des actrices de talent (Oscar) elles jouent beaucoup d'autres rôles dans de nombreux films, comme les Femmes de l'Ombre, Fences, Ma etc...Le rôle de femme de ménage de Firmine Richard dans Romulad et Juliette met tellement bien les choses en perspective. Mais elle joue aussi d'autres rôles dans d'autres films. On ne va pas non plus lui reprocher son accent créole !

Jane Birkin, Christine Scott Thomas, des blanches, ont un accent anglais qui fait leur charme. Qui leur reprocherait ?

Que ce soit dans les films ou dans les séries, américaines et françaises, les gens de couleur ne sont pas cantonnés à des rôles de femmes de ménage et de dealers. On trouve des médecins, des inspecteurs de police, des avocats, des sportifs, des business men, des scientifiques, des homosexuels, des amoureux...

Lorsque je vais à Barbès je ne rencontre pas beaucoup de gens de couleurs qui ont l'accent parisien !

Quant aux filles hypersexualisées, il faudrait qu'elle sorte un peu dans les soirées "Afro", de Paris, de Dakar, de Yaoundé ou d'Abidjan pour découvrir que cela fait partie d'un jeu. Les mecs étant autant hypersexualisés. Youtube, regorge de videos amateurs de soirées africaines avec de nombreuses scènes très explicites. Ce n'est pas nous qui avons inventé le "ventilateur" ni le "twerking"!

J'imagine Jean Schwalm (un ami "blanc") accompagnant Souleyman Cissé (son ami réalisateur noir) au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou, en train de compter le nombre de Blancs dans la salle et le nombre de Blancs qui ont un rôle dans un film africain ! MDR. Mlle Maïga se ridiculise dans les clichés...

  1. Puce Rebelotte en 2021, la cérémonie des Césars s'est révélé être un véritable festival woke de la part des gens du 7ème art...

Marina Foïs, a initié le processus dans une plaidoirie qui sonnait faux comme une cloche ébréchée ! LGBT, racisme, séparatisme, communautarisme, sacrifice des jeunes au profit des vieux, sexisme, tous les thèmes à la mode ont été abordés, à grand renfort de clichés, par différents intervenants en quête d'applaudissements(like)...

Bienvenue dans le monde de l'ultracrépidarianisme (comportement consistant à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n’a pas de compétence crédible ou démontrée). Ce qui n'interdit pas d'en donner ! Mais ce ne sont que des avis....

  1. La discrimination est une tare de l'humanité à différents niveaux. Ce qui importe est de la comprendre et d'agir avant qu'elle fasse des dégâts. Encore faut-il différencier discrimination et critique si on veut garantir la liberté d'expression !

La discrimination s'attaque de façon violente (verbalement ou physiquement) à toutes les catégories de personnes: les vieux, les jeunes, les femmes, les handicapés, les chauves, les policiers, les obèses, les curés, les paysans, les surdoués, les sous-doués, les hypersensibles, tout ce qui est différent et qu'on ne supporte pas.

Il y a aussi des gens qui n'aiment pas certaines espèces animales, certaines variétés de fleurs, certains types de nourriture...

Renforcée voire entretenue par les réseaux sociaux, cette tendance à traquer, dénoncer, exacerber, amalgamer tout ce qui ne va pas dans le sens des idéologies du moment devient mainstream (à la mode).

  1. Puce Il nous appartient à tous d'être vigilants aux amalgames :

tous les musulmans ne sont pas des voyous ni des terroristes, tous les africains ne sont pas musulmans, tous les palestiniens ne sont pas anti-sémites (je ne suis pas certain que l'on puisse dire l'inverse), tous les homosexuels ne sont pas anti-hétéros (j'observe que ce sont majoritairement les lesbiennes qui veulent supprimer les hétéros et les hommes !), tous les gauchistes ne sont pas marxistes ou insoumis, tous les gens de droite ne sont pas nazis ou réacs, tous les vieux ne sont pas bornés, tous les jeunes ne sont pas écervelés, tous les curés ne sont pas pédophiles, tous les Français ne sont pas racistes ou d'extrême droite(même s'ils ne sont pas de gauche!)...

  1. Puce Ils nous appartient de ne pas nous laisser manipuler par des slogans, par des idéologies, par des "vérités non vérifiables ou non fondées".

  2. Puce Il nous appartient d'apprendre à nous connaitre, à nous respecter, à accepter les différences, toutes les différences. Il nous appartient d'apprendre, d'élargir notre champ de réflexion en développant nos connaissances, de façon à étayer notre libre arbitre.

Je crois à l'interdépendance et à la richesse de la diversité culturelle qui n'a rien à voir avec la "créolisation" de Mélenchon ni avec le "multi-culturalisme" des gauchistes !

La Diversité culturelle suppose la tolérance de l'autre dans sa différence mais aussi l'acceptation et le respect de notre propre différence. Ce n'est pas le melting pot où chacun perdrait un peu de ses particularités pour mieux ressembler à l'autre de façon indifférenciée. Si la mixité est importante il importe que les spécificités de chacun soient respectées et valorisées. Ce pourrait être une façon de vivre ensemble.

  1. Sous l'influence de mouvements "identitaires" américains, il y a aujourd'hui des gens qui voudraient qu'hommes et femmes deviennent neutres, que notre histoire et nos cultures soient effaçables, que nos sexes soient interchangeables etc...

- Certain(e)s préconisent de supprimer le masculin et le féminin au nom de la neutralité de genre.

Carolin Emcke va jusqu'à remettre en cause le "naturel et l'authenticité" des sexes et de la famille, termes derrière lesquels nous nous retrancherions pour masquer une domination patriarcale et chrétienne qui nous caractériserait.

Selon elle, ce n'est pas parce que le concept de famille repose sur l'union d'un homme et d'une femme et leur descendance depuis des millénaires que cela doit durer. Grâce à la science, le concept d'homme, de femme, de famille d'aujourd'hui et du futur pourrait être très différente de ce qu'il était.

Bienvenue au laboratoire du supra-naturel et de l'authenticité woke. Quand la manipulation mentale et la génétique remplace la "nature".

  1. Puce Né en France dans une famille française, baignant dans une tradition culturelle et religieuse (juive, catholique, musulmane) de la famille qui nous a procréé, nous pouvions être baptisés ou circoncis, faire une communion ou une bar mitzvah. Si on n'a pas choisi la famille dans laquelle on est né, plus tard on peut choisir librement d'être athée, agnostique ou changer de croyance. C'est moins facile dans une culture où l'apostasie est criminalisée !

  2. Puce A la naissance nous sommes dotés d'un pénis et de testicules, mais pas que, cela nous définit anatomiquement garçon, si nous naissons avec un vagin, un utérus, des ovaires, mais pas que, cela nous définit anatomiquement fille. Nos familles nous donnes des prénoms en fonction du sexe que nous avons à la naissance, et en fonction de la culture de notre famille.

Si je n'ai pas choisi mon sexe de naissance, plus tard je peux choisir d'être homosexuel ou hétérosexuel en fonction de comment je me sens, je peux aussi demander à changer de prénom. C'est mon droit et ma liberté. C'est moins facile dans une culture où l'homosexualité est criminalisée !

  1. Puce Mais quelles sont les cultures qui punissent de mort ceux(celles) qui veulent changer de religion, ceux ou celles qui veulent changer de sexe ?

En attendant je n'ai pas choisi ce que la nature (indépendamment des religions) m'a mis entre les jambes à la naissance.

Je peux aller contre ce que la nature a créé en prenant des produits, en me faisant opérer. En l'état actuel de la science, je peux avoir une prothèse pénienne mais sans pouvoir produire des spermatozoïdes, si je peux me faire faire un vagin artificiel, je ne peux pas avoir d'utérus, des ovaires et mener une grossesse à terme.

Mon sexe ou mon genre sont ce qu'ils sont, cela ne m'empêche pas d'aimer un homme ou une femme à partir de ce que je suis ou de comment je me sens. Je n'ai pas à culpabiliser de la couleur de ma peau, de mes origines, de ma culture, de mon orientation sexuelle. Un chat est un chat. Par contre vouloir l'appeler mouton ou imposer des normes afin que tous les chats passent pour des moutons relève du syndrome d’hubris.


Syndrome d'hubris : Perte du sens des réalités, intolérance à la contradiction, actions à l'emporte-pièce, arrogance, tendance à se prendre pour Dieu, obsession de sa propre image et abus de pouvoir... Ce seraient quelque uns des symptômes d'une maladie mentale liée à l'exercice du pouvoir.


  1. Puce La discrimination peut s'étendre à tout. L'important est d'y être vigilant afin de préserver la diversité, la différence, afin d'éviter d'éliminer ou laisser disparaitre ce qui ne correspond pas à la fiction du moment.

Plutôt qu'un racisme que l'on impute aux autres, je perçois dans ces revendications minoritaires un déficit d'auto-compassion et d'auto-acceptation, qui concerne d'abord chacun(e) dans sa relation avec lui(elle)-même. D'où cette tendance à se regrouper dans les entre-nous, pour se sentir moins faible et moins fragile.

"Non contents de nous comparer d'individu à individu, nous comparons également nos groupes d'appartenance (Américains, Russes, républicains, démocrates, chrétiens, musulmans, etc.) à ceux de nos voisins. Ce que nous percevons comme notre moi est imprégné de labels sociaux qui nous définissent et nous donnent l'impression d'être en sécurité et acceptés à l'intérieur de frontières groupales clairement circonscrites. Cependant, le sentiment d'appartenance procuré par l'affiliation à telle ou telle communauté reste forcément limité. Tant que nous nous identifions à un sous-ensemble de personnes plutôt qu'à la totalité de l'espèce humaine, nous créons des divisions qui nous séparent de nos pairs.

Pour notre malheur, de telles divisions sont souvent la source de préjudices et de haine. De la même manière que l'on cherche à se valoriser personnellement par rapport à autrui, on a tendance à considérer le groupe auquel on appartient comme étant supérieur aux autres. Selon la théorie de l'identité sociale du psychologue Henri Tajfel, incorporer un groupe au sein de son identité revient à lier sa valeur personnelle a ce groupe.

D'où le besoin de nous voir, "nous", sous un jour favorable et de les voir "eux", d'un œil négatif. C'est la force de ces identifications sociales qui sous-tend la discrimination et le racisme.

Considérer votre communauté sexuelle, ethnique, raciale, politique, nationale comme inférieure me permet d'affirmer avec orgueil la prééminence de la mienne, et d'en tirer un sentiment de fierté incontestable.

Lorsqu'un membre du Ku Klux Klan revêt sa robe et son capuchon blanc ou qu'un terroriste potentiel se joint à une manifestation de haine, il donne à son ego un coup de fouet bien plus puissant et dangereux que ne le ferait n'importe quelle drogue.

Dans ses travaux, Tajfel montre que le processus de discrimination entre clans survient même dans les cas où la division s'effectue sur des critères totalement arbitraires, par exemple en répartissant les personnes selon leurs goûts picturaux en faveur de Klee ou de Kandinsky, ou même en tirant les groupes à pile ou face. Chaque fois, la séparation conduit les gens à préférer et à privilégier les membres de leur groupe tout en se défiant des autres.

L'identité groupale est à la racine des conflits les plus violents, qu'il s'agisse d'échauffourées entre deux équipes de foot locales ou de guerre mondiale".16

Je suis aujourd'hui persuadé que la réactivation du mot racisme à la place de discrimination est très opportuniste, par la focalisation qu'elle induit sur la différence de couleur et la culpabilisation que cela voudrait entrainer.

Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'on utilise autant des termes éculés comme fascisme, nazisme et autres qui ne correspondent plus à une situation actuelle.

  1. Puce Ces minorités pour exister refusent le sentiment d'appartenance à la totalité, refusent d'accepter l'interdépendance, ce qui les écartent progressivement de l'humanité.

6 - L'intersectionalité :

Afin de se donner de la puissance, de jouer sur le nombre, ces minorités se regroupent, parlant au nom des unes et des autres: plus on est nombreux, plus on imagine faire le poids et impressionner.

Racisés, indigènes, décoloniaux, LGBTQ+ et autres "miséreux", tous réunis dans le même combat contre l'Homme Blanc Dominateur, Raciste, Colonial Hétérosexuel...

L'identité et les revendications à caractère sexuel semble être les plus confus de ces mouvements.

Au début il y avait des homosexuel(le)s qui revendiquait le droit d'être reconnu(e)s dans leur choix d'aimer une personne du même sexe, ce qui est légitime et respectable, tant qu'il s'agit d'adultes consentants.Chaque adulte ayant l'orientation sexuelle qu'il(elle) souhaite.

C'est devenu LGBTQ+: Aux Lesbiennes, Gays, Bisexuels, s'ajoutent les Transexuels (les personnes en voie de changement partiels anatomiquement), s'ajoutent les Queers (les personnes qui revendiquent un peu tout), les Questionings (pour ceux-celles qui ne savent pas encore), Intersex (pour ceux qui passent de l'un à l'autre), Bispirituels ou 2 S(femme qui pensent ou réagissent comme un homme, homme qui pense ou réagit comme une femme), Androgynes, Asexuels, et + pour ceux qu'on ne connait pas encore : LGBTQQI2SAA.

LGBTQ+ résume une souffrance identitaire sexuelle qui devient confuse.https://drapeau-lgbt.fr/que-veut-dire-lgbt-lgbtq-lgbtqqip2saa-definition-sigles-lgbt/

Lorsque Charb écrit "Les musulmans radicaux compensent leur infériorité numérique par un activisme militant intense. Tout le monde s'y laisse prendre".

On pourrait élargir en disant que "les racialistes ou anti racistes, les indigènes, les décoloniaux, les LGBTQ+ compensent leur infériorité par l'intersectionalité, pour lutter contre un bouc émissaire commun. Tout le monde s'y laisse prendre" .

  1. Puce Cette quête identitaire commence à dévoiler ses incohérences:

  2. Puce De plus en plus de femmes se plaignent de devoir partager leurs vestiaires avec des trans-sexuels. S'ils se prétendent femmes, beaucoup ont toujours le corps et les attributs sexuels d'hommes. On en arrive à proposer des toilettes publiques  pour les trans qui ne peuvent aller ni chez les hommes, ni chez les femmes !

  3. Puce Lorsque Lia Thomas bat les records de natation féminine en 2021, les critiques et les femmes désapprouvent : bien qu'elle se déclare femme, il a gardé un corps et des particularités physiques d'homme, ce qui l'avantage par rapport aux femmes dans les compétitions.

- https://www.breizh-info.com/2021/12/07/175822/polemique-aux-usa-un-nageur-transgenre-pulverise-les-records-de-natation-feminine-aux-etats-unis/

  1. - https://www.huffingtonpost.fr/2019/03/09/apres-la-sortie-de-martina-navratilova-cette-polemique-sur-les-femmes-trans-dans-le-sport-resurgit_a_23688480/

Cela semble vouloir dire que pour l'instant, un homme reste un homme même quand il se fait pousser la poitrine et s'épile le torse. Remarquez au passage, il y a moins de femmes trans dans les sports masculins ! Est-ce un hasard ?

Imaginez une communauté d'aveugles interdire le cinema ou la photographie, sous prétexte qu'ils ne peuvent pas voir, qu'une communauté de mal-entendants demande la suppression de la musique sous prétexte qu'ils ne peuvent pas entendre ...où cela peut-il mener ?

Fascisme :

1. Régime établi en Italie de 1922 à 1945, fondé sur la dictature d'un parti unique, l'exaltation nationaliste et le corporatisme.

  1. 2.Doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien 

  2. 3.Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu'un à un groupe quelconque, à son entourage.


  1. Puce Avec ces nouvelles tendances et leur façon d'agir je découvre ce qu'est le fascisme. En dehors de toute connotation avec Hitler, Mussolini, ou Franco, je découvre ce qu'il pourrait arriver si ces minorités accèdent au pouvoir.

Si certains craignent la victoire du Rassemblement National ou de Zemmour aux élections, je crains au même titre une victoire de ces mouvements et de ceux qui se cachent derrière.

Dès que l'on ne tolère pas que quelqu'un pense différemment de soi, la tendance de beaucoup est de vouloir le faire taire, le combattre, l'éliminer, ce qui aboutit au fait que sans recul, sans prise de conscience, dans la toute puissance égocentrique chacun peut devenir le fasciste de l'autre.

On assiste à des jugements arbitraires du même ordre que ceux pratiqués dans les pays totalitaires. Il n'y a plus de présomption d'innocence (de doute) comme le garantit la loi républicaine, il n'y a plus de droit à la diversité ni à la liberté d'expression, tous les hommes Blancs et de droite sont coupables, donc bons pour le peloton d'exécution.  

Les actions (souvent très violentes) de mouvements qui se disent "anti-fascistes" en témoignent régulièrement. L'absence ou la mollesse de réactions d'un gouvernement qui revendique la démocratie est plus qu'inquiétant !

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/manifestations-antifas-empecher-des-citoyens-de-s-exprimer-et-de-debattre-n-est-pas-acceptable-en-republique-20211129

  1. Puce 1 - L'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) pourrit l'ambiance et les enseignements universitaires en imposant un type d'enseignement, voire de prédication, un racisme anti-Blancs et une "cancel culture".

Lorsque Hafsa Askar, vice présidente de l'UNEF-Lille tweete : "On devrait gazer tous les blancs, cette sous-race". Il ne se passe rien, c'est pourtant d'une violence insoutenable et une incitation à la haine raciale. Zemmour n'est jamais allé jusque là, mais c'est lui qui est traité de raciste et fasciste !

Tweet que la Licra a retenu et qu'Askar s'est empressée d'effacer. Après avoir initié la persécution d'enseignants de l'université pour avoir mis en doute le concept d'islamophobie, Mélanie Luce va jusqu'à interdire la participation de Blancs aux réunions, au prétexte de faciliter la prise de parole des gens de couleur. Lorsque qu'on évoque la dissolution de ce syndicat raciste, aux méthodes fascistes, cela crée un tollé et l'inaction du gouvernement. Le sénat tente de réagir en légiférant, jusqu'à ce que le con-seil d'état ou le tribunal européen fassent sauter l'amendement pour atteinte à la liberté d'expression !

https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/grenoble-notre-dame-reunions-en-non-mixite-lunef-en-6-polemiques

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/04/02/les-senateurs-adoptent-un-amendement-unef-permettant-de-dissoudre-les-associations-faisant-des-reunions-non-mixtes-racisees_6075311_3224.html

Audrey Pulvar, forte de son métissage, soutient ce mouvement, précisant comme Yolanda Bonnell, que "s'ils assistent aux réunions les Blancs doivent se taire".

En dehors des polémiques habituelles que l'on attribue souvent à l'extrême-droite, il n'y a pas de réactions officielles. C'est du même ordre que lors de la parution d'un livre, à la couverture très expressive et d'un CD qui se veulent anti-racistes, au titre évocateur de Nique la France par Saïd Zouggagh et Said Bouamama.

  1. Puce 2 - Un groupe de "français racisés" Globules Noirs, crée un catalogue de médecins, infirmiers et autres paramédicaux "de couleurs" au prétexte que les "gens de couleurs" sont mal à l'aise avec des soignants Blancs, contribuant à surenchérir la tendance raciste du moment. Seul le conseil de l'ordre des médecins et des infirmiers réagissent. Le gouvernement est toujours aux abonnés absents ! Il faut dire que c'est un électorat !

https://www.midilibre.fr/2020/08/12/choisir-son-medecin-en-fonction-de-sa-couleur-de-peau-la-liste-qui-cree-la-polemique-9017273.php

  1. Puce 3 - le 08 décembre 2021, alors que des catholiques organisent une procession légale à Nanterre entre deux églises, pour commémorer une de leur fête, un groupe de musulmans de 20/35 ans les attaquent, les traitant de Kouffars en les menaçant de les égorger. Violation de la liberté de culte, menace de mort. Tout ce que le gouvernement trouve à dire est que c'est inadmissible. Bientôt on dira que c'est de leur faute, parce que leur procession était une provocation !

Et c'est Zemmour le fasciste, le raciste !

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/sur-le-coran-je-vais-t-egorger-a-nanterre-des-catholiques-en-procession-victimes-de-menaces-20211211

  1. Puce 4 - Le véganisme est une forme de végétarisme, excluant tous produits alimentaires d'origine animale, mais aussi les produits issus d'animaux comme le cuir, la soie, la fourrure etc... Est-ce qu'ils achètent des sapins de Noël en plastic ? Est-ce que leurs enfants ont des hamsters, des poissons rouges ? Est-ce qu'ils ont un chien ou un chat ? Deux poids deux mesures !

Jusqu'à récemment c'était un choix de vie, propre à une certaine communauté. Chacun mange ce qu'il veut chez soi ou au restaurant, tout comme chacun a la sexualité qu'il veut chez soi. Nous sommes en terre de liberté !

Depuis quelques temps des membres de cette communauté, s'attaquent aux boucheries, aux fromageries, cassant les vitrines, détruisant la marchandise, agressant les personnes, semant une forme de terreur chez les professionnels comme chez leurs clients, pour mettre en avant leur "idéologie".

Comme pour la plupart des autres minorités, ce mouvement semble issu d'un courant pseudo-philosophique né aux Etats Unis dans les années 1970 sous le nom d'antispécisme. Ce courant mettant les humains et les animaux sur un même plan, refusant la hiérarchisation entre l'homme et l'animal.  https://www.agridees.com/inquietude-des-fromagers-face-aux-attaques-de-militants-vegan/

Comme la plupart des mouvements identitaires, ce mouvement a sa frange violente.


  1. Puce Voilà ce que donne une de leur campagne de pub ➜ 

Si les animaux, au propre et au figuré, y trouvent leur compte, je suis curieux de savoir ce qu'en pensent les femmes d'être présentées de façon bouchère. Je ne pense pas que les étudiantes de Centralsup qui se plaignent d'être "traitées comme de la viande" dans leur institution, apprécieraient.

Pour moi cette photo est une violence faite aux femmes. Où sont les féministes ?

Comme les autres minorités, les antispécistes veulent imposer leurs idées au monde par la violence, alors que personne ne les empêchent de vivre comme ils (elles)veulent chez eux.

Les anti-fascistes, anti-racistes, antispécistes, finalement tous ces anti.... deviennent souvent fascistes et racistes en adoptant la même idéologie totalitaire que celle qu'ils reprochent aux supposés fascistes, racistes, spécistes.

Paradoxale et étrange leçon de démocratie !

  1. Puce Que se passerait-il :

- si nous refusions d'être examiné(e)s par les nombreux internes africains ou maghrébins en formation dans les hôpitaux Français ? 

- si nous créions un répertoire de soignants "caucasiens", parce que les femmes Blanches n'ont pas envie d'être touchées par un médecin d'origine étrangère ?

- si nous refusions l'accès de certains ateliers de recherches aux étudiants colorés, au prétexte que cela peut gêner les étudiants Blancs dans leurs études et leurs échanges ?

  1. - si on exigeait que nos filles bénéficient d'horaires de piscine particuliers, parce qu'elles pourraient être mal à l'aise avec des adolescents de "couleur" qui n'ont pas le même rapport aux femmes et à la sexualité ?

  2. - si nous interdisions l'accès des théâtres aux gens issus de l'immigration au prétexte que cela ne relève pas de leur culture ?

  3. - si nous refusions de regarder des films réalisés par des juifs ou des femmes, d'écouter de la musique "noire", de regarder des émissions de télévision animées par des homosexuels, des juifs ou des maghrébins, de lire des livres écrits par des auteur(e)s Maghrébin(e)s, Africains ou étrangers etc...

  4. PucePour moi c'est inimaginable d'en arriver là, ne fut ce que pour toute la richesse dont cela nous priverait. Pourtant c'est ce que ces minorités préconisent à l'égard des Blancs, des hommes, des Français...

Vous réalisez vers quelle pauvreté humaine, intellectuelle et culturelle vous allez ?

Ayant eu la chance de vivre ma jeunesse à une époque d'un grand bouillonnement mais aussi de profondes remises en questions, je me suis demandé d'où peut venir ce qui est en train de se passer.

  1. Puce Avec le temps, j'observe plusieurs facteurs possibles,

S'il est naturel que chaque génération évolue et se différencie des générations précédentes dans toutes les communautés du monde, le néo-libéralisme, la mondialisation, l'immigration à grande échelle, sous couvert de développement, de croissance, d'avancée "technologique", de multi-culturalisme, imposent au monde un fonctionnement qui n'est destiné qu'à enrichir une élite et favoriser des minorités.

Cette course hystérique au pouvoir, à l'argent, à la victimisation ont pour effet un impact inimaginable sur les générations d'après 1980 au point de créer des différences fondamentales avec les générations précédentes.

1° - Au niveau familial:

les courants psychologiques des années 80 avaient tendances à culpabiliser les familles dans leurs valeurs éducatives. Tout ce qu'on avait appris des parents pour élever un enfant devenait obsolète, voire dangereux pour leur évolution. Combien de mères se sont entendu dire qu'elles étaient "de mauvaises mères" ?

Pour ceux qui se rappellent, c'était l'époque de "l'enfant roi": tout lui était dû, il ne fallait plus lui refuser quelque chose, ni le frustrer, il ne fallait plus lui imposer de mériter une récompense, il ne fallait plus lui donner de fessée s'il se comportait mal etc...

Si cela a permis à certains enfants de s'émanciper de trajectoires qui n'étaient pas les leurs, cela aboutit à ce qu'ils sont devenus aujourd'hui: incapables de supporter la frustration, incapables de temporiser, incapables de s'entendre dire non, incapables de se plier à des règles, incapables d'accepter d'avoir tort, incapable de vivre sans tablettes, sans console, sans téléphone mobile, incapables de se lever dans les transports en commun pour laisser la place à une personne âgée, un handicapé ou une femme enceinte.

Les enfants rois devenus adultes et ceux qui ne le sont pas encore, vivent dans leur bulle narcissique, les yeux rivés sur leurs écrans, les oreilles bouchées par leurs écouteurs, leur cerveau hanté par le virtuel. Ils n'ont plus deux ou trois bons amis, ils en ont des centaines, voire des milliers de "like".

- A ces difficultés vécues par les familles françaises de souche s'ajoute une tendance entretenue dans de nombreuses familles de cultures ou de confessions différentes qui est d'idéaliser les garçons et de les mettre sur un piédestal. Cela aboutit fréquemment à la constitution précoce de personnalités à tendance narcissique égo-centrée pouvant devenir des "tyrans" qui s'imposent à leur propre famille (combien de soeurs en font les frais !), à leurs voisins, à leur quartier, à un pays.

Si la mère juive a autrefois donné lieu à des plaisanteries sur ses ingérences et son hyper-protectionnisme, "le petit prince" d'aujourd'hui, qui ne ferait pas de mal à une mouche, devient souvent le petit caïd de l'école et du quartier et ne fait plus sourire personne.

2° - Au niveau éducatif et scolaire,

chaque nouveau ministre de l'éducation veut marquer son passage de nouvelles méthodes, de nouveaux programmes, de nouvelles idéologies, abandonnant progressivement les fondamentaux de l'école de la 3ème République et de Jules Ferry.

Au niveau de la lecture on est passé de la méthode syllabique à la méthode globale, pour finir par adopter une méthode mixte, en attendant la prochaine...

Résultat : pendant que Blanquer se gargarise d'une élévation du niveau de lecture en se basant sur un test de fluence dont les résultats ne tiennent pas compte d'un critère important de la capacité de lecture, qui est la capacité de comprendre ce qu'on lit. Plus de la moitié des élèves de 6ème sont en difficulté à ce niveau. Ils savent déchiffrer mais ne comprennent pas ce qu'ils lisent !

Or l'enseignement devrait permettre de comprendre et d'assimiler ce qu'on apprend. C'est là que commence l'apprentissage de la pensée autonome et du libre arbitre. Comprendre ce qu'on lit est essentiel dans notre société. Qu'apprend on à l'école aujourd'hui ?

De nombreuses matières comme la littérature (lectures et rédactions) qui permet de développer la pensée autonome en confrontant et argumentant des idées, l'histoire, la géographie, qui permettent de se situer dans le temps et l'espace, l'instruction civique, la biologie ou sciences naturelles se réduisent comme des peaux de chagrin pour faire place à des enseignements à la mode comme le tri collectif, l'économie de l'eau, l'écologie, l'utilisation du numérique, etc...

Cela permet à des mouvements comme Front de mères de dire que leurs enfants sont entretenus dans l'ignorance afin d'en faire une main-d'oeuvre facilement exploitable ! C'est le sort de nombreux enfants Français de souche.

Si la majorité des élèves qui arrivent en 6ème ne comprennent pas ce qu'ils lisent, ils sont hyper-doués pour utiliser des applications et des jeux sur leurs tablettes !

Roland Goigoux dit à propos de l'apprentissage de la lecture : "Lire, c’est traduire. Un enfant comprend un texte s’il arrive à le raconter à son tour, avec ses propres mots. Cela suppose d’aller chercher à comprendre entre les lignes, à faire parler les jeunes sur ce qu’ils perçoivent. Cela se travaille dès la maternelle, avec la lecture et l’explication de textes par des adultes, et cela pourrait également combler l’autre principale lacune des élèves : le manque de vocabulaire. Il ne suffit pas d’une leçon par semaine. Le vocabulaire de la langue écrite doit être une obsession incessante dans toutes les disciplines de l’école primaire." in Libération du  17/11/2021.

Comme aux USA, on a modifié le système de notation afin de ne pas traumatiser les enfants avec des notes péjoratives. On s'est mis à utiliser les lettres, et aujourd'hui les couleurs comme pour les "nutriscores". On a supprimé le redoublement au nom de l'égalité des chances. On modifie le baccalauréat toujours pour réduire les inégalités. Bientôt on leur donnera sans avoir besoin de faire d'effort, tout en étant conscient qu'il n'y a plus assez de places à l'Université.

Comme aux USA, en France les enseignants n'avaient plus le droit de donner de punitions, ni de devoirs à faire à la maison. Perdant progressivement le sens et l'usage des fondamentaux, se noyant parfois dans des idéologies néo-gauchistes, ils s'éloignent de la transmission du plaisir d'apprendre et de comprendre, n'ayant plus cette passion de la culture Française. Ils (elles) deviennent les cibles d'enfants et de familles qui profitent de ce vide pour tenter d'imposer leur propre culture, leurs propres valeurs. Ils perdent progressivement le peu d'autorité qu'ils avaient sur leurs classes.

Ce qui conduit de nombreuses familles, de souche ou pas, à faire appel à l'école privée.

  1. Puce J'ai visité une école privée catholique où il y avait autant d'enfants issus de l'immigration musulmane que de catholiques !

Barbara Lefèbvre le dit mieux que moi: "Notre école, peuplée d'enseignants dévalués, est devenue une usine à produire du consentement, des idées toutes faites imbibées de novlangue progressiste et des cervelles programmées pour consommer.

Pourtant, lieu d'apprentissage de la liberté par les savoirs, l'école reste le début et la finalité de toute ambition de restauration de notre souveraineté.

Le système scolaire actuel fait en sorte que quelques cervelles se distinguent de la masse pour maintenir l'illusion d'une émancipation possible. On nous parle alors d'égalité des chances, d'école de la méritocratie, d'école de la confiance pour masquer un réel que chacun constate: le système éducatif français n'entend pas fournir un égal accès à la culture à tous les enfants de la République.

Si les enfants des classes populaires réussissent moins bien que les entants de profs ou de cadres, ce n'est pas seulement parce qu'ils sont entre eux dans des écoles-ghettos ou que les parents bourgeois sont plus attentifs à la scolarité de leur progéniture, c'est davantage parce que, dès la maternelle et les premières années d'école primaire, le consensus institutionnel règne pour qu'aucune exigence culturelle ne s'impose aux enfants de la France d'en bas.

Si, de plus, ces enfants sont issus de l'immigration récente, on s'appuie sur l'excuse différentialiste et le multiculturalisme pour justifier qu'on ne leur fasse pas boire aux mêmes sources du savoir, comme s'ils en étaient incapables par culture". Front Populaire n° 1 - été 2020.

Barbara Stiegler d'ajouter : "De la maternelle à l'Université, on consacra la conception néolibérale de l'éducation, vidée de tout contenu collectif pour être réduite à une consommation de contenus et une capitalisation par les individus et leurs familles d'un portefeuille de compétences ou d'un capital formation permettant à chacun de s'adapter à un environnement compétitif et incertain." De la Démocratie en Pandémie - Tract Gallimard n° 23 -2021

Aux Etats Unis s'est développé un courant visant à sur-valoriser les enfants, nés dans les années 80/90, la génération des milleniaux. Sous prétexte de les rendre plus compétitifs, plus résistants face au monde, les programmes scolaires comprenaient de nombreux exercices destinés à améliorer, booster, une meilleure image d'eux-mêmes. Le système de notation a été modifié afin qu'ils ne se sentent plus dévalorisé par une note, les critiques négatives étaient prohibées, et les compliments à tort et à travers encouragés.

S'il est important d'avoir une bonne estime de soi pour "être heureux" et s'investir dans la vie, une dérive vers le narcissisme était à prévoir: l'estime de soi reposant un peu trop sur le regard des autres, sur les comparaisons et les performances.

Jean Twenge, psychologue, a étudié les effets de cette éducation à partir d'une recherche sur 11 millions d'élèves et étudiants.

Dans un premier livre co-écrit avec Keith Campbell intitulé The Narcissism epidemic : Living in the age of Entitlement (L'épidémie Narcissque : Vivre à l'époque du Tout m'est du) Atria- 2010, elle livre un constat sans appel sur la culture du narcissisme:

"Il est important de comprendre les causes de l'épidémie de narcissisme, car ses conséquences à long terme sur la société sont destructrices. La focalisation de la culture américaine sur l'admiration de soi a entraîné un décollement de la réalité vers le royaume du rêve grandiose. Nous avons des milliardaires bidon (avec des emprunts supérieurs à la valeur de leurs biens et des montagnes de dettes), des beautés bidon (grâce à la chirurgie plastique et aux laboratoires de cosmétiques), des athlètes bidon (grâce aux produits anabolisants), des célébrités bidon (via la téléréalité et YouTube), de faux étudiants géniaux (grâce à des notes surévaluées), une économie nationale bidon (avec 11 milliards de dollars de dettes), des enfants qui se croient tous extraordinaires (grâce à une éducation familiale et scolaire qui les survalorise) et des amis qui n'en sont pas (grâce à l'explosion des réseaux sociaux). Tout ce fantasme peut paraître très séduisant, mais malheureusement la réalité reprend toujours le dessus."

Concluant que la pédagogie du narcissisme n'a pas atteint ses objectifs et que ses effets seront longs à effacer.

Que l'on s'affronte dans Koh Lanta, the Voice, ou que l'on soit influenceur ou bloggeuse, l'objectif semble être le même: le besoin de se sentir exceptionnel.

3° - au niveau économique et social :

les lois du marché néo-libéral avec leur compétitivité effrénée, avec les délocalisations, le dumping, les lobbies, les fusions, sont organisées pour produire plus, vendre plus, gagner plus, mettre en addiction à la consommation des peuples qui s'appauvrissent, parce que la répartition des richesses ne se fait pas équitablement.

  1. Grâce à une propagande bien orchestrée et relayée par des politiques gouvernementales (de droite comme de gauche) soumises aux intérêts mondiaux, des milliardaires imposent un diktat au monde (Davos, Bilderberg, Gafam etc..), créant et jouant de pénuries, de spéculations, d'appropriations, d'obsolescence programmée, transformant désirs ou fantasmes en besoins, afin d'entretenir des addictions consuméristes et d'augmenter en permanence leur capital. Le rouleau compresseur de la mondialisation est à l'oeuvre. Pour que cela rapporte gros, ils faut que cela devienne universel et standard.

Dans tous les pays du monde, les milléniaux roulent en SUV (que ce soit en Porsche BMW, Nissan ou Dacia, même les terroristes roulent en Toyota Cruiser), ils sont tous accros à leurs smartphones (que ce soit iPhone ou Xiaomi), leurs gosses ne s'amusent que sur nitendo, pendant que les parents télé-travaillent ou se réunissent en visio, entre deux séances de Play station ou un rail de cocaïne.

Les délocalisations ont balayé la souveraineté nationale en laissant à d'autres pays le monopole de la production de la majorité des produits de consommation courante, dans différents secteurs.

Le développement de superstructures commerciales a tué progressivement les petits commerces (boulangeries, épiceries, merceries, boucheries, charcuteries, quincaillerie, magasins de photos, librairies, électro-ménager etc...) et la vie sociale que les petits commerces entretenaient dans les quartiers des villes et les villages.

Vie sociale qui créait des liens, liens qui créaient un sentiment d'appartenance. Le boucher ou le boulanger de mon quartier n'étaient pas ceux d'un autre quartier, tout comme le boucher casher ou halal n'est pas n'importe quel boucher. Ils signaient notre appartenance à un quartier, à une communauté.

Ce n'est pas pour rien que des maires tentent de réintroduire des petits commerces dans leurs villages...

L'artisanat qui vendait des produits uniques, voire personnalisés, a été remplacé par l'industrie de masse qui équipe tous les foyers des mêmes produits standards, à l'obsolescence programmée, made in China.

Les multinationales agro-alimentaires phagocytent les petits producteurs après les avoir acculés à la ruine, pour mettre sur le marché des produits standards bourrés de chimie très éloignés des produits de qualité que nous trouvions chez le paysan, l'artisan et dans les marchés locaux.

Sous couvert de prix attractifs nous sommes inondés de vêtements, d'électroménager, de meubles, et parfois de bouffe, de mauvaise qualité, fabriqués à l'étranger par des salariés sous-payés.

Ue voiture, un réfrigérateur, un téléviseur, des vêtements fabriqués en Pologne ou en Chine sont vendus à peine moins chers que ceux qui étaient fabriqués en France. Les jeans "slim" qui nécessitent beaucoup moins de tissus que les jeans normaux coûtent le même prix ! La différence va bien quelque part.  En plus il faut en changer plus souvent du fait de leur médiocrité ou de l'obsolescence. Une rémunération plus équitable devrait permettre d'acheter des productions locales plus fiables, même légèrement plus chères.

  1. Avec la dissolution des liens sociaux, les pertes de repères dues au chômage (perte de revenus, mais aussi perte de reconnaissance, perte de statut social et souvent perte de statut familial), avec le développement de la précarité, beaucoup ne savent plus quelle orientation choisir, quelle utilité avoir pour sa famille et pour la société, ni quel sens a la vie.

L'accroissement de la précarité et la perte de sens peuvent amener des hommes et des femmes à se replier, à se révolter, à exploser, à s'entretuer, par perte identitaire.

  1. Puce Mon propos n'est pas d'enterrer le capitalisme, ni de proposer une autre formule en...isme. Peut-être devrions nous simplement modifier le capitalisme consacré à l'argent pour un capitalisme consacré à l'humain.

Croitre, Produire, Vendre, Acheter, Soigner, auraient toujours lieu d'être mais avec un objectif différent: une croissance au service de l'homme (de l'humanité) et non au service de l'argent (du capital). Cela ne changerait rien au PIB. De quoi faire frémir Davos, Bruxelles et compagnie !

Big Pharma et les gouvernements à sa botte refusent de libérer les licences des vaccins COVID-19, ce qui empêche nombre de pays du sud de se protéger. En terme de rentabilité, quelle différence y aurait-il entre vendre 4 milliards de vaccins aux pays "riches" au prix fort et 8 milliards de vaccins à un prix abordable à tous les pays du monde ?

Henry Louis Mencken(1880-1956), journaliste et écrivain américain très critique à l'égard de la politique de son pays écrivait en 1949 (Chrestomathy) à propos des hommes politiques et de l'élite qui dirigent le pays:

"Ces hommes ne sont que très rarement, voire jamais, touchés par ce que l’on pourrait appeler l’esprit public. A dire vrai, il n’existe parmi eux pas plus d’esprit public que parmi la communauté des cambrioleurs. Leur objectif premier est de promouvoir leurs avantages privés. C’est à cette fin seule qu’ils exercent les vastes pouvoirs qu’ils ont entre leurs mains. Peu importe ce qu’ils recherchent, que ce soit la sécurité, l’opulence ou le pouvoir, ils doivent le tirer du pot commun et ainsi réduire la part de tous les autres. Employer une personne supplémentaire au gouvernement entraîne une diminution des salaires de tous les salariés du pays… Donner à un membre du gouvernement plus de pouvoir nous retire à tous une part de notre liberté."

72 ans après, cette critique est toujours d'actualité, pas seulement aux Etats Unis !

4° - La peur et les fractures qu'elle induit:

  1. La peur est un moyen extraordinaire de contrôle et de pression pour altérer les libertés et rendre les gens prévisibles. On l'a vu avec la pandémie COVID.

  2. La peur est souvent utilisée pour briser la capacité de discernement et de changement. Elle paralyse et empêche de réfléchir librement. Elle est aliénante.

  3. La peur est souvent à l'origine de violence, que l'on retourne contre soi (dépression, suicide, addictions) ou contre les autres ( agressions, discriminations).

  4. La peur engendre de la dépression, parce qu'elle masque les issues possibles et tue l'espoir. Jonathan Attias écrit : "une population déprimée est une population apathique, qui se laisse gouverner docilement, sans risquer de se révolter puisqu'elle n'a plus d'espoir". Les mesures prises et subies lors de la pandémie Covid le confirment.

  5. Puce

- Combien de parents utilisent la peur avec leurs enfants même lors des jeux anodins, ne fut ce que pour monter qu'ils sont là pour veiller sur eux ?

  1. -Combien de pères(mères) et de conjoint(e)s terrorisent leurs partenaires et leurs enfants afin de les soumettre à leur volonté, de les contraindre ?

- Combien de religions jouent sur la peur du péché et de la damnation, pour soumettre leurs fidèles ?

- Combien de patrons et de chefs jouent avec la peur de la sanction, voire du licenciement, pour s'imposer à leurs employés ?

- Combien de citoyens respectent le code de la route par peur des sanctions, par peur du "gendarme" plutôt que par prise de conscience de la valeur de la vie ?

- La médecine et l'industrie pharmaceutique jouent sur la peur de la mort et de la maladie, sur la peur de vieillir, les assurances surfent sur la peur des accidents, des inégalités, de l'insécurité, les médias jouent avec toutes les peurs qui font de l'audience: catastrophes, famines, terrorisme, épidémies, délinquance, déviances et violences.

  1. - La société "à pensée unique" joue avec la peur d'être condamné, marginalisé, exclu si on ne pense pas comme elle, le web et les réseaux sociaux entretiennent la peur de rater quelque chose, de ne pas être vu ou reconnu, la peur d'être ignoré, la peur de ne pas être au bon endroit au bon moment, la peur de ne pas ressembler aux autres, la peur des polémiques, la peur des critiques anonymes, les multinationales et les banques jouent avec la peur de la pénurie, la peur de manquer, la peur du chaos, les politiques jouent avec la peur de l'avenir au cas où ce serait un autre parti qui arrive au pouvoir;

  2. - Les gouvernements jouent avec la peur des crises économiques, écologiques, sanitaires etc...

La façon dont sont gérées les crises, qu'il s'agisse d'attentats, de pandémie, de chômage et de précarité, mais aussi la façon dont est gérée l'information, amènent à se poser des questions sur ce qu'il peut y avoir derrière !


Nicolas Machiavel (1469-1527) à écrit dans le Prince: "Celui qui contrôle la Peur des gens devient le maître de leurs âmes."" Gouverner, c'est faire croire..."

Henry Louis Mencken(1880-1956) a écrit "le but de la politique est de garder la population inquiète et donc en demande d’être mise en sécurité, en la menaçant d’une série ininterrompue de monstres, tous étant imaginaires "

Un siècle plus tard Jack Kornfield (1945 -) moine bouddhiste américain écrit: "Nous vivons dans une société qui nous encourage à penser que tout est sous contrôle: on tâche de suivre des régimes pour rester en bonne santé, on regarde la météo pour voir les prévisions 24H/24, on respecte les files de sécurité à l'aéroport. Mais en fin de compte on ne pourra jamais prévoir la maladie, les tornades, ou les accidents...

Les hommes politiques qui nous dirigent entretiennent le sentiment de peur, nous trompent souvent en parlant de dangers imminents et ne cessent d'évoquer des sujets censés être plus inquiétants les uns que les autres. Autrefois on craignait les communistes, la guerre nucléaire, les homosexuels, aujourd'hui on redoute les terroristes, les immigrés, les musulmans"15.

  1. Puce Il y a des peurs réelles imprévues comme celle que l'on ressent lorsqu'on est face à un agresseur ou un animal sauvage, celle que l'on éprouve lorsqu'on se trouve en pleine tempête au milieu de l'océan ou dans un avion pris dans les turbulences, celle que l'on ressent dans un accident ou un incendie.

  2. Puce Il y a des peurs réelles que l'on déclenche comme celle que l'on éprouve en pratiquant des sports extrêmes ou des conduites à risques, celle que l'on ressent lorsqu'on prend des décisions importantes, ou lorsqu'on entreprend quelque chose de nouveau.

  3. Puce Il y a des peurs imaginaires lorsqu'on manque d'informations, de confrontation à une réalité, lorsqu'on adopte des croyances culturelles, familiales sans vérifier. Celle que l'on éprouve avant un examen, un entretient, une prise de parole en public, une opération chirurgicale dont on ne connait pas l'issue ou celle que l'on ressent à l'égard de personnes différentes avant d'avoir fait leur connaissance.

  4. Puce Il y a des peurs "créées, construites, entretenues" pour obtenir des comportements adaptés voire générer des réactions:

  5. Celle qu'utilisent les terroristes, c'est leur fond de commerce ! L'Etat Islamique provoque délibérément la peur des musulmans. Avec chaque massacre filmé, chaque mise en scène de l'exécution d'un otage, chaque tuerie collective, il manipule la conscience collective occidentale afin de cliver nos sociétés, d'isoler les musulmans qui y vivent et deviennent à leur tour victimes de ce terrorisme et de ses effets.

  6. Celle qu'utilisent certains proches lorsqu'ils(elles) jouent avec la peur de ne pas être aimé ou d'être abandonné.

  7. Celle qu'utilisent un certain nombre de gouvernements lors la pandémie Covid-19, avec des informations contradictoires, une tendance au catastrophisme, des chiffres isolés, des mesures coercitives, des lois et des décrets inattendus. Il est surprenant aujourd'hui de découvrir que les pays les moins affectés par le Covid 19 sont ceux qui ont le moins paniqué et le moins vacciné. Est-ce un hasard si en France le traitement de la pandémie est classé secret défense ?

  8. Celle que provoquent les médias en évoquant une probable pénurie de carburant ou de papier hygiénique, en diffusant des images de files d'attente ou de rayons vides, sans qu'une pénurie soit avérée en dehors de celle provoquée par la panique induite. Est-ce un hasard si avant les fêtes de Noel 2021 les médias évoquent des pénuries de jouets et autres cadeaux sous couverts de problèmes de portes conteneurs et d'acheminement ?

  9. Celle qu'utilisent les médias avec ce qu'ils appellent "reportages". Les chaines de télévision diffusent en permanence (5 à 8 fois par semaine) des "reportages" alarmants sur les services de secours et de police en mettant en exergue le développement de la délinquance: 90' d'enquête, Appel d'Urgence, Envoyé spécial, En quête d'actualité, Enquête exclusive, Enquête d'action, Complément d'enquête, Enquête sous Haute Tension, Au coeur de l'enquête, Urgence, Samedi Reportages, etc...

Paradoxalement, le ministre de la justice évoque un "fantasme insécuritaire". Soit il ne regarde pas la télévision, soit il ment, soit ces reportages sont faux.

  1. Celles créées et entretenues par les politiques pour obtenir de la soumission, produire des fractures sociales. Diviser pour mieux asservir et conserver leur poste (ce qui peut cacher leur peur du peuple et des mouvements sociaux !)

  2. Puce Il y a eu les Gilets Jaunes dont les revendications étaient fondées et légitimes, soutenus par une grande partie de la population (souvenez vous les gilets jaunes posés sur les tableaux de bord en signe de solidarité). Ils ont été discrédités à grand renfort d'images de casseurs (qui n'étaient pas des Gilets Jaunes, même si certains en portaient), d'interviews de leaders confus ou narcissiques, qui n'étaient pas représentatifs du mouvement, auto-proclamés ou sélectionnés par les médias afin de créer le trouble.

  3. Puce Il y a eu les retraités "à la vie dorée" qui seraient à l'origine de la crise et des problèmes que rencontre la jeunesse actuelle, d'où la nécessité de les sur-taxer.

  4. Puce Il y a les islamistes sans que l'on fasse le distingo entre islam et islamistes, en laissant se développer amalgames, méfiance et parfois rejet de musulmans qui ne sont pas concernés par le phénomène. Sans que l'on prenne des mesures efficaces de part et d'autre pour remettre les choses à leur place.

  5. Puce Grâce à la pandémie qui a mis un frein brutal aux mouvements sociaux, on agrandit la faille entre les jeunes et les vieux en faisant croire que les mesures imposées aux jeunes sont faites pour protéger les vieux.

Il y a les annonces anxiogènes à répétition du gouvernement (guerre, taux stratosphériques, supersoniques, contamination fulgurante, taux jamais atteints etc...) avec des mesures coercitives de "protections" (autorisations de déplacements, confinements, vaccination obligatoire, pass sanitaire et pass vaccinal) paradoxalement imposées à tous "pour notre bien" alors qu'on aurait pu se focaliser sur les personnes à risque et sur les unités de soin. Créant un clivage entre les 99,5% de population bien portante et les 0,5% plus fragiles et réellement en danger.

  1. Puce Le gouvernement joue sur la fracture entre les vaccinés et les non-vaccinés, amenant une partie de la population à se révolter contre ces derniers accusés de mettre la vie des autres en danger. Sachant que vaccinés ou pas, le virus fait ce qu'il veut et qu'il y a pratiquement autant de vaccinés hospitalisés que de non vaccinés ! Le pseudo vaccin n'empêche pas d'attraper le virus et de le transmette. Il permet seulement de ne pas développer de forme grave, ce qui permet de désengorger les services d'urgence. Sachant que de plus en plus de services d'urgences sont fermés, faute de moyens et de personnels. Ce sont les non vaccinés qui sont pris pour cible afin de masquer l'impéritie du gouvernement.

Gabriel Attal porte un jugement de valeur grossier sur les pro-vaccins et les anti-vaccins : "Il y a une France laborieuse et volontariste, qui veut mettre le virus derrière elle et travailler. Elle est largement majoritaire. Et puis il y a une frange capricieuse et défaitiste, très minoritaire, qui se satisferait bien de rester dans le chaos et l'inactivité". Il va jusqu'à délirer en disant que "ce sont les non vaccinés qui emmerdent les autres, les restaurants, les urgences, les salles de spectacles depuis deux ans". Les vaccins sont apparus il y a à peine un an !

91 % des Français sont vaccinés et cela ne change rien à l'évolution de la pandémie. Pauvre con !

Dupont Motetti, sur Radio J : "Les personnes qui sont contre le vaccin sont une faille dans notre système et agissent comme si la liberté était de contaminer les autres et donc de tuer." Pourquoi n'a-t-on pas le choix d'être ou ne pas être vacciné ? Si on accepte de se faire vacciner pourquoi n'a-t-on pas le choix entre la thérapie génique (ARN)Pfizer et les vaccins traditionnels Russe ou Chinois ? Pourquoi les médecins n'ont-ils pas le droit de traiter leurs patients avec l'ivermectine ? De quel droit l'Etat choisit le médicament que nous devons prendre ?  C'est ça la justice ? La démocratie ?

Macron le 12 juillet 2021 enfonce le clou de la discrimination entre ceux qui sont vaccinés ou testés et ceux qui ne le sont pas en lançant le pass sanitaire, premier volet d'un contrôle social à la chinoise. Les premiers (bons citoyens) auront accès à de nombreux sites (transports, vacances, salles de spectacles, restaurants, bars, mais aussi commerces et grandes surfaces) les autres (mauvais citoyens) n'y ont pas droit.

Il confirme sa tendance au totalitarisme, avec un 3ème rappel devenu obligatoire pour les plus de 65 ans et finalement pour tout le monde, sous peine d'annulation de pass sanitaire (privation de liberté) sachant que les 4ème rappels et suivants ne tarderont pas....Pfizer faisant le nécessaire. Pour le 3ème rappel, il est imposé d'utiliser Moderna déconseillé aux personnes de moins de 30 ans, pour épurer les stocks ! Heureusement ou dommage qu'ils n'ont pas de stock de cyanure !

Le 04 Janvier 2022, Macron monte d'un cran en avouant vouloir "emmerder" ceux qui refusent le vaccin, traitant les non-vaccinés d'irresponsables. La constitution et la législation françaises lui interdisant de rendre le vaccin obligatoire, il contourne la loi en réduisant la vie sociale des non-vaccinés au minimum, allant jusqu'à évoquer la déchéance de citoyenneté.  Voir l'interview du Parisien 05/01/2022. Plus facho tu meurs !

CH.Castaner, sur BFMTv le 22 juillet 2021 à un journaliste qui lui demande s'ils ont "décidé de pourrir la vie des gens" avec le pass sanitaire, répond: "personne n'est obligé d'aller au restaurant, je suis désolé pour les restaurateurs, j'ai plaisir à aller au restaurant, mais personne n'est obligé d'aller au restaurant, personne n'est obligé d'aller au cinéma, par contre vous êtes obligé d'aller faire vos courses et c'est ça la distinction que nous devons faire" ! On vous prive de loisirs, mais on accepte quand même que vous achetiez de quoi manger. Voyez comme on est gentils.

Lors de la pandémie, nous avons été saturés de chiffres de contaminés, d'hospitalisés, de décédés. En ramenant le chiffre de 120 000 morts du Covid en deux ans, à ceux que nous vivons chaque année - 157 000 morts du cancer - 150 000 morts de maladies cardio-vasculaires - 9500 morts de suicides - 7000 morts de la grippe ordinaire - 4000 morts de maladies nosocomiales contractées à l'hôpital - 3500 morts d'accidents de la route, soit 331 000 morts chaque année, nous pourrions réfléchir et faire appel à l'expertise de vrais scientifiques pour étudier comment faire baisser ces chiffres.

Lorsque Attal évoque des taux de contamination "stratosphériques" de 50 cas pour 100 000, il joue sur la passivité des gens face aux chiffres: 50 cas/100 000 = 0,05 % de contamination, cela veut dire que 99,95% des Français vont bien.

On présente un taux d'incidence de 400 pour 100 000 comme très inquiétant alors que cela veut dire que 0,4% des personnes sont positives et que 99,6% sont en bonne santé,  750 pour 100 000 est censé être très grave alors que cela veut dire que 0,7% des gens sont contaminés et que 99,3% vont bien. A quoi jouent-ils ?

Cela n'empêche pas de faire attention, mais on n'est plus dans la panique, ni la soumission. https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20210719.OBS46693/hausse-stratospherique-les-35-departements-qui-depassent-le-seuil-d-alerte-du-covid-19.html

Plutôt que de créer des lits d'hôpitaux que les soignants réclament depuis bien avant la pandémie, on prive les Français de liberté, on supprime 5700 lits d'hôpitaux, on suspend des soignants non-vaccinés en septembre 2021.

Je vous invite à lire : Quand la psychose fait dérailler le monde - Renaud Girard et Jean Loup Bonnamy- Tracts Gallimard n°21-2020 et De la Démocratie en Pandémie- Barbara Stiegler - Tracts Gallimard n°23-2021

L'effet de ces peurs et de ces fractures relève d'une propagande politique ambigüe proche de la dictature, en tout cas d'un processus anti-démocratique.

Cette façon de procéder relève soit du souhait de faire croire que le gouvernement est là pour nous protéger alors qu'il accumule les impérities depuis le début, soit d'un entrainement à la soumission (une forme de test de la résistance des Français à la dictature en prévision d'une politique plus appuyée), soit d'un mépris de classe à l'égard du peuple, probablement les trois à la fois.

5° - Une menace anxiogène à consonance ethno-religieuse imposée à l'Occident par des groupes qui utilisent une religion comme arme.

De nombreux "experts" débattent de ce qui aurait déclenché cette guerre: une revanche sur les croisades (qui ont eu lieu il y a 1000 ans), un mépris occidental à l'égard d'une partie du monde, des ingérences occidentales au Moyen-Orient (plus récentes), des colonisations passées, des caricatures etc...un tas d'hypothèses basées sur la culpabilité, parce qu'il faut que ce soit de notre faute !

Et s'il ne s'agissait que d'une répétition de l'histoire. Les croisades ont commencé vers 1095 et se sont achevée vers 1400 après JC.

Par contre l'invasion arabo-musulmane de l'Asie et de l'Afrique a commencé bien plus tôt, longtemps avant toute ingérence occidentale dans ces continents !

L'invasion arabo-musulmane de l'Inde a débuté en 711, celle du Moyen Orient, de l'Afrique et du Maghreb à partir de 622...

Dans les livres d'histoire on décrit l'invasion arabo-musulmane de la France de 719 à 759, en Aquitaine, Poitou, Bourgogne, Provence...invasion dont nous devons la libération à un certain Charles Martel...

Une partie du monde arabo-musulman a toujours cherché à étendre sa domination, tant sur ses propres sujets que sur le monde, depuis des siècles.

Petit dictionnaire:

Califat ou Khalifat : Territoire sous la gouvernance d'un calife qui est un chef d'état reconnu comme étant la personne qui fait respecter les préceptes du prophète Mahomet au niveau de la gestion politique. Un calife est un souverain musulman succédant à Mahomet, possédant à l'origine les pouvoirs spirituel et temporel.


Combien de chefs musulmans ont rêvé et rêvent encore de créer de nouveaux califats ? Ben Laden, Abu Bakra al Baghdadi, Mokhtar Belmokhtar, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, Erdogan, et tant d'autres...ce qui est conforme à la volonté du prophète. 

Ce que nous appelons terrorisme semble être la partie violente de cette guerre  endémique pour conquérir des territoires, soumettre des populations. Une invasion démographique pourrait en être les prémisses apparemment pacifiques.

  1. Puce A l'attention de ceux qui n'ont pas l'électricité à tous les étages, je ne vise pas ici les réfugiés qui vivent des persécutions réelles dans leur pays d'origine, moins nombreux que ce qu'on veut nous faire croire, et qui ne sont pas systématiquement des musulmans et des hommes, ni ceux(celles) qui ont des compétences et des talents qu'ils(elles) ne peuvent développer ou exploiter dans leur pays d'origine, ni ceux(celles) qui sont venus simplement pour travailler et qui travaillent effectivement.

Nombreux sont ceux qui amalgament réfugiés et migrants, afin de qualifier de racistes ceux qui n'adhèrent pas à une immigration incontrôlée. 

Petit dictionnaire:

Intégration: action d'intégrer ; fait pour quelqu'un, un groupe, de s'intégrer à, dans quelque chose L'intégration est le processus et les modalités par lesquels une personne s’attache (s'intègre) à une communauté et inversement.

L'assimilation est la pratique qui consiste à exiger de l'étranger qu'il adopte les mêmes comportements, les mêmes us et coutumes et traditions que la population qui l'accueille. Du point de vue de la personne assimilée, l'assimilation peut être vécue comme une forme d'acculturation.


6°- Un phénomène lié à l'intégration ou l'assimilation:

des générations nées de parents venus en France pour travailler semblent en difficulté identitaire: Français de naissance, mais de cultures différentes, elles semblent avoir du mal à trouver leur place, ce que n'avaient pas leurs aînés qui savaient d'où ils venaient, qui ils étaient et ce qu'ils étaient venus chercher.

Les primo-arrivants étaient généralement bien intégrés sans que soit attendue une assimilation, puisqu'ils(elles) pouvaient continuer à être ce qu'ils(elles) étaient à condition de respecter les lois de la république. La plupart sont venus le temps de se construire une maison et une retraite plus confortable au bled.

On ne leur demandait pas de jouer aux Français en adoptant une culture et des valeurs qui n'étaient pas les leurs. L'intégration relevait d'un choix, celui d'être ce qu'on est tout en respectant la façon de vivre du lieu où l'on se trouve, le temps que ça se passe.

Un père algérien disait dernièrement que chez lui ses enfants mangent selon la tradition de la famille mais qu'à l'école ils mangent comme ses camarades, pour qu'ils soient à l'aise avec les deux cultures. L'intelligence du coeur....

Les enfants de ces premières générations sont pour la plupart nés en France et ont eu des enfants nés en France, dont l'objectif n'est plus forcément de repartir au pays. Ce sont ces générations et les nouveaux migrants qui aujourd'hui sont en difficulté.

Les nouvelles générations sont "assises entre deux chaises". Nées en France, ayant fait leurs études en France, elles sont plus Françaises que leurs parents ou grands parents. Elles évoquent des racines qui relèvent davantage de la mémoire familiale, voire de l'illusion, n'ayant d'autres repères que ce qu'on leur dit ou ce qu'on leur montre.

Lorsqu'ils partent en vacances au bled, le bled-même les considère souvent comme des étrangers.

Ils sont Français, donc relevant de la république, de ses valeurs, de ses lois, de ses droits mais aussi de ses devoirs. Ce qui ne les empêche pas de pratiquer leur religion, leur culture, leurs traditions, sous réserve que cela soit compatible avec la vie sociale française.

  1. Puce Fatiha Agag-Boudjahlat en parle merveilleusement bien dans son livre, elle sait de quoi elle parle.14

Un vide s'est installé que d'autres cherchent à combler, à défaut de les aider à se construire, que ce soient des manipulateurs américains, français ou arabes. Face à l'angoisse du vide, nombreux sont ceux qui sont prêts à accepter tout ce qui vient.

De nombreux double nationaux d'origines différentes semblent avoir trouvé un équilibre. Asiatique, Européens d'origines diverses. Pourquoi pas les Maghrébins et les Africains ?

Ayant observé comment les Kabyles s'en sortent entre la culture de leurs origines encore très présente et la culture arabo-musulmane qui leur a été imposée, je ne pense pas que cela soit insoluble.

Ces générations sont invitées à investir une identité fondée sur les valeurs d'un pays qui est désormais le leur, même s'ils ne l'ont pas choisi.

  1. Puce J'observe que depuis l'arrivée des premiers migrants, les valeurs et les principes qui fondaient l'attraction de cet eldorado se sont délités.

  2. Puce Au niveau de l'autorité familiale, de plus en plus de familles sont des familles monoparentales, avec l'absence parfois ou la défaillance souvent d'un père porteur d'autorité. Quand à cela s'ajoute un discours familial revanchard ou un endoctrinement religieux anti-français, cela peut aboutir à ce que nous rencontrons aujourd'hui dans les quartiers, dans les écoles, dans le pays.

- https://www.lefigaro.fr/faits-divers/valence-un-pere-en-garde-a-vue-apres-avoir-soutenu-son-fils-ayant-crie-allah-akbar-lors-d-un-hommage-a-samuel-paty-20211019

- https://www.midilibre.fr/2021/11/14/une-association-indigeniste-soutenue-par-la-mairie-et-denoncee-par-des-habitants-que-se-passe-t-il-a-bagnolet-9927288.php

  1. Puce Au niveau de l'éducation, elle n'est plus un facteur d'égalité et d'intégration sociale. Si quelques familles françaises de souche et d'origines étrangères sont capables d'épauler et de soutenir leurs enfants pendant leur scolarité, de nombreuses familles Françaises de souche et d'origines étrangères ne sont pas en mesure de faire cet accompagnement. L'éducation nationale a un gros défi à relever à ce niveau.

  2. Puce Au niveau de l'emploi ce n'est plus le plein emploi de l'arrivée des premiers migrants. A cause d'un tas de facteurs (délocalisations, mondialisation, crise économique souvent due à une mauvaise gestion) la vie rêvée et le travail ne sont plus accessibles à tous, quelles que soient les origines et la couleur. Selon les sources officielles en 2016, 41,7% des Algérien vivant en France, en âge de travailler, sont au chômage. https://observatoire-immigration.fr/limmigration-des-algeriens/

Il y a malgré tout plus de Français de souche en situation de précarité que des personnes d'origines étrangères. Sachant que, comme le décrit Fatiha Agag-Boudjahlat dans sa tribune du Figaro du 12/11/2021, beaucoup de familles issues de l'immigration ont fait le choix d'une précarité qu'elles ont imposé et imposent à leurs enfants, pour envoyer de l'argent (salaires et prestations sociales) à la famille restée au pays et/ou se faire construire une maison au bled.

  1. Puce Au niveau de l'autorité/justice, l'asservissement à la justice européenne qui ne tient pas compte des particularités nationales, le rapprochement des magistrats de l'exécutif et leur coloration de plus en plus politique, donnent à la justice une tendance très "deux poids deux mesures" pour ne pas dire plus....

Les lois Taubira et Beloubet, avec la suppression des peines courtes, la réduction de peines moyennes, les aménagements de peines, les ajournements de plus en plus nombreux pour vices de procédures, font que l'agresseur tend à devenir plus important que la victime.

Avec l'individualisation des peines et de leur application, les juges se transforment en "assistantes sociales", appliquant les lois en fonction du contexte, de l'histoire du parcours, de la personnalité, des prévenus, créant des disparités sur tout le territoire, installant les victimes dans le tiroir aux oubliettes.

  1. Puce Un coup de couteau de mineur peut donner lieu à un placement en CER dans un tribunal, et un emprisonnement dans un autre. La durée de l'emprisonnement peut varier d'un tribunal à l'autre.

  2. Puce Lorsque Alexandra Lange tue son mari après des années de violences physiques et morales, elle est acquittée le 23 mars 2012 par le tribunal de Douai, dans le cadre de la légitime défense. Lorsque Jacqueline Sauvage tue son mari après des années de violences physiques et morales, elle est condamnée le 28 octobre 2014 (confirmé en appel le 03 décembre 2015) à 10 ans de prison par la cour d'assise du Loiret. Elle sera graciée par F Hollande en 2016 suite à l'intervention de personnalités et de groupes féministes.

  3. Puce 1/3 des personnes condamnées à de la prison ferme est incarcéré à la sortie des tribunaux. Les deux tiers (entre 60 000 et 100 000) ne sont pas incarcérés immédiatement.

Tout cela crée un sentiment d'impunité chez les délinquants et d'insécurité chez les citoyens. Ce n'est pas étonnant que 92% des Français ne croient plus dans la justice.

Lorsque Dupont Moretti, dit dans les médias que "le sentiment d'insécurité est un fantasme", je ne pense pas que les catholiques de Nanterre aient eu un fantasme collectif ! Il occulte les chiffres officiels du développement exponentiel de la délinquance et méprise le peuple qui se sent en insécurité.

  1. Puce Au niveau politique, c'est le "bordel", plus personne n'est fiable ! Au même titre que les lois, les valeurs républicaines - Egalité, Fraternité, Solidarité - sont régulièrement bafouées.

Le gouvernement et le parlement (toutes tendances confondues) ne semblent plus tenir compte des avis du peuple qui les a élus, conséquence directe de la professionnalisation du politique, de la modification de la constitution au profit des législatives et de la majorité présidentielle (on évite le contre pouvoir).

Macron gouverne par décrets, le parlement se couche. Plutôt que d'entendre ce que dit le peuple, Macron envoie la police le faire taire. Résultat ce sont les policiers qui passent pour les méchants...

L'égalité fait place aux inégalités et aux injustices sociales, les lois ne sont plus appliquées comme elles le devraient et quand elles le sont ce n'est pas toujours de façon impartiale et juste.

La fraternité se résume au communautarisme minoritaire et à l'oumma. Les ultra-riches n'ont jamais été aussi nombreux et aussi riches que depuis une décennie (même pendant la pandémie) pendant que le peuple perd de plus en plus de pouvoir d'achat.

La solidarité vire au chacun pour soi. Nombreux sont les artistes, les sportifs, les animateurs télé, et autres PDG ultra-riches qui pratiquent l'exode fiscal, échappant au système de répartition des richesses. Pour les minorités, la solidarité est devenue le fond de commerce d'associations et de partis politiques, quand ce ne sont pas des artistes exilés qui viennent nous donner des leçons de civisme !

  1. Puce Les principes de la république indivisible, laïque, démocratique, sociale, sont un leurre, pour les mêmes raisons.

L'indivisibilité n'existe plus depuis Mitterand qui a joué sur les fragmentations et les privatisations, Macron porte les clivages à leur paroxysme, la laïcité s'érige en culte, pendant que des envahisseurs imposent leur religion(Nanterre 8/12/2021), la démocratie se fond en oligarchie, quand au social chacun fait ce qu'il peut à condition de bien connaitre les ficelles...Même les Français de souche n'y croient plus.    

En l'absence de "colonne vertébrale": de valeurs solides et d'autorité qui garantit la protection et la justice sociale pour tous, colorés ou pas, nous nous sentons abandonnés, en perte de repères(re-paires).

C'est alors que certains tentent d'imposer une pensée unique, qui se voudrait politiquement correcte, un ersatz de civilisation basée sur le ressentiment, la sur-interprétation de tout, à défaut de fondement.

  1. Puce Le système économique ne profite qu'à une élite, soutenue par les différents gouvernements au détriment des peuples. On n'arrive toujours pas à imposer aux Gafam de payer les impôts et taxes qu'ils doivent pour leurs activités sur le sol français ! On a beaucoup de mal à lutter contre les évasions fiscales ! On n'ose pas s'opposer ni à s'imposer aux lobbies de la chimie, de big pharma, de l'agro alimentaire.

Après avoir favorisé les délocalisations d'entreprises opportunistes, on va leur verser des aides afin qu'elles relocalisent ! C'est tout benef !

Alors que la dette ne fait que croitre, on distribue des aides au Liban, au Soudan, au Rwanda, au Tadjikistan, même à la Chine...et de l'argent de poche à la jeunesse ! Les scandales financiers (Panama, Pandora Papers et autres ) montrent à quel point l'élite tend à s'exonérer de transparence et de redistribution des richesses. L'exode fiscal est devenu une pratique courante dans certains milieux.

Les gens de couleur se positionnent en victimes, les autres s'inquiètent de sentir étrangers dans leur propre pays, inquiétude que certains qualifieront de racisme, de colonialisme, de nazisme.

Alors que colorés ou blancs sont face au même vide: vers quoi allons nous et qu'allons nous devenir dans ce "bordel" ?

Et si nous en parlions ensemble sans nous insulter ? Peut être qu'ensemble nous arriverions à faire bouger les choses dans l'intérêt du peuple que nous sommes.

6°- La montée en puissance du numérique avec le développement d'Internet et des réseaux sociaux, incitent les nouvelles générations à adopter des comportements grégaires basés sur le mimétisme et la recherche de reconnaissance (like): blogueurs(euses), influenceurs(euses), mais aussi trolls, flameurs, snipers, harceleurs et autres censeurs du web.

Sans syntaxe, sans arguments, sans éducation, tout le monde s'exprime sur tout et n'importe quoi, sans avoir besoin de connaissances particulières. Pourquoi pas !

Ce qui est dommage est que cette liberté d'échange est offerte par les nouveaux moyens de communication ne soit pas précédée ou assortie d'un développement des capacités de réflexion individuelle.

Tout le monde endosse des rôles de juge, de policier, de censeur, de harceleur, d'inquisiteur, sans autre raison que d'expérimenter le pouvoir et le plaisir immédiat que cela donne, ce qui contribue à entretenir narcissisme et hypertrophie de l'égo.

Grâce à l'anonymat ou aux pseudos, on peut changer de personnalité en fonction des interlocuteurs ou des situations, ce qui peut conduire à une forme de schizophrénie.  

Toutes ces tendances semblent influer sur les troubles identitaires, que l'on soit coloré ou blanc. Les opportunistes utilisant le malaise général pour créer des tensions entre les communautés.

Colorés ou blancs, nous sommes tous confrontés à cette fragilisation de la société, de nos cultures respectives, de nos civilisations.

  1. Puce Lorsque la  fragilité devient le terrain de jeux et de pouvoirs :

1- La censure commence par l'interdiction de penser différemment, d'exprimer des idées différentes, voire même d'être différent physiquement.

  1. Puce  Patrick Cohen (crocs-niqueur) le 13 Mars 2013 dans C à vous reprochait à Frédéric Taddeï de donner la parole dans ses émissions à ceux qu'il juge "des "cerveaux malades" disant qu'il faut leur interdire de s'exprimer, le 30/09/2021 sur France Inter Geoffroy Daniel de Lagasnerie dit : " Je suis contre le paradigme du débat, de la discussion...Je pense que nous perdons notre temps dans les chaînes d'info à débattre avec des gens "inconvaincables" et que nous ratifions la possibilité qu'ils fassent partie de l'espace du débat... Je pense que la politique est de l'ordre de l'antagonisme et de la lutte, et j'assume totalement le fait qu'il faille reproduire un certain nombre de censures dans l'espace public, pour rétablir un espace où les opinions justes prennent le pouvoir sur les opinions injustes". 

Jutes/injustes par rapport à qui et à quoi ? Vous imaginez ces gens-là au pouvoir ! Si ce n'est pas du fascisme qu'est ce que c'est ?

J'apprécie la réponse de Taddeï: "Toutes les opinions autorisées par la loi, et en France, sont défendues par la Constitution, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé, et ce n’est pas moi, animateur de télévision qui vais décider de ce que l’on a le droit de dire, il y a des livres qui paraissent, des films qui sortent, vous avez le droit de faire le tri, c’est votre responsabilité... Moi, ma responsabilité c’est qu'en tant qu’animateur d’une émission de débat sur le service public je m’interdis d’être le procureur ou le défenseur des uns et des autres et surtout de censurer qui que ce soit sur quelque sujet que ce soit, à partir du moment où il respecte la loi. "

Casser/effacer/déboulonner/éliminer tout ce qui est différent est à la mode lorsqu'on observe les échanges sur les réseaux sociaux. 

Que ce soit des réactions suscitées par des informations délivrées par des médias, que ce soient des réponses à des questions posées sur n'importe quel sujet sur n'importe quel forum, que ce soit lors de n'importe quelle exposition médiatique, des chro-niqueurs, des commentateurs anonymes (trolls), et même des pseudo-humoristes généralement incultes (vu le nombre de fautes d'orthographe et la pauvreté argumentaire), injurient, ridiculisent, rabaissent, cassent, en dehors de toute forme de débat démocratique.

"Si gratifiante soit-elle sur le moment, cette attitude possède de gros inconvénients. A force de remarquer ce qu'il y a de pire chez l'autre, un voile de négativité finit par recouvrir toutes nos perceptions. Nos pensées deviennent mal-veillantes, et avec elles l'univers mental dans lequel nous évoluons. En vérité, les comparaisons sociales vers le bas nous font plus de mal que de bien, Rabaisser les autres pour se rehausser a un effet boomerang: on devient victime de ses propres critiques, qui créent et nourrissent les sentiments de coupure et d'isolement que l'on espérait fuir."16

  1. Puce Je vous invite à lire Psychologie de la Connerie - collectif sous la direction de Jean François Marmion- Sciences Humaines - 2018.9 Ce livre décrit et étudie assez bien ce qu'il se passe actuellement, notamment au niveau des réseaux sociaux. Les pages 288 à 293 en sont un beau florilège.

Sans rhétorique, sans argument, des gens cassent pour casser, comme les ivrognes ont besoin de vomir pour se soulager, s'en prenant à tous et toutes

  1. Puce

- Lizzie Velasquez. http://www.sudouest.fr/2017/01/20/moqueries-insultes-menaces-pourquoi-tant-de-malveillance-sur-les-reseaux-sociaux-3120034-5166.php

- la violoniste Mia Matsumiya : http://information.tv5monde.com/terriennes/harcelee-en-ligne-depuis-dix-ans-une-violoniste-americaine-riposte-62137

- l'animatrice Laura Tenoudji https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/10/laura-tenoudji-pousse-un-coup-de-gueule-apres-des-critiques-sur-son-physique-a-cannes_a_23431482/

  1. - de nombreuses stars : http://www.tdg.ch/high-tech/web/ecoeurees-insultes-stars-quittent-twitter/story/25211352

  2. - tous ceux et celles qui ne sont pas médiatiquement connu(e)s et qui sont confrontés à ces pervers, sur Tweeter, Facebook, Tick Tock et sur un tas de forums. Certains allant jusqu'à se donner la mort pour fuir:

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/04/30/01016-20150430ARTFIG00300-harcelee-sur-les-reseaux-sociaux-une-adolescente-se-donne-la-mort.php

  1. Puce Plus récemment April Benayoum, Miss Provence, aux origines Israelites, se fait injurier, harceler sur les réseaux sociaux. Qui se cache derrière ces tweets? Qui sont les fascistes ? https://www.lefigaro.fr/actualite-france/injures-antisemites-contre-miss-provence-la-justice-se-heurte-a-twitter-20201221

Houria Boutledja, indigéniste connue pour son racisme anti-Français, qui comme beaucoup d'autres de cette mouvance, vit de subventions de l'état, prend position sur son blog hébergé par Mediapart, qui a fini par supprimer le post incriminé, où elle dit : "Elle(Miss Provence) ne peut se présenter publiquement sans mesurer ce que l’identité israélienne représente pour des millions de Palestiniens expulsés et occupés» et d’ajouter "qu’on ne peut pas être Israélien innocemment". Qu'y peut April, qui vit en France ?

Qui est Boutledja pour juger ? Faut-il lui rappeler la très innocente colonisation arabo-musulmane de l'Afrique et du Maghreb.

En la plagiant, on pourrait dire: "Houria Boutledja ne peut se présenter publiquement sans mesurer ce que l’identité arabo-musulmane représente pour des millions de Berbères et d'Africains exterminés, colonisés, asservis. On ne peut pas être Arabe innocemment".

Ce qui est intéressant est que les "caillasseurs", les inquisiteurs, les moralisateurs qui critiquent, détruisent, salissent, protégés par l'anonymat, ou la liberté d'expression, disent rarement d'où ils parlent, histoire de ne pas devenir une cible à leur tour. Quand ils(elles) s'expriment publiquement et deviennent une cible, lls(elles) tombent systématiquement dans la victimisation ..."On me critique parce que je suis racisée" disait C.Jordana.

2 - Cette censure s'étend aux différences ethniques avec le délit d'appropriation culturelle où l'on reproche aux gens d'utiliser des noms, des concepts, des signes, des particularités et des traditions culturelles appartenant à d'autres ethnies au prétexte que cela peut leur porter préjudice. Ce qui va à l'encontre du partage, de la tolérance et de la diversité culturelle.

  1. Puce Alors qu'on pratique le yoga en occident depuis plus d'un siècle, aux USA on en arrive à boycotter des cours de yoga parce que tout y a une consonance indienne.

  2. Puce Paradoxalement, c'est aux Etats Unis que l'on trouve le plus de gurus et de sectes à caractère "exotique" aux philosophies très asiatiques.... MDR !

On boycotte des pièces de théâtre, la littérature ancienne ou moderne, des cours universitaires, des clips video, des morceaux de musique utilisant des mots, des sons, des textes, des références, des images, des objets ou des personnages en lien avec des minorités ou des cultures différentes.

  1. Puce Banania, Uncle Benz ont été obligés de modifier leur publicité au prétexte que c'est de la provocation "raciste". Les jeep Cherokee, les vêtements et l'équipe de football américain Redskins, l'équipe de baseball Cleveland Indians, les glaces Eskimo se voient obligés de changer de nom pour atteinte raciste ou disqualification ethnique. MDR !

https://www.bfmtv.com/economie/consommation/accusee-de-racisme-la-marque-uncle-ben-s-change-de-nom_AN-202009230213.html

  1. Puce A Nantes le restaurant le Nez-Grillé, spécialisé dans la viande et les grillades depuis les années 60, vient d'être obligé de modifier son nom suite à la pétition d'individus associant ce nom à celui de négrier (traite d'esclave) dénonçant une provocation raciste .

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-face-a-la-polemique-ce-restaurant-a-du-changer-de-nom-d9a93f66-49c8-11eb-9dd0-99bc471bd212

  1. Puce Au Royaume Uni et au Québec, l'écriture inclusive et le parler inclusif (la novlangue) s'imposent: les hôpitaux universitaires de Brighton et Sussex mettent en place une modification du langage dans les maternités pour faire disparaître ce qu’ils estiment être de la "transphobie traditionnelle". Devant un public transgenre ou non binaire (homosexuel), les sages-femmes sont invitées à remplacer l’expression "lait maternel " par " lait humain ". Vous connaissez beaucoup d'hommes qui allaitent ? S'ils ont des prothèses mammaires, ils n'en ont pas les glandes. Il n'y a donc que des femmes qui peuvent allaiter avec du lait humain.

Pour ne pas blesser les personnes dont l’expression de genre n’est pas en adéquation avec l’identité de genre, les mots "père" et "mère" sont remplacés par "parent " ou "personne". Le "service maternité " s’appelle désormais le "service prénatal". C'est pourtant un utérus qui a porté la grossesse et un vagin qui ouvert la porte sur le monde ! MDR !

https://rmc.bfmtv.com/emission/je-ne-vois-pas-en-quoi-parler-de-lait-maternel-est-une-agression-l-angleterre-et-quebec-jugent-le-terme-discriminant-2035987.html

  1. Puce Le magazine Vogue est attaqué pour sa couverture en l'honneur la nouvelle vice présidente des USA Kamala Harris (première femme vice présidente et métisse) pour délit de whitewashing. Le magazine est accusé de ne pas avoir utilisé le bon éclairage pour la photo, ce qui aurait pour conséquence d'éclaircir le teint de Kamala, donc de nier sa négritude. https://madame.lefigaro.fr/style/kamala-harris-une-de-vogue-la-couverture-qui-fait-polemique-110121-194386

  2. Puce Il est interdit de modifier un plat coréen, de le photographier et d'en publier la recette. https://www.fr24news.com/fr/a/2020/12/stephanie-izard-une-ancienne-de-top-chef-sexcuse-apres-avoir-ete-accusee-de-sapproprier-culturellement-un-plat-coreen.html

  3. Puce Helena Dali, commissaire européenne demande à ce que soient supprimées des expressions "insuffisamment inclusives ou offensantes", comme Noël qui serait une atteinte à la laïcité. On ne pourrait plus dire vacances ou fêtes de Noël, ou joyeux Noël. Les prénoms chrétiens comme Marie, Joseph ou Jean devraient être bannis.à cause de leur connotation catholique au nom d'une neutralité laïque. Il n'y a pas que Zemmour qui a des problèmes avec les prénoms ! https://www.valeursactuelles.com/politique/inclusivite-une-commissaire-europeenne-recommande-de-ne-plus-utiliser-noel-les-noms-chretiens-et-le-masculin/

  4. PuceDans ce cas pourquoi pourrait-on parler de fête de l'Aïd, souhaiter un bon Ramadan ? Pourquoi accepterait-on le prénom Mohamed ? Pourquoi devrait-on être réveillé tous les matins par l'appel à la prière ? etc...

Va-t-on demander à modifier l'intitulé de la Déclaration des Droits de l'Homme qui peut être pris pour du sexisme: quid des droits des femmes ? Quid des droits des LGBTQ+ ? Mort de rire...

3 - La censure prend tellement d'ampleur qu'elle se transforme en "Cancel Culture": la culture de l'effacement, ils (elles) dégagent tout ce qui ne leur plait pas, tout ce qui ne leur ressemble pas.

C'est la culture du bâillon = "ferme-la ou on te dégage". On déboulonne les statues, on gomme ou manipule les réalités historiques, sociales, économiques, culturelles, on menace les gens de mort ou de décapitation. Sans réactions des politiques !!!

Comme les talibans (bouddhas de Bamiyam) et Daesh (site de Palmyre) ont détruits de nombreux vestiges du passé afin de faire table rase de l'histoire et des autres cultures pour imposer une idéologie, des minorités interdisent le recours à des faits, des traces, une mémoire, à tout ce qui ne va pas dans leur sens, afin d'asseoir leur propagande. On déboulonne des statues (Napoleon, Christophe Colomb etc...), on interdit des publications, on interdit des spectacles, etc...Plus fasciste tu meurs...!  Orwell au secours !

Alors que tout le monde se masturbe de liberté d'expression, des minorités lobbyistes instaurent une véritable inquisition à l'encontre de tout ce qui ne va pas dans leur sens, imposant le retrait, l'effacement, de ce qui ne leur correspond pas.

"Si tu n'es pas avec moi ou comme moi, c'est que tu es contre moi, donc je t'ignore ou je t'efface". C'est le carburant des dictatures et du totalitarisme et l'ingrédient majeur des génocides.

Véritable atteinte à la démocratie, à la pluralité. Diktat, tyrannie, terrorisme intellectuel, tout ce que nous avons combattu dans les années 60/70 revient en force.  https://www.courrierinternational.com/article/opinion-la-cancel-culture-est-une-menace-contre-la-democratie

  1. Puce Des censeurs dans les maisons d'édition (sensitivity readers) évaluent et décident de ce qui peut être ou ne pas être publié afin de ne pas froisser des sensibilités, transformant tout en mode binaire: les blancs et les noirs, les oppresseurs et les opprimés.

  2. PuceAu Royaume-Uni, des élèves ont demandé à ce que W.Churchill et JK Rowling soient retirés des murs du lycée parce que selon eux ce sont des personnes intolérantes, racistes ou sexistes. Paradoxale leçon de tolérance !

https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/douglass-murray-une-ecole-anglaise-ne-veut-plus-porter-le-nom-de-churchill-quel-cocktail-d-ignorance-et-d-arrogance-20210212

  1. Puce Aux USA, en Grande Bretagne, et actuellement en France, des élèves et des étudiants imposent aux enseignants ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas enseigner en fonction d'idéologies à la mode. Cela pourrit actuellement les universités Françaises.

    1. Puce Aux Etats Unis des universitaires bannissent l'étude de l'antiquité gréco-romaine au prétexte que cela fait l'éloge d'une suprématie blanche d'inspiration néocoloniale ! Adieu Ulysse, Socrate, Platon, César, Sénèque, adieu les racines de notre civilisation.

  2. https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/effacer-l-antiquite-de-notre-culture-c-est-renier-l-humanisme-20210321

  3. Puce En France des minorités veulent effacer Napoleon, Christophe Colomb, le maréchal Lyautey de notre histoire. On supprime les chiffres romains dans les musées au prétexte que les gosses ne savent plus les déchiffrer. La ville de Nantes est stigmatisée du fait qu'elle a servi de port aux bateaux du commerce triangulaire de l'époque coloniale et esclavagiste ! (il y a deux siècles).

La culture de l’effacement ou cancel culture, est un phénomène qui s'amplifie avec les réseaux sociaux. Ce virus intellectuel très contagieux se répand dans une génération en perte d'immunité psychologique.

Des égos hypertrophiés, des troubles narcissiques, parfois des estimes de soi défaillantes aboutissent à écarter ou bannir toute personne, tout groupe ou entité, pour des idées ou une vision du monde qu'ils(elles) ne partagent pas.

Titres de livres rectifiés, classiques de la littérature censurés, statues déboulonnées, rues débaptisées, menaces de mort, restaurants rebaptisés, comptes twitter ou facebook fermés, l'histoire est modifiée voire effacée (occultée).

  1. PuceLa liberté d'expression à sens unique ! Belle leçon de démocratie !

L'année 2020/21 est un grand millésime pour les adeptes de l'ostracisation organisée. Avec l'impression que cela ne va pas s'arrêter de sitôt.

Les conflits de races, de castes, de sexes, sont devenus les gadgets privilégiés de groupes idéologiques, de clivages, de communautarismes, de tendance politique.

  1. Puce je vous invite à lire: La Révolution racialiste et autres virus idéologiques - Mathieu Bock-Côté - Presses de la cité - 2021 et L'imposture décoloniale. Science imaginaire et pseudo anti-raciste - Pierre André Taguieff - L'observatoire - 2020 et L'anti-racisme devenu Fou - Pierre André Taguieff - Hermann- 2021

4 - Le grand lissage :

si au départ ce n'étaient que des mouvements minoritaires nés aux Etats Unis, ils se répandent dans le monde comme une pandémie. C'est inquiétant dans la mesure où cela signifie que l'immunité psychologique des peuples est en berne. Pourquoi est-elle en berne ?

Beaucoup semblent avoir perdu la capacité de réfléchir, indépendamment d'une idéologie, et semblent adopter béatement des revendications qui ne les concernent même pas.

J'observe et confirme qu'en toile de fond de ces revendications minoritaires se profile une forte perte d'identité et de libre arbitre qui n'est pas forcément en lien avec la couleur ou le sexe, d'où les nombreux paradoxes qui les animent.

  1. Puce  Observez comment cet effacement et ce lissage se répandent: de New York à Paris, de Delhi à Shanghaï, d'Athènes à Bamako, d'Abudja à Londres, à l'exception de certaines femmes dans les pays du Moyen Orient, la majorité des gens s'habillent de la même façon, roulent dans les mêmes voitures, écoutent le même type de musique, regardent le même type d'émission et de séries TV, boivent le même type de boisson sucrée, adoptent le même type de comportements, parfois le même style locutoire, échangent les mêmes selfies narcissiques, se gargarisent de like et d'amis virtuels sur FaceBook, Tweeter, Skype, Whatsapp, Instagram, Snapchat, TikTok, avalent les mêmes pizzas, les mêmes burgers, comme si tous ces gens étaient des clones étatsuniens.

Même les films Bollywood ont changé, délaissant des histoires d'amour impossible au profit de films d'action violents aux héros super-protéinés.

  1. Puce Pourtant il ne faut pas chercher très loin pour mettre en lumière de nombreuses incohérences : 

  2. Puce Aujourd'hui grâce à la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui), non seulement on peut avoir un enfant quand on est un couple hétérosexuel stérile, mais aussi quand on est homosexuel(le).

Lorsqu'un coupe hétérosexuel fait un enfant: il est à l'origine de la grossesse qu'il suit dans son intégralité, avec les joies, les inquiétudes, les malaises, la tendresse qui l'accompagnent, pour finalement accepter l'enfant qui vient au monde. Jusqu'à la naissance, en dehors du sexe et de problèmes exceptionnels décelables à l'échographie, l'enfant est une surprise.

Le hasard et la génétique font que cet enfant peut être garçon ou fille. Il peut être beau et bien formé, gratifiant, mais il peut aussi être handicapé physiquement et/ou mentalement, il peut être porteur de pathologies ou d'anomalies diverses, plus ou moins graves.

Le couple hétérosexuel, doit composer, organiser sa vie en fonction de ce que la nature lui a donné comme enfant, et l'aimer du mieux qu'il peut, parfois avec un soutien.

Pour un couple hétérosexuel, faire un enfant comporte une part importante de risque, avant la grossesse(fertilité), pendant la grossesse, à l'accouchement.

On n'y pense pas systématiquement, parce que c'est tellement "naturel".

On retrouve cette prise de risque chez un couple lesbien où l'une des femmes pratique l'insémination artificielle. Cela veut dire que malgré son orientation, elle a quand même besoin de faire appel à un homme pour avoir des gamètes qui donneront un enfant.

  1. Puce Différence fondamentale avec les autres couples qui utilisent la PMA ou GPA, cette prise de risque est quasiment nulle, parce que la "science" avec le génie génétique se substitue à la nature. En sélectionnant les gamètes et les embryons comme on manipule les semences en botanique, aujourd'hui on peut choisir le sexe, la couleur des cheveux, de la peau, des yeux de l'enfant. 

De nombreuses cliniques commencent à proposer à prix élevés des embryons sélectionnés, produits avec des empreintes génétiques particulières, en sélectionnant des donneurs(ses)de gamètes en fonction de certaines particularités, ethniques, physiques, intellectuelles, artistiques etc...

https://www.parents.fr/envie-de-bebe/tomber-enceinte/anticiper-la-conception/choisir-le-sexe-de-son-enfant-les-differentes-techniques-medicales-77863

Une société européenne BioTexCom (spécialisée en PMA et GPA) va jusqu'à organiser un black friday du 15 au 26 novembre avec réduction de 3% sur la commande d'enfants PMA ou GPA et des prix dégressifs en fonction du nombre de commandes...

  1. Puce L'enfant devient une marchandise comme les autres ! https://www.mereporteuse.info/

Il est maintenant possible de choisir un enfant comme on choisit une poupée dans un magasin de jouets. Allez lui dire que vous l'aimez comme il est !

Dans le cas des adoptions, le principe est le même, les couples homos ou hétéros cherchent à adopter un enfant qui le satisfera sur le plan narcissique.

Si certains couples hétérosexuels ont le courage et l'amour nécessaires pour adopter un ou des enfants handicapés ou porteurs de pathologies lourdes, je n'ai jamais rencontré ça chez les homosexuel(le)s. Si ça existe c'est très rare...

Je n'ai rien contre la PMA et la GPA tant que l'on ne joue pas à l'apprenti sorcier et que le fait d'avoir un enfant ne s'apparente pas à faire des courses au supermarché. Ce qui pour moi est la pire des discriminations.

- Dans certains milieux on élève les enfants comme s'ils étaient unisexe, en évitant de différencier vêtements, jeux, remarques, de façon à ce qu'ils(elles) puissent choisir très tôt leur genre. Ce qui était rare ou exceptionnel tend à devenir une norme, toujours d'origine américaine ! Si en plus ils(elles) ne peuvent plus dire papa ou maman, j'imagine le merdier que cela va être...

https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/je-ne-pouvais-plus-continuer-le-temoignage-poignant-de-stella-enfant-transgenre-dans-c-a-vous-2109131

https://institut-thomas-more.org/2020/10/08/enfant-transgenre-sur-le-plateau-de-quotidien-%C2%B7-le-decryptage-dun-pedopsychiatre/

- Aux USA des utérus artificiels sont en cours de recherches et bientôt de production. De là à ce qu'on fabrique des gamètes artificielles non reproductibles comme les légumes hybrides F1, grâce aux GAFAM on pourra bientôt commander un clone asexué sur mesure et se le faire livrer par Amazon, avant de pouvoir le réaliser soi-même avec une imprimante 5D, en lui laissant la possibilité d'être garçon ou fille, en fonction de ce qui ferait plaisir à des parents trans-genrés.

Au delà des problèmes de sexe, de race, de couleur, serez vous encore des êtres humains ? N'y a-t-il pas de quoi être inquiet ?

  1. Puce Aldous Huxley a écrit un roman de science fiction en 1932 - Le meilleur des mondes - quel visionnaire, 90 ans plus tard nous y sommes...

Qu'avons nous à perdre, qu'avons nous à gagner ?

Qui dit lissage, dit uniformisation, modélisation, d'où perte de repères, de valeurs, de racines = perte identitaire.

C'est le grand coup de balai sur les diversités, c'est un appauvrissement culturel et ethnique général sans précédent. C'est un repli sur soi inquiétant. Ce pourrait être la mort d'une civilisation, voire d'une humanité.

  1. Puce  Pas plus tard qu'au milieu du siècle dernier (1950/70) on reconnaissait un paysan, un ouvrier, un fonctionnaire, un aristocrate, un artiste, des étrangers à leurs différentes façons de s'habiller. Parfois une corporation, une ethnie avait sa propre façon de se vêtir.  Les "intellos" aimaient porter une veste en velours côtelé. La jeunesse s'habillait différemment des adultes.

Une femme Indienne portait un sari, une femme Vietnamienne portait un Áo dài, les Africaines portaient un pagne et les hommes un boubou, les Indiens, les Sri lankais, les Indonésien de la campagne portaient un sarong. J'ai connu des ouvriers qui avaient un "bleu" pour le travail et un "bleu" pour le dimanche.

  1. Aujourd'hui ils sont tous et toutes en jeans ou en bermudas, en polos ou en tee shirt, en baskets ou en tongs, avec un tatouage à la cheville ou sur l'épaule. Les Indiennes, les Africaines, les Vietnamiennes portent des jeans skin, voire des mini-shorts. Un sac Vuitton crée une illusion de statut social, aussi bien au Japon qu'en France, surtout si on n'en pas les moyens.

- Plus de 4 milliards d'individus sont en addiction à leurs tablettes, ou leurs smartphones, à Facebook, Google, Whatsapp et tout le reste.

  1. - On exhorte les gamines à ressembler à leurs mères et les mères à ressembler à leurs gamines, au point de rendre difficile la différenciation.

Les adultes singent l'adolescence, les adolescent(e)s singent les adultes. Les jeunes et les vieux portent les mêmes "fringues", adoptent les mêmes comportements, avec le même refus de vieillir. C'est l'adolo-centrisme qui caractérise cette génération. Jeunes et vieilles se font refaire la bouche, les fesses, les seins...pendant que de plus en plus d'hommes se séparent de leur compagne pour en fréquenter de plus jeunes, voire très jeunes (les "cougars" s'y mettent également).

De nombreux couples appliquent à leur relation l'obsolescence du système consumériste, par peur de vieillir ou pallier une estime de soi hypo ou hyper défaillante.

Ce n'est pas évident de s'accepter comme on est dans un monde d'illusion où il faut tellement ressembler aux modèles imposés pour être aimé !

  1. -En Afrique j'ai vu des femmes se blanchir la peau au raissal, c'était tendance de gommer sa négritude, non pour plaire aux Blancs mais aux Africains !

  2. Puce Si Eric Zemmour s'inquiète d'un grand remplacement en référence à une immigration massive, il semble oublier que ce remplacement est à l'oeuvre depuis quelques temps.

  3. Nous avons adoptés et adoptons des éléments qui n'appartiennent pas à notre culture: après le père Noël qui était déjà une ingérence commerciale américaine des années 30, pour faire vendre une boisson sucrée à bulle en plein hiver, Halloween est apparu en Europe à partir de 1998 sur la base d'une vaste campagne toujours commerciale, encore d'origine américaine.

  4. Nous avions les soldes d'hiver et les soldes d'été pour permettre aux commerçants d'écouler les invendus. Aujourd'hui, au niveau mondial, nous subissons les black friday toujours d'origine américaine, qui n'est plus une opportunité de soldes mais une incitation à consommer davantage, un Noël avant l'heure.

  5. Outre le père Noël, Halloween, les Black Friday, et l'idéologie minoritaire-woke-lgbt-cancel etc..., combien de coutumes américaines ont envahi notre quotidien : salles de fitness, modules d'études commerciales et managériales (MBA, Community Manager, Marketing, Webmarketing etc...) avec chacun des techniques très américaines de gestion. Combien sont accros à facebook, whatsapp, skype, twitter, google, etc...

Combien de familles donnent des prénoms américains à leurs enfants : Brandon, Kevin, Gregory, Jason, Christopher, Sharon, Kelly, Joyce, Amber, Scarlett etc... Combien de familles n'envisagent pas un petit déjeuner sans kellogs, un repas sans coca cola ? Combien de familles sont adeptes des burgers et emmènent régulièrement les enfants chez Mac Do ? Combien de familles passent des heures devant leur téléviseur à regarder des séries américaines ? Combien de familles emmènent leurs enfants à Disney World ?  Combien de Français font leurs achats sur Amazone ? Combien de Français écoutent du rap ? Combien de Français fument des malboros, boivent du bourbon ? Combien de Français sont dépendants de leur iPad, de leur iPhone, de leur Nike ? Parce que la marque est importante !

Combien de mots anglo-saxons ont envahi notre vocabulaire, davantage encore depuis l'expansion numérique: mail, web, downloader, cancel, hardware, software, O.K, cool, dude, start up, management, barman, escort, master, briefing, de-briefing, babyfoot, customiser, jean, joint, football, brushing, crash, camping, week end, vintage, after shave, baby sitter, coach, feeling, sandwich, scoop, brunch, scate board, fitness et des centaines d'autres...alors que nous avons l'impression de parler et vivre français ?

  1. Puce Nous nous sommes déconstruits nous-mêmes, à notre insu pour la plupart d'entre nous. La déliquescence de la culture Française ne date pas d'aujourd'hui et encore moins de l'islam. Par contre sa désintégration progressive a peut être provoqué un vide, une altération, qui invite d'autres cultures, d'autres civilisations à occuper la place libérée et à coloniser ce qui reste de la culture Française.

  2. Puce S'il n'y a plus de diversité, plus de limite, comment profiter(jouir) de sa tranche d'âge, de sa différence, de son sexe, de sa culture, de ses origines avec tous les inconvénients mais aussi tous les avantages que cela apporte ?

  3. Puce Si on ne peut plus jouir de ce que l'on est et de ce que l'on vit au moment où on le vit, comment éprouver de la gratitude ? Par gratitude, j'entends cette capacité à apprécier ce que l'on est, ce que l'on fait, à l'endroit où on est.

C'est être capable de jouir de quelque chose en conscience. La vie ne fait pas de cadeaux, mais quand elle en fait sachons en profiter...

Si aujourd'hui un certain nombre d'indigénistes et de racisés ne supportent pas les barres d'immeubles qu'ils(elles) associent à la ghettoïsation, il faut leur rappeler que lorsque nos parents ont eu accès à ces tours, c'était un luxe par rapport à ce que nous avons connus. Nous n'avions pas honte d'être des ouvriers.

En amérique, Google et Ray Kurzweil, grand prêtre du transhumanisme, font des recherches sur l'immortalité, Elon Musk finance Neuralink pour la réalisation d'implants dans le cerveau humain afin de le connecter en permanence au monde numérique etc... Bill Gate et sa fondation philantro-capitaliste s'infiltre dans de nombreux systèmes et gouvernements des pays du Sud.

  1. Puce Je vous invite à lire: 1% - reprendre le pouvoir face à la toute-puissance des riches - de Vandana Shiva - Rue de l'Echiquier - 2019 et L'art de la fausse générosité - la fondation Bill et Melinda Gates - de Lionel Astruc - Acte Sud - 2019 . La richesse, le sérieux de leurs sources et leurs enquêtes ne laissent pas de place au doute.

5 - Le conflit de générations

Il a toujours existé, sous toutes les latitudes, notamment en terme de conflits d'idées, de valeurs, d'expériences, sur le mode de la confrontation, sachant q'un jour les jeunes sont vieux à leur tour.

Aujourd'hui des agitateurs lui donnent une nouvelle dimension en créant un clivage générationnel: accusant les vieux de pourrir la vie des jeunes, de leur faire payer leur vieillesse, voire leur fragilité.

La génération Macron évoque les baby boumeurs, génération d'après guerre qui aurait eu une "jeunesse" et une "retraite dorée," qui aurait mis le monde dans cet état et l'aurait rendu invivable pour les nouvelles générations ! Et pourtant depuis Sarkozy, ce ne sont plus des baby boumeurs qui tiennent les rennes...La génération Z et les millénnials sont au commandes depuis pas mal de temps....

  1. Puce Contrairement aux propos tenus par certains politiques, certains "journalistes" et une jeunesse endoctrinée, nous n'étions pas tous des gosses de riches qui faisaient de hautes études pour diriger un pays ou des entreprises dans le cadre d'une croissance hystérique. Nous n'avons pas tous gagné à la loterie génétique.

La majorité d'entre nous étaient de classe laborieuse (majoritaire en France avant les délocalisations), ou encore du bas de l'échelle de la classe moyenne, en opposition à une classe aristocratique dont les fils jouaient aux marxistes, léninistes, trotskistes dans les lieux branchés de la capitale avant de devenir des "exploiteurs" comme les autres.

Nous n'avions pas de chauffage central, ni d'eau chaude au robinet. Les WC étaient souvent collectifs sur le pallier. Pour les familles ouvrières qui vivaient dans des cités, l'accession aux "tours" était un luxe: wc privés, salle de bain, chauffage central, eau chaude etc...  

Etudiants nous faisions du ménage dans des entreprises le soir ou faisions de l'aide aux devoirs pour les gosses de riches pour payer nos études, les tickets du resto U et le loyer de chambres exigües dans lesquelles nous logions parfois à 3 ou 4. Certains dormaient dans leur voiture.

On travaillait pendant les vacances pour payer notre permis de conduire, une partie de nos fournitures, quelques vinyls, parfois des places de spectacle ou une semaine de vacances austères. Certains faisaient un peu d'artisanat qu'ils vendaient sur les marchés pour avoir un appoint.

Aujourd'hui Macron vous les offre ! Campagne oblige, vos voix comptent.

En général nous avons commencé à travailler beaucoup plus tôt que la plupart d'entre vous, parce qu'à l'époque il y avait du travail pour tout le monde, parce que nous ne voulions ou ne pouvions pas émarger sur le budget de nos parents ni dépendre de l'état, mais aussi parce que cela ne nous dérangeait pas de ramasser les pommes de terre dans les champs, de faire les vendanges ou de travailler à la chaine en faisant les 3/8 plutôt que d'aller en vacances à Kuta, Ubud, Arugam Bay, Ibiza, Ventiane etc...

Nous n'avions pas d'ordinateurs ni de tablettes pour nous assister dans nos études ou jouer aux "nomades numériques". Nous avons eu "une jeunesse dorée", mais pas dans le sens où le disent les disciples de Macron, qui n'étaient pas nés à l'époque...

Si nous avons rêvé de refaire le monde, nous n'avons jamais envisagé de le dominer et encore moins de le vider de ses ressources. Bien au contraire.

Dans notre génération, il n'y a pas de Mark Zuckerberg, de Jeff Bezos, de Bill Gates, de Larry Page, de Steve Jobs, d'Elon Musk, de Garrett Camp etc...

  1. Puce Prenez le temps de lire ce document:https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/La-Generation-Doree-des-retraites. et faites-vous votre propre opinion.

La pandémie COVID_19 semble accentuer les clivages de générations.

Après avoir inculqué aux jeunes qu'ils doivent payer les retraites des vieux (qui ont quand même cotisé au moins 40 ans), que s'ils n'ont pas d'emplois c'est à cause des vieux qui vivent trop longtemps, que si le monde va mal c'est à cause des vieux qui l'auraient mal géré, dans le cadre du Covid on évoque le fait d'imposer des mesures coercitives aux jeunes à cause des vieux qu'il faut protéger. On présente la vieillesse comme une maladie ou une fragilité !

Martin Blachier (07/01/2021 sur Punchline), Michael Peyromaure (18/01/21 sur CNews) regrettent que l'on vaccine les vieux dans les EPADH, parce que comme ils sont en fin de vie, c'est gâcher des vaccins.

https://www.programme-tv.net/news/tv/268247-le-docteur-martin-blachier-sexcuse-dans-lheure-des-pros-apres-ses-propos-polemiques-sur-la-vaccination-en-ehpad-je-naime-pas-choquer-video/

https://www.senioractu.com/Covid-19-Martin-Blachier-considere-que-les-seniors-ne-font-pas-le-moindre-effort-pour-les-jeunes_a23138.html

Alain Minc, Emmnuel Todd, Jerôme Béglé tiennent les mêmes propos allant jusqu'à dire qu'il faut faire payer la facture de la crise aux vieux en ponctionnant leur retraite et leurs économies.

  1. Puce Pourquoi pas l'euthanasie tant qu'ils y sont ? Ce serait tellement tendance (l'effacement). Cela économiserait des pensions.

6 - Avec le développement des réseaux sociaux et le soft power des médias, le lynchage et l'effacement sont devenus des sports internationaux.

Comme l'écrit Pascal Bruckner7 : "Alors que la justice démocratique oscille entre deux écueils, laisser un crime impuni ou punir un innocent, la justice digitale, elle, s'exerce dans l'instant. Elle veut frapper le coupable supposé, quitte à détruire des vies et des carrières : tout se mélange, des propos de table, des propositions maladroites, des gestes déplacés, des caresses impudiques. Une simple remarque et vous voilà embarqué à jamais dans la grande foule des porcs. Internet est à cet égard un lasso impitoyable qui vous rattrape où que vous soyez, même un demi-siècle après. L'oubli y est impossible et si le code pénal autorise la prescription, les tribunaux de l'opinion publique se l'interdisent. Le moindre manquement est allégué, signalé et conservé pour l'éternité. Si vous êtes dans la liste des présumés coupables, si en plus vous êtes célèbre, votre compte est bon. Un innocent n'est jamais qu'un coupable avec de bons avocats et des complicités haut placées. Une simple allegation vous marque à vie. La guillotine médiatique tourne à plein régime et, comme l'autre, elle a soif de nouvelles têtes à couper."

  1. Puce Lorsque Nicolas Hulot et d'autres sont accusés, 20 ou 30 ans plus tard d'avoir abusé sexuellement de femmes qui les fréquentaient, ce n'est pas dans une cour de justice que c'est traité, mais dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ce ne sont ni la police ni des juges qui enquêtent, qui interrogent mais des journalistes voire n'importe qui quand il s'agit de "crocs-niqueurs". Les femmes qui se plaignent (on évoque une parole qui se libère) ne le font jamais là où cela devrait l'être officiellement, mais dans les médias, et pas n'importe lesquels, ceux qui font du buzz -iness sur ces affaires...Cherchez l'erreur !

Caroline Fourest1 va plus loin:

"En mai 1968, la jeunesse rêvait d'un monde où il serait " interdit d'interdire". La nouvelle génération ne songe qu'à censurer ce qui la froisse ou l'offense ".

Jadis, la censure venait de la droite conservatrice et moraliste, désormais, elle surgit de la gauche. Ou plutôt d'une certaine gauche, moraliste et identitaire. Désertant l'esprit libertaire, elle passe sa vie à lancer des anathèmes ou des oukases".(Décision autoritaire, arbitraire et sans appel)

L'actualité déborde de campagnes insensées menées au nom de" l'appropriation culturelle", On s'insurge contre Rîhanna pour des tresses dites "africaines ", on appelle à boycotter Jamie Oliver pour un "riz jamaïcain ". Au Canada, des étudiants exigent la suppression d'un cours de yoga pour ne pas "s'approprier" la culture indienne. Sur les campus américains, des étudiants traquent les menus asiatiques dans les cantines.

Quand ils ne refusent pas d'étudier les grandes œuvres classiques comportant des passages "offensants ".

"À l'université, ce temple du savoir, règne désormais la terreur de manger, et même de penser. On s'offusque à la moindre contradiction, vécue comme une " micro-agression", au point d'exiger des "safe spaces". Des espaces sûrs, entre soi, où l'on apprend à fuir l'altérité et le débat. Le droit de dire, lui-même, est soumis à autorisation, selon le genre et la couleur de peau".

"Cette police de la culture ne vient pas d'un État autoritaire mais de la société et d'une Jeunesse qui se veut "woke ", réveillée, car ultrasensible à l'injustice. Ce qui serait formidable si elle ne tombait pas dans l'assignation ou l'inquisition.

Les millennials sont largement acquis à cette gauche identitaire dominant l'essentiel des mouvements antiracistes...

À moins d'un sursaut, sa victoire culturelle sera bientôt complète. Ses réseaux d'influence grandissent à l'intérieur des syndicats, des facultés, des partis politiques, et gagnent le monde de la culture. Ses cabales pèsent de plus en plus sur notre vie intellectuelle et artistique.

Le courage d'y résister se fait rare. Si bien que nous vivons dans un monde furieusement paradoxal, où la liberté de haïr n'a jamais été si débridée sur les réseaux sociaux, où celle de parler et de penser n'a jamais été si surveillée dans la vie réelle". 1

Les nouveaux inquisiteurs s'en prennent non seulement à tout ce qui touche les différences culturelles, mais aussi aux différences ethniques qu'ils limitent bien souvent à la couleur de la peau, voire à une religion ou aux origines par manque de recul ou par tendance victimaire ! 

Comme s'il fallait à tout prix trouver un bouc émissaire !

Aujourd'hui, on accuse les Français "blancs" d'être "racistes", on manifeste parce que les gens de couleurs se feraient massacrer chaque jour en France...On va jusqu'à évoquer la nécessité d'une "décolonisation"!  De quoi parle-t-on ? Et qui en parle de cette façon ?

  1. Puce Je ne pense pas que ma génération soit devenue "raciste" ou encore "machino-phobe" du jour au lendemain ni sans raison. Bien sur il y a des Français "blancs" qui pratiquent la discrimination ethnique, la xénophobie. Pas plus ni moins que les autres..."les colorés".

Aujourd'hui la tendance serait de vouloir éliminer les Blancs au point de réactiver un concept de race qui était devenu inopérant. Le Noir devant victime vertueuse.

Pour nous le racisme est obsolète, parce que nous savions que le concept lui-même ne veut rien dire en ce qui concerne les êtres humains. Nous savions que nous appartenons tous à la même race, la race humaine.

Le concept de race n'est plus utilisé que pour les animaux à des fins d'élevage et de reproduction. C'est ainsi que l'on parle de races bovine, canine, caprine. Ce terme a une connotation génétique et commerciale: un animal "de race" ayant plus de valeur qu'un animal non typé, en mettant en avant les qualités d'un sous-groupe : bœuf charolais, poule leghorn, cheval percheron, chat persan, chien dalmatien, race laitière, race à viande etc...

Le concept de race est étroitement lié au fait que la reproduction est impossible entre différentes races: si un cheval et une ânesse peuvent produire un bardot, un cheval et une mule peuvent produire un mulet, c'est parce qu'ils appartiennent à la races des équidés, il n'est pas envisageable d'accoupler un cheval et une vache, un serpent et un oiseau, un lion et un chat, un éléphant et une antilope.

Dans la famille des êtres humains, pour l'instant les hommes et les femmes peuvent s'accoupler, se reproduire quelles que soient leurs origines et leur couleur, ce qui donne lieu à de nombreux métissages.

Le concept de race pour les humains est devenu obsolète : employé à partir de la fin du XVIIIème siècle pour distinguer des groupes humains selon des critères arbitraires dénués de fondements scientifiques comme la religion, la nationalité, la couleur de la peau, l'origine géographique.

La majorité des études scientifiques du XXème siècle portant sur la génétique démontrent que le concept de race n'est pas pertinent pour caractériser les différents groupes de l'espèce humaine. Les variations entre les individus d'un même groupe étant souvent plus importantes qu'entre individus de groupes différents. Ce que confirme Lévi-Strauss dans Race et Histoire.

La communauté scientifique rejette les arguments biologiques pour légitimer la notion de race chez l'homme.

Cette notion ne serait plus qu'une représentation arbitraire basée sur des critères morphologiques (dont la couleur de peau), ethniques, culturels, religieux, politiques, propre à certains mouvements majoritairement anti-racistes.

  1. Puce Un professeur d'anglais asiatique disait lorsqu'il était chahuté par des élèves : "pour peindre un asiatique il faut trois couleurs: de l'ambre pour la peau, du noir pour les cheveux et les yeux, du blanc pour le fond des yeux et les dents.(pour les Africains il y a seulement deux couleurs noir pour la peau, les cheveux et les yeux, blanc pour le fond de l'oeil et les dents). Pour peindre un occidental, il faut différents roses, allant du presque blanc au parme en passant par l'ambre pour la peau, du blond, du noir, du roux, du châtain, du gris, du blanc pour les cheveux, du bleu, du vert, du gris, du marron, du noir, pour les yeux. Alors qui d'entre nous est le plus coloré "?

Si l'amour est souvent interdit de mixité dans de nombreuses communautés, la haine n'a pas de couleur, il suffit d'observer le nombre de massacres qui se produisent sur les différents continents, entre différents groupes ethniques, ou religieux, entre différentes nationalités.

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/politique-africaine/massacres-decapitations-enlevements-un-groupe-islamiste-seme-la-terreur-au-mozambique_4179987.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/ethiopie/ethiopie-menaces-par-des-massacres-les-civils-fuient-au-soudan_4182361.html

Selon les données scientifiques ça ne peut pas être du racisme. Alors qu'est ce que c'est ?

Ça peut être :

- de l'ethnocentrisme: Tendance à privilégier les normes et valeurs de sa propre société pour analyser les autres sociétés.

- de la xénophobie : Hostilité systématique manifestée à l'égard des étrangers plus précisément à l'égard d'un groupe de personnes ou d'un individu considéré comme étranger à son propre groupe.

- de la ségrégation: Processus par lequel une distance sociale est imposée à un groupe du fait de son appartenance, de son sexe, de sa position sociale, de sa religion, de sa culture, de sa couleur de peau par rapport aux autres groupes d'une collectivité.

  1. - de la discrimination ou de l'ostracisme:  Action de séparer, de distinguer deux ou plusieurs êtres ou choses à partir de certains critères ou caractères distinctifs . Fait de distinguer et de traiter différemment quelqu'un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne.


Chacun de ces concepts s'appliquent à des personnes de couleurs (le blanc étant aussi une couleur) ou de cultures différentes, mais pas seulement, ils peuvent s'appliquer à des nationalités, à des femmes, à des enfants, à des personnes âgées, à des personnes en surpoids, à des handicapés, à des homosexuels,  à des personnes hypersensibles, à tout ce qui diffère du groupe qui opère une discrimination quelques soient les origines.

  1. Puce Remettre le "racisme" à sa place et exiger que l'on emploie les termes appropriés est déjà une façon d'aborder le problème différemment et de se libérer de la victimisation et de la culpabilité que les anti-racistes utilisent allègrement.

  2. Puce Un jour un ami juif a voulu me démontrer que je pouvais être antisémite malgré moi : il m'a dit "imagine que nous sommes envahis par les nazis. Par amitié tu me caches chez toi. Les nazis l'apprennent et viennent perquisitionner. Ils te proposent soit de tuer ta femme et tes enfants soit de me livrer. Que feras tu ?"

Interloqué, je n'ai pas su quoi répondre, ce qui lui a permis de déclarer fier de lui : "tu vois, tu peux devenir antisémite malgré toi".

J'aurai du répondre en lui retournant la question: "et toi aurais accepté qu'on tue ta femme et tes enfants pour me sauver ?" Mais je savais ce qu'il allait me répondre.

Pour souligner nos différences il avait l'habitude de dire que "ce n'est pas la même chose". Parce que je ne suis pas juif, je ne peux pas comprendre. Comprendre quoi ? 

Ce qui compte pour ce genre d'individus n'est pas la réalité, mais d'avoir raison. Notre amitié s'est arrêtée là !

Est-on juif avant d'être un homme ? Est-on musulman ou noir avant d'être humain ? Qui a besoin de faire ces différences ? A quoi ça sert et pourquoi ?

Pourquoi ce ne serait pas la même chose ? Jusqu'où peut aller le syndrome de la victimisation et la pensée binaire

  1. Puce Relire l'histoire des peuples: 

  2. Bien avant l'Apartheid et les "Blancs", l'Afrique du Sud a été une terre de massacres qui ont duré des siècles, les Zoulous pratiquant un véritable génocide à l'égard de toutes les ethnies qu'ils rencontraient.

  3. Bien avant l'arrivée des colons européens, l'Amérique étaient peuplée d'Amérindiens, dont les tribus se massacraient régulièrement.

  4. Qui a envahi le nord de l'Inde bien avant les Anglais, au point d'imposer une culture étrangère et de dissoudre les traces culturelles et génétiques des habitants d'origine ? Le Taj Mahal n'est pas un tombeau hindou! L'empire moghol/perse marque l'apogée de l'expansion musulmane en Inde.

  5. Qui a massacré les Noubas au Soudan au prétexte qu'ils vivaient de façon primitive et refusaient de se convertir à l'islam ?

  6. Le Maghreb n'a connu que des conflits, des guerres, entre différents clans Berbères. Ensuite sont arrivés les Arabes (Omeyyades), puis les Ottomans (Turcs) qui les ont envahis, massacrés, colonisés, islamisés avant et plus longtemps que les "Blancs".

Tous ces brassages se sont toujours fait dans la violence, l'invasion et l'a-culturation, au même titre que nos guerres féodales internes.

  1. La traite négrière que l'on aime attribuer majoritairement aux "Blancs" a été et est encore un suje
    t tabou en France. Aux USA, il n'est plus possible de donner un cours sur l'esclavage si on n'est pas d'origine Africaine. A quel titre ? Que savent-ils de plus que nous puisque tout est dans les livres et les musées ?

Quel Africain peut prétendre être mieux placé que quiconque pour en parler. Personne n'y était, tout le monde est libre d'avoir accès à la documentation.

Les mouvements "identitaires" veulent gommer les réalités historiques pour imposer leur vision des choses. Exit le passé sauf celui qui les arrange, suppression de la réalité qui dérange.

- En 2004 Olivier Pétré-Grenouilleau2, professeur d'université, a écrit un livre très documenté apportant la preuve que la traite négrière n'a pas été que le fait de pays occidentaux (blancs) mais que bien avant eux, la traite négrière arabo-musulmane a duré beaucoup plus longtemps, faisant davantage de dégâts. Il a été lynché médiatiquement pour avoir abordé le sujet.

  1. - En 2008 Tidiane N'Diaye3, chercheur, anthropologue et économiste Franco-Sénégalais écrit dans le Génocide Voilé : "Bien qu'il n'existe pas de degrés dans l'horreur ni de monopole dans la cruauté, on peut soutenir sans risque de se tromper que le commerce négrier et les expéditions guerrières menées par les Arabo-Musulmans furent pour l'Afrique noire et tout au long des siècles, bien plus dévastateurs que la traite transatlantique...en castrant la plupart de ces millions de malheureux, l'entreprise ne fut ni plus ni moins qu'un véritable génocide, programmé pour la disparition totale des Noirs du monde Arabo-Musulman, après qu'ils furent usés, utilisés, assassinés."

Le musée des esclaves de Gorée (Dakar - Sénégal) est très instructif à ce sujet.

  1. - La traite des esclaves a toujours existé et existe encore dans certaines régions du monde, notamment en Afrique: les rois, les chefs de tributs et de clans ont toujours capturés des êtres humains, notamment lors de guerres de territoires, de razzias, de rivalités ethniques. Les femmes servant souvent de domestiques et d'esclaves sexuelles, les enfants et les hommes travaillant au service des notables, des propriétaires fonciers, de petits chefs, ou servant dans l'armée ou les milices.

Ce sont ces mêmes rois qui capturaient les esclaves et les vendaient aux Blancs, lors des colonisations, contre de l'or, des tissus, des armes, des épices, du tabac, de l'alcool, et pour assurer la pérennité de leur statut...

  1. Aujourd'hui des dizaines de milliers d'enfants sont esclaves en Afrique, travaillant et vivant dans des conditions inadmissibles (voire la documentation sur les mines de coltan et de cobalt en République "Démocratique" du Congo).

  2. Des enfants sont exploités comme orpailleurs au Cameroun, main d'oeuvre dans les plantations Ivoiriennes, d'autres sont torturés, sacrifiés au nom de rites occultes au Togo etc...

Réalité que beaucoup d'Africains ont du mal à accepter. Ce sont d'abord leurs paires(pères)qui pratiquent la traite et l'exploitation d'êtres humains et ce depuis longtemps.

  1. Puce Coup de chapeau à l'artiste Romuald Hazoumé qui est un des rares à assumer : "Moi mon rôle en tant qu’artiste africain, c’est de dire aux miens, nous, Africains, devons aussi assumer notre responsabilité dans l’esclavage ! S'il n’y avait pas eu de vendeur, il n’y aurait pas eu d’acheteur. Comme les Occidentaux, des Africains ont aussi profité de ce trafic ! Et il est important de parler de ce qui se passe aujourd’hui, de parler de ces enfants que l’on place dans d’autres familles, qui font le ménage, la vaisselle, qu’on ne met pas à l’école… Nous devons nous regarder d’abord avant de regarder les autres".

https://www.jeuneafrique.com/1167373/culture/romuald-hazoume-nous-africains-devons-aussi-assumer-notre-responsabilite-dans-lesclavage/

  1. Le Benin, ex Dahomey, a été un des plus gros fournisseurs d'esclaves (souvent d'ethnie Yoruba) pour les Portugais et les Espagnols à destination du Brésil et des Caraïbes. Le roi Behanzin connu pour avoir fait pratiquer 200 sacrifices humains lors de son sacre en 1890 (il y a à peine 130 ans), a été avec sa famille, un gros pourvoyeur d'esclaves.

  2. Au Sénégal le roi Zucholin (Tchukulu Ndikelane, empereur Jolof) connu pour sa barbarie et ses pillages, était un grand pourvoyeur d'esclaves pour les Français et les Arabes. Les Sérères ont aussi été de grands trafiquants d'esclaves.

  3. Entre 1500 et 1900, jusqu'à 17 millions d'esclaves africains ont été transportés par des commerçants musulmans de la côte de l'océan Indien, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

  4. Entre 1913 et 1916, l'ambassadeur américain note qu'il y a encore des marchés aux esclaves à Constantinople (Istambul - Turquie)

Contrairement à la traire négrière atlantique, dont on trouve aujourd'hui de nombreux descendants (Amériques, Caraïbes, Brésil), la majorité des esclaves mâles de la traite arabo-musulmane étaient émasculés afin qu'ils ne se reproduisent pas et ne posent pas de problèmes. Un faible pourcentage d'hommes survivait à la mutilation. Ajouté au nombre d'esclaves décédés pendant l'acheminement vers les ports ou les marchés, cela donne une idée de l'importance du nombre d'esclaves qu'il a fallu capturer pour alimenter le trafic.

Ils n'ont donc pas de descendants pour revendiquer l'asservissement de leurs ancêtres et obtenir "réparation".

Décolonisation vous dites ? De quoi et de qui parlez vous ?

C'est important de le rappeler, car des pans de l'histoire risquent d'être bientôt effacés. Que restera-t-il de la réalité ?

  1. Puce Les propos de Camélia Jordana qui évoque la nécessité pour la France de passer à la "décolonisation" me font sourire.

Pour les tenant de cette idéologie, la décolonisation n'aurait pas encore eu lieu. Ils estiment qu'il est temps de le faire. De quoi parle-t-ils(elles) ?

Qui a besoin de décoloniser ou d'être décolonisé et où commence l'enfumage ?

  1. Puce Je vous invite à vous documenter et à découvrir l'histoire des peuples du Maghreb et de l'Afrique avant l'arrivée des Français3.

Les Maghrébins d'origines étaient et sont les Amazighs, qui n'ont rien
à voir, ethniquement, culturellement, religieusement avec les arabes. Ils étaient animistes au départ. Ce sont les romains qui ont introduit la culture de l'olivier en Algérie et le christianisme. A l'époque, de nombreuses tribus Amazighs se sont converties au christianisme. Beaucoup pratiquant un mélange d'orientations religieuses, comme cela se faisait en Afrique de l'Ouest

A la chute de l'empire romain, les Arabes (Omeyyades) ont envahi progressivement le Maghreb, soumettant et islamisant de force toutes les tribus Amazighs. Ces dernières étant très résistantes, les Arabes les avaient surnommées "barbars", qui s'est transformé en Berbères. Selon les régions d'Afrique du Nord qu'elles occupaient, ces ethnies appartenaient à des sous-groupes comme les Rifains au Maroc. Les kabyles sont des berbères qui vivent en Algérie.

En 1505, les Espagnols ont tenté une invasion de l'Algérie se faisant refouler par les Ottomans qui, succédant aux Omeyyades, venaient imposer leur hégémonie et leur ADN à toute l'Afrique du Nord.

De 708 à 1830 le Maghreb a été le théâtre de guerres, de conflits, d'alliances, de pillages, de razzia, entre califes, sultans et autres chefs auto-proclamés de l'empire ottoman.

En 1830, la France qui avait négocié un comptoir commercial avec l'Algérie, a envahi le pays suite à un incident diplomatique provoqué par le Sultan d'Alger. Elle y est restée jusqu'à l'indépendance en 1962 (132 ans).

A partir de l'indépendance (1962), le gouvernement algérien "arabisé" a cherché à effacer la culture Berbère.

Beaucoup d'arabes aiment à dire qu'arabe ou berbère c'est la même chose, qu'ils sont tous frères ! Jusqu'à très récemment il était interdit en Algérie de parler kabyle dans un lieu public. Tous frères !

Les prénoms berbères sont moins connus que les prénoms arabes, car ils ont été interdits depuis l'indépendance(1962) jusqu’en 1998. Tous frères !

Actuellement certains officiers d’Etat Civil refusent encore les prénoms berbères au prétexte qu’ils ne figurent pas dans la liste des prénoms autorisés par l’Etat.

Il n’est pas rare que les Berbères aient un prénom civil et un prénom "familial". Sur leur papier ils sont obligés d’avoir un prénom arabe, mais au sein de leur famille, dans le village, ils se font appeler par leur prénom Berbère. Comme la chanteuse kabyle Yasmina qui s'appelle en réalité Skakni Ouiza.

Si le Kabyle est un dialecte, le langue Berbère (tamazigh) est une langue très différente de l'arabe. "Tolérée" comme langue officielle depuis seulement 2016, avec beaucoup de réticences à la mettre sur le même plan que l'arabe, l'enseigner à l'école n'est pas encore acquis.

Prétextant la nécessité d'alléger les programmes scolaires à cause de la pandémie, le gouvernement Algérien vient d'exclure l'enseignement du tamazigh des programmes à la rentrée de septembre 2021.

La Kabylie a toujours été à l’avant-garde des revendications Berbères, notamment celles qui demandent la reconnaissance du fait que l’identité algérienne ne saurait se réduire à sa composante arabe. https://www.monde-diplomatique.fr/2021/03/METREF/62851

Être Algérien n'est pas forcément être arabe, musulman. C'est habiter l'Algérie. Il y a plusieurs variations possibles, y compris chrétiennes et juives, ce que semblent oublier nombre de militants qui parlent au nom des Algériens. Tous frères !

  1. Puce Décoloniser vous dites ?  Certains indigénistes ont un coup de balai à donner devant leur porte...

Qui a besoin de décoloniser? https://www.bfmtv.com/people/musique/camelia-jordana-il-y-a-un-enorme-travail-de-decolonisation-a-faire-dans-ce-pays_AN-202008310242.html

  1. Puce Le commerce des esclaves existait en Afrique du Nord depuis l’Antiquité. Il se poursuivit à l’époque médiévale. La traite arabe, établie dès le 7ème et 9ème siècles avait débuté par des captures à petite échelle de personnes provenant principalement de la région des Grands Lacs de l'Est et du Sahel, elle s'est amplifiée de façon exponentielle dans toute l'Afrique centrale, de l'Est et de l'Ouest jusqu'au XIXèmesiècle. Les historiens parlent de millions d'esclaves dont il ne reste aucune trace et pour cause, ils n'avaient pas la possibilité de se reproduire.

L'invasion ottomane du Maghreb (Tripoli, Tunis, Alger étaient les plus grands marchés aux esclaves du Maghreb), augmenta de façon importante les guerres de territoires, l'asservissement d'ethnies autochtones, ainsi que les actes de pillages et de piraterie qui saisissaient les équipages des navires européens pour les rançonner et les réduire en esclavage.

En Tunisie, plusieurs centaines de milliers d'esclaves proviennent de deux zones principales: l'Europe et une large zone allant de l'Afrique de l'Ouest au lac Tchad. Entre 1500 et 1800 on relève 1 290 000 esclaves européens (blancs) capturés par les Arabes. Certains historiens parlent de plusieurs millions.

En plus des équipages des bateaux européens, les esclaves européens (dont on ne parle jamais!) sont capturés au cours de razzias sur les côtes d'Italie, de Grèce, de France, d'Espagne et du Portugal, des Pays Bas et même d'Islande. 

Les hommes et les enfants sont utilisés pour divers travaux (galères, chiourmes, travaux publics et agricoles, armées etc.) alors que les femmes sont utilisées comme domestiques et esclaves sexuelles, notamment dans les harems de notables et de sultans.

- En Mauritanie l'esclavage a toujours lieu malgré l'abolition et la criminalisation de l'esclavage: 20% de la population est actuellement asservie, souvent pour cause d'endettement. Il y a encore des razzias dans des villages Sénégalais frontaliers pour se fournir en femmes et en main d'oeuvre.

- En Syrie, en Irak, l'esclavage sexuel domine ce début de 21ème siècle. Rappelons les milliers de femmes Yezidis capturées et réduites au stade d'esclaves sexuelles(ce ne sont malheureusement pas elles qui demandent asile !), les enfants enrôlés de force comme combattants.

- Fin avril 2014, mais aussi en Février 2021 l'enlèvement de centaines lycéennes catholiques au Nigéria par le groupe islamiste Boko Haram remet sur le devant de la scène la question de l'esclavage au nom de l'Islam. Le leader du groupe a annoncé à propos des jeunes filles kidnappées : "Je vais les vendre sur le marché, au nom d'Allah". Ce ne sont malheureusement pas elles qui demandent asile !

- Au Soudan il y a encore des marchés aux esclaves, notamment des captifs(femmes et enfants) faits lors de raids "militaires", ou enlevés dans les camps de réfugiés. Ce ne sont malheureusement pas eux et elles qui demandent asile !

  1. - En Libye, aujourd'hui, de nombreux migrants vers l'Europe, sont séquestrés et utilisés comme main-d'oeuvre pour les hommes et comme domestiques et esclaves sexuelles pour les femmes. Un nouveau commerce d'esclaves s'y développe. (2016/2021).

Décoloniser vous dites ? C'est plus facile de le dire en France que dans les pays concernés...

Erdogan qui rêve de rétablir un califat, ne supportant pas que la France soutienne la Grèce dans sa souveraineté territoriale, ou vote des lois sur le séparatisme, menace et rappelle à la France son passé colonial en Algérie. Il devrait relire l'histoire de son pays avant de donner des leçons.

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/12/recep-tayyip-erdogan-met-en-garde-emmanuel-macron-ne-cherchez-pas-querelle-a-la-turquie_6051956_3210.html

Ce dictateur est mal placé pour parler de colonisation : l'empire Ottoman (Turc) a colonisé tout ce qu'il pouvaient du 7ème au 19ème siècles - soit pendant 12 siècles - dans une barbarie effroyable: la Grèce, La Crète, Chypre, la Serbie, la Libye, le Maroc, la Tunisie, l'Algérie, l'Egypte, le Soudan, l'Ethiopie, la Somalie, la Palestine, la Syrie, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Yemen, le Caucase, une partie de l'Iran. Ils ont essayé l'Espagne et la France. Ils ont pratiqué la traite d'esclaves en Afrique et en Europe à grande échelle. Jusqu'à ce que les grandes puissances décident de mettre fin à leur hégémonie et les remettent à leur place. Pendant toute cette période ils ont eu le temps d'imposer leur ADN, leur culture, leur religion, leur traite esclavagiste et sexuelle partout où ils passaient.

Les Turcs sont à l'origine du génocide Arménien, de la répression et du massacre des Kurdes...si nous devons faire un examen de santé mentale, ils devraient faire un bilan complet car ils souffrent d'amnésie profonde et probablement de schizophrénie.

Le 10 Janvier 2018 lors d'un discours rendant hommage au Sultan Abdulhamid, grand envahisseur, Erdogan évoque et rappelle la gloire de l'empire Ottoman l'invitant à renaître de ses cendres, encourageant les Turcs à renouer avec les valeurs de l'empire. Apparemment la mairie de Strasbourg n'a pas compris ! Décolonisation vous dites ? Il faut arrêter de donner des leçons !

  1. Puce L'ethnocentrisme, la xénophobie, la ségrégation, la discrimination existent, les êtres humains ne sont pas parfaits. Il faut avoir l'honnêteté d'admettre qu'elles existent partout même là où on les attend le moins.

Quand je lis l'histoire de l'Algérie, la colonisation arabo-musulmane, ses nombreux massacres "fratricides", quand je lis l'histoire des moines de Tibhirine, quand je découvre à quel point le peuple Algérien a été massacré par des talibans, puis maltraité par une "famille" corrompue pendant des décennies je me dis que les "indigènes" Algériens auraient besoin de balayer devant leur porte !

C'est plus facile (moins risqué) de se rebeller contre la France, en France, que de lutter pour la démocratie là bas !

S'il y a des combats à mener c'est peut être sur la terre de vos ancêtres, pour les générations futures, à moins que votre objectif soit de conquérir la France !!!

Que cachent les mots(maux), racisme, islamisme, et tout le toutime...

Charb dans un livre6, écrit juste avant son assassinat, dénonce l'utilisation qui est faite de l'islamophobie pour la transformer en racisme, afin d'attiser les tensions entre les communautés. Je pense qu'il n'a pas tort et qu'il ne va pas assez loin dans son analyse, dans le sens où sous couvert de lutte contre l'islamophobie, on finit par faire du "racisme" à l'égard des Français Blancs.

J'observe que la montée en puissance du Front national, du Rassemblement National et plus tard d'Eric Zemmour, correspond à des situations et des périodes particulières: la multiplication d'attentats contre la France et les Français (39 attentats de mars 2012 à avril 2021), le développement exponentiel d'une délinquance, d'un banditisme mafieux souvent en lien avec des origines migratoires qui gangrènent de plus en plus de villes et de villages en France, l'incapacité des gouvernements à rétablir l'ordre républicain et à garantir la sécurité. Ce à quoi s'ajoute une immigration massive et incontrôlée.

Ce n'est pas Zemmour qui le dit ni un journal d'extrême droite, c'est établi dans un rapport parlementaire : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/delinquance-des-mineurs-etrangers-l-etat-peine-a-trouver-la-parade-20210315

Cela conduit des Français à avoir peur, à se sentir en insécurité, à se replier.

Qualifier cette peur de fantasme (Dupont Moretti) ou de bouclier dissimulant un racisme (Caroline Emcke) est méprisant pour ceux qui ont réellement peur.

Peur qui fait le fond de commerce de l'extrême droite, sans que pour autant en faire une généralité au point de redéfinir ceux qui ont peur de fascistes ou nazis.

Comme l'écrit Charb, avoir peur n'est pas un délit et ne peut être condamné.


Eric Zemmour : je le cite à plusieurs reprises, non pas que je sois fan, mais parce que son cas revient régulièrement dans l'actualité et met en évidence un travers de notre société qui me fait peur.

Si je lui reconnais une culture et un argumentaire que beaucoup de ses détracteurs n'ont pas, je n'aime pas sa rhétorique, sa façon de vouloir avoir raison de tout. J'aime qu'on laisse parfois la place au doute, ce qui suppose d'écouter l'autre, même si on ne partage pas ses idées.

Par contre :

  1. J'observe que dès qu'il prononce une de ses critiques sur l'immigration, non seulement il est catalogué extrême-droite, traité de fasciste, menacé de mort, il est poursuivi et souvent lourdement condamné pour racisme et incitation à la haine raciale.

Pendant ce temps un certain nombre de personnes incitent à la haine contre les Blancs, contre les hommes, contre les Français, allant jusqu'à évoquer leur élimination, avec parfois des termes beaucoup plus violents, plus discriminatoires que Zemmour, sans qu'il y aie de poursuites judiciaires.

Que ce soit des personnalités politiques, des représentant(e)s de mouvements minoritaires, des gens du spectacle, tous semblent bénéficier du droit à la liberté d'expression ( au prétexte du débat d'idées) que l'on ne reconnait pas à Zemmour et à d'autres.

Les clips video de Konrad et autres rapeurs sont une véritable incitation à la haine et au meurtre. Pas de réactions politiques ! Deux poids deux mesures !

  1. Je suis scandalisé de constater qu'un humoriste Gaetan Matis, aie pu dire publiquement qu'il aurait aimé avoir une machine à remonter le temps afin d'organiser une conférence de Zemmour avec son public au Bataclan le 13 novembre, laissant entendre que c'est lui et son public qui auraient été massacrés par les terroristes. C'est de l'apologie du terrorisme, selon Taubira, et de l'incitation à la haine. Très rares réactions, les médias qualifient cette agression de mauvais blague. Seules les familles des victimes du Bataclan réagissent à l'instrumentalisation de cet évènement.

  2.   Je suis scandalisé de lire qu'un homme politique, Jean Christophe Lagarde, président du mouvement UDI, dit publiquement que "si Pasqua avait été là Zemmour aurait pris une balle dans le tête".  Ce qui est une incitation à l'assassinat, simplement pour avoir tenu des propos qui dérangent. En dehors de très rares réactions politique, personne ne réagit !

  3. Je suis scandalisé de voir des manifestants qui se disent antifascistes ou anti-racistes bloquer l'accès à des salles de meetings, et utiliser la violence afin d'empêcher la tenue de ces meetings, au non de la "démocratie". Si la police intervient pour éviter que cela dégénère, je suis stupéfait du manque de réactions du gouvernement et des politiques qui revendiquent la démocratie.

  4. Je suis outré de constater que des gens insultent et menacent de décapitation un sympathisant "Noir" d'Eric Zemmour au prétexte qu'il trahit sa race, sans aucune réaction du gouvernement ni de la classe politique.

Ce genre de propos, d'accusations, de d'actions graves, à l'égard de qui que ce soit qui sorte du cadre bien pensant est pour moi une atteinte à la démocratie, à la liberté d'expression. On a le droit de ne pas être d'accord et de le dire, mais pas de faire taire, de menacer de mort, de vouloir éliminer ceux avec qui on est en désaccord. Relisez 1984 d'Orwell. Pour moi nous sommes très proches du totalitarisme.

Je suis inquiet de la tournure que prennent les élections en France et je suis sceptique quand à la démocratie, à la liberté d'expression, à la justice Françaises.



  1. Puce Lorsque Eric Zemmour dénonce, comme il l'a fait en septembre 2020, que les migrants mineurs non accompagnés (MNA) sont la cause d'une progression de la délinquance et représentent un danger pour la France, il est condamné pour incitation à la haine raciale et CNews est condamnée à 200.000 euros d'amende. 

https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2021/05/05/cnews-eric-zemmour-perd-une-manche-contre-le-conseil-d-etat_6079226_3236.html

  1. Puce Lorsque le Rassemblement National édite un tract informant des problèmes que posent les Mineurs Non Accompagnés(MNA) venant d'Afrique, une centaine d'avocats saisissent la justice pour incitation à la discrimination et à la haine.

Maurice Berger, pedo-psychiatre, enseignant à l'école nationale de la magistrature, ancien responsable d'une unité psychiatrique dédiée aux mineurs violents, dit que 75% des mineurs souvent très dangereux déférés devant les procureurs en Île de France sont des MNA, que les jeunes issus de l'immigration sont sur-représentés dans toutes les formes de délits, que dans le CER (centre d'éducation renforcée) où il a travaillé, seulement 10% des mineurs violents venaient de familles françaises de souche. Cela ne donne pas lieu à aucune contestation.

Lorsque le journal le Monde et Orange dénoncent la même chose, avec des faits à l'appui, laissant entendre que des riverains en ont marre au point de créer une milice, il ne se passe rien ! Ils ne sont pas poursuivis !On ne parle pas de fantasme !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/05/au-pied-de-la-tour-eiffel-des-mineurs-isoles-vivent-dans-le-plus-grand-denuement_6079130_3224.html

https://actu.orange.fr/france/paris-de-jeunes-migrants-isoles-sement-le-trouble-au-pied-de-la-tour-eiffel-magic-CNT000001AHjO3.html

Un document analytique du sénat évoque le fait que 70% des candidats Mineurs Non Accompagnés ne sont pas des mineurs: https://www.senat.fr/cra/s20210209/s20210209_5.html

D'autres études portent sur les problèmes que posent les "MNA"sur le territoire

https://www.senat.fr/rap/r16-598/r16-5982.html

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/delinquance-des-mineurs-isoles-le-senateur-henri-leroy-denonce-une-hemorragie-20210525

https://www.lagazettedescommunes.com/726836/les-mna-delinquants-un-phenomene-qui-saggrave/

Ces chiffres ne sont pas contestés lorsqu'ils apparaissent dans des rapports officiels, mais ils donnent lieu à des plaintes pour incitation à la haine raciale quand ils sont avancés par des citoyens ! Cherchez l'erreur.

Il semble que les gouvernements successifs minimisent les problèmes ou feignent de les ignorer probablement à cause de leur caractère ethnique, se contentant de laisser la police se débrouiller avec les risques et dommages collatéraux que cela induit.

Et ça fonctionne: la population en veut plus à la police ou à Zemmour qu'au gouvernement qui est incapable de gérer le problème autrement qu'en distribuant des enveloppes dans une gros coup de "com" pré-électorale (visite de Macron à Marseille- chèques cadeaux à Noël etc...!)

Pas étonnant que les chiffres des études démographiques soient tabous, voire manipulés quand ils sont divulgués.

Depuis une décennie, des territoires entiers de la république sont devenus des zones où le droit Français ne s'exerce plus, avec des frontières et des couvres-feux imposés par les voyous, dont il est délicat de parler au risque d'être taxé de racisme, où se déroulent de véritables guérillas urbaines, où les aides sociales, le RSA, le commerce de stupéfiants et autres trafics sont les ressources principales, où les différents services publics (police, pompiers, secours, services sociaux) n'ont plus accès au risque de se faire agresser, voire tuer, où les commerces se font piller, racketter, où la vie devient impossible pour la majorité des familles qui y vivent, quelles que soit leurs origines, dans ces quartiers que Macron compare à "la Californie sans la mer"

https://actu.fr/ile-de-france/bobigny_93008/pour-emmanuel-macron-la-seine-saint-denis-c-est-presque-la-californie_42127900.html

Le processus de rejet s'est aggravé lorsque cette délinquance s'est mise à provoquer: "je vous emmerde, je n'ai rien à faire de votre République et de vos lois, je n'obéis qu'à mes propres règles qui sont supérieures aux vôtres".

Niquer la France et les Français est devenu l'hymne d'une partie de cette génération.

La peur de nombreux Français s'est mutée en inimitié, hostilité, discrimination à l'encontre de personnes, sur la base de différence "ethnique" que les voyous revendiquent eux mêmes: "Arabes ou Africains avant d'être Français". Ce sont les voyous eux-mêmes qui le disent et les chaines de télévision qui en témoignent dans de nombreux reportages.

C'est vrai que de plus en plus de Français (pas seulement blancs) ont peur, se sentent en insécurité, finissent par avoir tendance à rejeter des gens issus de l'immigration, sur la base de comportements provocateurs et agressifs d'une "voyoucratie".

C'est vrai que le danger est de faire des amalgames, pas plus ni moins que ceux que font les minorités identitaires (racisés, décoloniaux, indigènes, LBGT+etc..)

J'insiste pour dire que la majorité des Français n'en est pas au point de rejeter l'islam, ni les musulmans. Par contre ils ont besoin qu'on leur explique, qu'on les rassure. Ils ont besoin de se sentir protégés. Ce qui n'est plus le cas. A qui cela profite-t-il ?

C'est là où les agitateurs de tous bords interviennent, très adroitement, parfois soutenus par des partis ou des hommes(femmes) politiques, afin d'entretenir et de développer les clivages.

Sous l'impulsion de médias, d'associations françaises ou étrangères, de certains groupes politiques, des mouvements minoritaires, transforment cette peur et ce rejet en "racisme ethno-politico-religieux".

Les Français sont taxés d'Islamophobie !

Charb écrit qu'"Il serait temps d'en finir avec ce paternalisme dégueulasse de l'intellectuel bourgeois blanc de gauche qui cherche à exister auprès de "pauvres malheureux" sous éduqués.

Ces démagogues ridicules ont juste un énorme besoin de reconnaissance et un formidable fantasme de domination à assouvir.

Ce n'est pas la lutte contre le racisme qui intéresse ces gens, mais la promotion de l'islam. En ne relayant que la parole d'extrémistes que fait-on sinon créer chez les gens une détestation de l'islam".6

Et encore :"Pour le dire simplement, tout scandale qui contient le mot "islam" dans son intitulé est vendeur. Depuis l'attentat du 11 septembre 2001, les médias mettent en scène un personnage à la fois fascinant et effrayant: le terroriste islamiste.

Un terroriste, ça fout les jetons, mais si vous ajoutez qu'il est islamiste, tout le monde se fait dessus. La peur se vend bien. L'islam qui fait peur se vend bien. Et l'islam qui fait peur est devenu le seul islam visible aux veux du grand public.

Car l'islam que les médias donnent à manger à leurs consommateurs est forcément radical et poilu. Très souvent ce que les grands médias présentent comme une information sur l'islam est en réalité une caricature. Et ça ne suscite pas de franche protestation chez les associations qui traquent l'islamophobie. Tant qu'elles sont invitées à s'exprimer sur la montée de l'islamophobie tout le monde y trouve son compte.

Aujourd'hui, le journaliste qui demande à un musulman de commenter la "montée de l'islamophobie " ne lui demande finalement rien d'autre que de commenter ce que les médias ont eux-mêmes créé. En résumé, il contribue à amplifier un problème et fait ensuite semblant de s'étonner de l'existence et de la persistance de ce problème. Le responsable musulman à qui le présentateur du 20 heures réclame d'exprimer son sentiment sur cette fameuse "montée de l'islamophobie " devrait lui cracher à la gueule. Il a en face de lui le promoteur de la trouille que suscite l'islam.

L'islamophobie n'est pas simplement un marché pour ceux qui font profession de la dénoncer c'est un marché pour la presse qui le promeut". 6

J'observe que la majorité des Français côtoient tous les jours des musulmans mais aussi des gens d'origines diverses (Africains non musulmans, Asiatiques - Vietnamiens, Cambodgiens, Japonais, Indiens, Sri Lankais, Latino-Américains, Russes, Espagnols, Italiens, Portugais, Polonais etc...) en tant qu'amis, voisins, collègues, pacifiquement, en toute intelligence. Je n'observe pas de "racisme" à ce niveau. Ce qui n'exclut pas certaines tensions, rarement basée sur la différence ethnique.

  1. Puce J'observe que cette peur et cette hostilité ne concernent pas: Mustapha, le Marocain qui tient l'épicerie de quartier, bien utile parce qu'ouvert 7 jours /7 et qu'il est point relai pour des colis commandés sur internet, pas plus qu'Ali l'ouvrier Algérien de Rhone-Poulenc avec qui on joue au tiercé ou aux dominos, ni Medhi le Tunisien qui fait des savoureux kebabs, ni Rohan qui tient le restaurant indien et vend des DVD Bollywood sous le manteau, ni Mme Antoine qui faisait des soupes et des nems inoubliables dans son restaurant Vietnamien(Paris/Saïgon) où on pouvait se restaurer pour trois fois rien, pas plus que Naïma vendeuse chez Sephora, ou Sabrina qui tient le bar à ongles, ni Kanzou et Rachida, vendeur et vendeuse chez Zara, ni Karim vendeur de jeux video, ni Aziza l'avocate, ni Zeineb le médecin, ni Fatou l'infirmière, ni Majdi l'éducateur musicien qui joue de l'oud comme personne, ni Mouss l'entraineur de foot du village qui s'amuse de son accent "bwana", ni Idir le poète en-chanteur, ni Manu le saxo makossa, ni Fouad le poète écrivain, ni Fatiha la prof féministe pleine d'authenticité.

Quel plaisir j'ai à partager avec eux. Pour ceux que je connais personnellement ils(elles) disent n'avoir jamais rencontré de problème de "racisme", ni avec les Français ni avec la police et que toutes ces histoires sont des conneries.

Avant d'ouvrir leurs sphincters et de répandre leurs indigestions (Décolonisation, Indigénisme, Violences policières, jeunes de banlieues, néo-féminisme, machisme des Victoires de la musique), Camélia Jordana et les autres devraient se poser, méditer (être présents à ce qui est), changer de filtres et surtout se documenter.

C'est quand cesse la conscience qu'apparait l'idéologie !

Je rappelle qu'au départ les gens ont peur des terroristes et des voyous envers lesquels ils finissent par développer un sentiment de colère, de haine et de rejet.

Ils ont peur de la violence, de la barbarie, des agressions, des cambriolages et de l'invasion (immigration massive). Ils ont peur de ne pas pouvoir se sentir à leur place et en sécurité chez eux. Réactions naturelles que l'on retrouve dans tous les pays et toutes les communautés du monde.

Sortez un peu de France pour voir comment cela se passe ailleurs !


Petit dictionnaire: parce que ce mot est tabou en France, l'utiliser est systématiquement connoté négativement

Invasion: action d'envahir = Pénétrer quelque part en nombre, de manière abusive ou non autorisée ; occuper, faire irruption dans un lieu. Irruption de gens qui occupent un lieu en grand nombre. 


A cela s'ajoute ceux qui parlent au nom des musulmans ou des gens de couleurs, cherchant à exacerber les haines communautaires : ce sont des responsables religieux(Imams) ou associatifs, des universitaires qu'on dit "intellectuels", des pseudo journalistes, qui incitent à la haine contre la République et les Français. Ce sont des parents d'élèves(Brahim Chnina) qui incitent à tuer un enseignant,

https://www.europe1.fr/societe/professeur-decapite-lindividu-qui-agit-seul-a-ete-incite-a-passer-a-lacte-3999250

Dans ce brouhaha, personne pour l'instant ne cherche à décrypter, à expliquer autrement qu'en portant des jugements de valeurs, sur les uns et les autres.

Peut être est-il important de reprendre tout à la base, que ce soit pour l'islam, pour les mouvements minoritaires (racisés, indigènes, décolomiaux, LBGT+ etc...)

Charb écrit: "Un texte ne devient sacré et éventuellement dangereux que parce qu'un lecteur fanatique décide d'appliquer au premier degré ce qui est écrit dans son livre de chevet. Il faut être vraiment naïf pour prendre au pied de la lettre ce que disent les textes fondateurs de toutes les grandes religions, et il faut être particulièrement psychopathe pour vouloir reproduire chez soi ce qu'ils prônent. Bref, le problème, ce n'est ni le Coran ni la Bible.

Prenez n'importe quel livre de cuisine, déclarez que tout ce qui y est écrit est la Vérité et appliquez à la lettre, à vous-même et aux autres, ce que préconisent ces nouvelles Saintes Écritures. Le résultat ? Un bain de sang. Votre voisin fait des crêpes sans gluten parce qu'il est allergique. Le livre sacré ne dit rien pour ce cas de figure, brulez votre voisin, il blasphème. Il beurre trop le fond de son moule à tarte, la mort.

La même expérience est réalisable avec importe quel bouquin".6

A ce stade je pense qu'il faut analyser sérieusement ce qui se passe, car ce ne sont plus seulement les Français qui sont en danger, c'est un pays, une civilisation, la démocratie, qui sont en danger dans leur souveraineté et leurs valeurs. Ce n'est plus le même débat....

Je regrette qu'il n'y aie pas de sage, de part et d'autre pour éteindre ce feu que d'aucun allument...

J'accuse le gouvernement de faire l'autruche, de minimiser les problèmes, de ne pas chercher à y remédier. J'accuse le gouvernement de laisser faire et de ne pas garantir la protection et la sécurité des Français d'origine ou non. J'accuse les politiques de fermer les yeux sur un processus d'a-culturation et de soumission qui deviendra irréversible, si on ne fait rien.

La majorité des Français ne sont pas cons au point de ne pas faire la différence entre islamisme et islam, comme j'espère que les musulmans ne sont pas cons au point de ne pas faire la différence entre inquiétude et racisme.

De part et d'autres la majorité des gens sont capables de davantage d'intelligence. Maintenant il y a des limites à rétablir en urgence, pour protéger les uns et les autres.

C'est important de rappeler que tous les Français ne sont pas racistes, ni contre les musulmans. De nombreux musulmans vivent leur foi sans violence, sans intention d'éliminer les "kouffars", sans prosélytisme...

Il y a, heureusement, des millions de musulmans et de gens de couleurs (musulmans ou pas) avec lesquels nous pouvons vivre en paix, en amitié et en intelligence.

Ce qui est dommage est que l'on n'entend que les racisés...les médias ne parlent que des indigénistes, des anti-racistes et des décoloniaux, ils ont une grande responsabilité dans ce qui se passe...

Peut-être qu'il appartient à chaque communauté de se rassurer mutuellement, et de marginaliser les aboyeurs et leurs "idéologues sectaires".

Je ne nie pas qu'il peut y avoir de l'animosité, voire de la haine à l'égard d'êtres humains qu'ils soient d'une même origine ou d'origines différentes, pour un tas de raisons qui n'ont pas forcément un lien avec les origines ou la couleur de la peau. Les "blancs n'ont pas le monopole de la "haine".


  1. Puce Pourquoi je parle et d'où je parle :

Je suis né et j'ai passé mon enfance dans un village de Wallonie (Belgique). Je parlais français (du fait de ma famille et de l'école), et le dialecte de ma province (le Wallon). Lorsque mes parents sont venus vivre en France, j'ai été scolarisé dans une école primaire publique dépendant d'un lycée. Comme j'avais un accent wallon à couper au couteau, l'instituteur Mr Schonbachler (je cite son nom car s'il a des descendants, j'aimerai qu'ils sachent), m'envoyait au tableau tous les jours pour les récitations parce que mon accent "belge" faisait rire tout le monde. Lorsqu'il me faisait réciter les tables de multiplications, il m'obligeait à compter en "belge", septante, nonante etc...Pour les quatre-vingt, il m'obligeait à dire octante, ce qui n'existe pas en Belgique, mais seulement dans son imagination. Lorsque je refusais, il me tirait les cheveux.

Cela m'a occasionné des problèmes d'intégration et de réussite scolaire. Alors que j'étais bon élève en Belgique, j'ai dû redoubler plusieurs fois en France, d'autant que j'ai retrouvé ce tyran au Lycée en 6ème et en 5ème où il sévissait en tant que professeur de mathématiques. Il ne m'envoyait plus au tableau parce qu'entre temps j'avais corrigé mon accent, mais j'étais terrorisé dès qu'il entrait dans la salle de classe.

A cela s'ajoutaient les moqueries de certains élèves parce que j'étais habillé d'une façon différente des enfants de l'époque. Nous vivions dans une certaine précarité matérielle et affective. Nous portions parfois des vêtements d'occasion, donnés par la famille dont les enfants avaient grandis.

Un de mes frères était handicapé. Handicap physique de naissance aggravé par un accident, assorti d'un handicap affectif et cognitif.

Je me souviendrai toujours de la façon dont il a été traité par les autres enfants et par les instituteurs de l'école de la république. J'ai vu comment il a été traité par certains de ses employeurs. J'ai vu combien il a souffert de ne pas pouvoir entretenir une relation durable avec les filles et les femmes qu'il aimait. J'ai été affecté par la façon dont une partie de ma famille l'a négligé. J'ai été marqué par son isolement, sa marginalisation, sa disparition.

Mon premier grand amour adulte était une jeune femme juive. Notre relation était profonde mais platonique, sa "communauté" exigeant qu'une fille soit vierge pour le mariage, pendant que son frère plutôt "beau gosse" allongeait la plupart des "shikses" du lycée !

Lorsque j'ai évoqué le fait de vivre ensemble, la réponse a été négative, parce que j'étais non-juif (goye). Nous avons du nous séparer, notre relation n'ayant aucune chance d'aboutir. Sur le moment je n'ai pas compris "la différence". J'en ai souffert. Elle a finit par épouser un juif, pour me contacter 40 ans plus tard pour savoir si j'étais libre ! Faut pas exagérer !

J'ai des amis Sénégalais qui vivent en France. Ils ont de nombreux enfants dont un fils footballeur connu et des filles superbes et intelligentes. Si les fils pouvaient faire ce qu'ils veulent, les filles n'avaient pas le droit de fréquenter des garçons Français. La mère disant que les hommes "blancs" ne sont pas de bons maris et de bons pères. Elles ont toutes épousé des Africains. 

Si des Français interdisent à leurs filles de sortir avec des Africains (du Nord ou de l'Ouest) sous le prétexte que ce ne sont pas des gens fiables ou sérieux, comment cela sera-t-il interprété ?  Vous allez dire que ce n'est pas la même chose !

Une partie de ma belle famille est Algérienne (Amazighs). Elle n'a jamais vécu de discrimination en France. Lorsque je suis allé dans la famille en Kabylie, à l'exception de mon beau-père, j'ai été l'objet de reproches par les beaux-frères, cousins,oncles, qui n'acceptaient pas la mixité de notre relation. Il y avait un oncle (gardien de phare à Alger) qui ne m'adressait pas la parole, et m'obligeait à dormir dans une autre pièce, à part.

Dans les montagnes de Kabylie, n'ayant plus d'eau depuis 8 mois pour cause de rupture de canalisation, mon beau-père louait un âne pour aller chercher des bidons d'eau au puits, disant qu'à l'époque des Français c'était réparé dans la semaine". Il nous a montré des hectares de terres en friche, disant qu'à l'époque des Français tout était cultivé. Il nous a aussi fait découvrir l'école du village, où les instituteurs algériens au chômage étaient assis sur un banc dans la cour pendant que des femmes en burqa fraichement débarquées d'Iran et d'Arabie avaient pris leur place devant les élèves. J'ai aussi découvert qu'il fallait acheter les pommes de terre ou un frigidaire au marché noir et que les oranges dont les arbres étaient couverts coutaient plus cher que celles vendues en France ! Décoloniser !

Lorsque je me dispute avec un Français ou un étranger "blanc" et qu'on se traite de "sale con", nous ne sommes que des gens qui s'engueulent. Si je me dispute avec un Français ou un étranger "non-blanc" et que je le traite de "sale con", je suis "raciste".  S'il y a des témoins ils se dépêchent de dégainer leur smartphone. S'il m'injurie en français ou plus souvent dans sa langue, ce n'est jamais du racisme.

Je me souviens avoir organisé le samedi 02 Juin 1973 un concert de musique indienne en partenariat avec l'école de yoga du centre social, dans l'amphithéâtre mis à disposition gracieusement par l'école d'éducateurs d'Amiens. En plus de l'avantage du parking, l'acoustique et la sonorisation y étaient exceptionnelles.

Nous avions fait venir de Londres Vemu Mukunda, joueur de veena et son groupe de musique classique indienne.

Grâce à la presse locale et à de nombreuses affiches, nous attendions entre 500 et 1000 spectateurs. Le concert s'est soldé par un échec: les étudiants et les enseignants marxistes de l'école ont boycotté par surprise le concert en interdisant l'entrée de l'amphithéâtre au public parce que selon eux le concert relevait de "la culture bourgeoise" et n'avait pas lieu d'être à cet endroit.

Ces gauchistes soixante-huitards qui disaient "il est interdit d'interdire"! Seuls quelques dizaines de spectateurs arrivés avant eux ont pu assister au concert.

Ce ne sont que quelques exemples d'un parcours de vie banal de petit "blanc" confronté à une ségrégation primaire. Cela n'a jamais entamé mon identité. Je suis ce que je suis et je n'en ai pas honte.

  1. Puce Tout cela m'interroge sur le "chapeau" que l'on veut faire porter aux "Blancs", aux Français lambda. De quel "racisme" parlent ceux qui ne font qu'en parler ? D'où parlent-ils ? Qui prétend donner des leçons, à quel titre ?

Pour moi il s'agit de discrimination et de ségrégation, de la part de gens qui réagissent parce qu'on est différent de leur cadre de référence, de leur routine, de leur communauté. N'est-ce pas ce que vous reprochez aux "racistes" ?

 

  1. Puce Partageons quelques généralités :

1°- Lorsqu'un Français "d'origine africaine" est agressé voire tué par des Français d'origine, il a souvent droit à des interventions médiatisées d'hommes politiques, de people, d'associations bien pensantes, il a droit au label "crime raciste", à des manifestations publiques souvent hyper-médiatisées.

Comment expliquer que cela n'arrive pas avec des Français d'origine Asiatique, Espagnole, Italienne, Portugaise, qui font aussi parfois l'objet d'agressions et de meurtres ?

2°- Lorsqu'un Français de souche est agressé, voire tué par des Français "d'origine étrangère", il ne bénéficie jamais du label "crime raciste", encore moins lorsqu'il se fait assassiner à l'étranger. En général, c'est traité dans la rubrique faits divers ou "délinquance", il se fait enterrer dans l'anonymat.

3°- l'incohérence de la justice  à la Française : 

  1. Puce  En Avril 2017 Sarah Halimi se fait sauvagement agresser pendant son sommeil par Kobili Traore, qui la roue de coups en récitant des sourates du coran pour finir par la trainer sur le balcon et la jeter du 3ème étage (ce qui entraina la mort). En 2019 Kobili Traore est déclaré irresponsable (bien que connu pour violences), parce que sous l'emprise de stupéfiants, dont il est consommateur régulier, au point de faire des épisodes délirants. Seul est retenue la connotation antisémite de l'acte parce que la victime est juive, mais il n'est pas coupable du meurtre !

Interrogé su cette anomalie par Radio J, Dupont Moretti répond qu'il pourrait aussi être condamné pour usage de stupéfiants.

  1. Puce En décembre 2017 l'iman du quartier Empalot de Toulouse, Mohamed Tataï, donne un prêche au cours duquel il incite à tuer les juifs :" Le jour du jugement ne parviendra que quand les Musulmans combattront les Juifs, le Juif se cachera derrière l'arbre et la pierre, et l'arbre et la pierre diront : Oh Musulman, oh serviteur de Dieu, il y a un Juif derrière moi, viens et tue-le, sauf Algharqada, qui est l'un des arbres des Juifs", il est poursuivi pour incitation à la haine raciale contre les juifs.

Il est relaxé par le tribunal le 14 septembre 2021. Les six associations qui s'étaient constituées parties civiles: le CRIF, la LICRA, l'association cultuelle israélite de Toulouse, le bureau national de vigilance contre l'antisémitisme, l'association Ben Gourion et l'association des avocats sans frontières ont été déboutées, le tribunal ayant considéré que l'infraction n'était pas caractérisée ! Le parquet fait appel le 21 septembre 2021. On a condamné Eric Zemmour pour bien moins que cela !!!

  1. Puce  Après l'attentat de Trèbes en 2018 , une militante vegan a écrit sur son compte facebook à propos de Christian Medve, boucher du Super U, assassiné par Radouane Lakdim : "Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste ? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice". 

Suite à la plainte d'un boucher du Nord, elle a été condamnée à 7 mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme, tel que définie par la circulaire de janvier 2015 de l'ancienne ministre Christiane Taubira, qui entend par "apologie" "un commentaire des actes de terrorisme en portant sur eux un jugement moral favorable".

Lorsque le jeudi 7 octobre 2021 Gaëtan Matis, sur Instagram prétend faire de l'humour en écrivant "Si j’avais une machine à voyager dans le temps, je bookerai (sic) le Bataclan pour la soirée du 13 novembre afin d’y organiser une soirée rencontre entre Éric Zemmour et son public " laissant entendre que c'est Zemmour et son public qui auraient été assassinés par les terroristes, il ne se passe rien, alors qu'il s'agit d'une apologie du terrorisme, selon la formule de Taubira.

Depuis, ce connard hante les plateaux de télévision pour dire qu'il est désolé, qu'il ne comprend pas pourquoi les gens réagissent comme ça. Deux poids deux mesures !

  1. Puce Lorsque Philippe Monguillot, chauffeur de bus, Français d'origine, est battu à mort le 05 Juillet 2020 par des voyous pour leur avoir demandé de mettre un masque de protection, il n'est jamais fait mention de leurs origines, en dehors de l'un d'eux. La façon dont cela a été traité dans les médias et au niveau politique laisse supposer qu'il s'agit de ressortissants d'une certaine communauté. 

Comme pour l'assassin de Sarah Halimi on présente judicieusement le clandestin comme un "déséquilibré mental" histoire de ne pas l'affubler d'un comportement "raciste" pénalement responsable.

Pourquoi n'évoque-t-on jamais un déséquilibre mental lorsqu'un Français agresse une personne de couleur ? Si un clandestin peut "péter les plombs" pourquoi un Français n'aurait-il pas aussi le droit de "péter les plombs" ? Ce n'est pas la même chose !

Moralité : le jour où vous agressez un "racisé", fumez un joint, on vous déclarera peut être irresponsable, bien que l'irresponsabilité ne semble pas exister pour les Blancs ! Deux poids deux mesures, en même temps...

- Si le chauffeur avait été un membre de la même communauté que les meurtriers, l'auraient-ils agressé et tué ?

  1. - Si ce chauffeur de bus avait été un homme de "couleur" et si les agresseurs avaient été "blancs", n'aurait-on pas systématiquement parlé de crime raciste, avec manifestations, diarrhée de banlieues et d'associations antifascistes, anti-racistes et discours présidentiel avec condamnations exemplaires  ?

  2. Puce Lorsque la Fédération Française de Football choisit un "rappeur" pour interpréter l'hymne des Bleus à l'Euros 2021: Youssoupha, illustre inconnu qui en 2006 a vomi son sexisme dans l'une de ses compositions (Eternel recommencement) à l'attention de la leader du RN rêvant que "sa semence de nègre foute en cloque cette chienne de Marine Le Pen"(sic).  Il ne s'est rien passé !

Chienne est une insulte à l'égard d'une femme quelle que soit son appartenance politique. "Semence de nègre pour foutre en cloque" est tout ce qu'il trouve pour humilier une femme: l'engrosser !

Jacques Marilossian, député LREM, va jusqu'à prendre sa défense publiquement.

Comble de la connerie: cet éjaculateur qui utilise son sperme pour souiller les gens traite ceux qui le critiquent de "nazis" !

  1. Puce Lorsqu'un rappeur "français" d'origine Africaine (Nick Conrad) incite à la haine contre les "blancs" en invitant les gens à pendre "les blancs", à les tuer, à massacrer leurs gosses dans les crèches, à niquer leurs grands mères, cela ne semble pas créer de mouvement de masse en dehors de polémiques que l'on attribue à l'extrême droite. On fait retirer le clip, il prend 5000 euros d'amande et une peine légère avec sursis. Pas de poursuite pour incitation à la haine raciale, pour l'incitation aux meurtres. http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/apres-pendez-les-blancs-nick-conrad-fait-polemique-avec-doux-pays-19-05-2019-8075193.php

  2. Puce Lorsqu'un rappeur (Saïd Zouggagh) et son "mentor universitaire" (Said Bouamama) écrivent un texte où il est question de Niquer la France, ils ont été poursuivis en justice par une association qui dénonce leur racisme et l'incitation à la haine raciale sous couvert d'anti-racisme. L'association a été déboutée, au prétexte qu'il n'y a pas d'incitation à la haine mais juste un débat d'idées.

Pourquoi n'évoque-t-on pas un débat d'idées dans les propos de Zemmour sur l'immigration ? Il n'est pas plus toxique que les Said !

Que ce passerait-il si un groupe de rock français fait une chanson invitant à exterminer ou niquer les "nègres et les arabes, leurs femmes et leurs gosses" ?

Il y aurait un tollé national, des allocutions présidentielles et ministérielles hyper-médiatisées, des manifestations solidaires de lycéens et de personnalités de gauche, des prises de paroles de people, des vomissements "d'indigènes et de décoloniaux", des condamnations au nom de l'incitation à haine raciale.

  1. Puce Lorsque Assa Traore dit "En Afrique, ils vont renverser le président, ils rentrent dans le palais. Ça se passe comme ça en Afrique, pourquoi ça devrait pas se passer comme ça en France ? Nous sommes prêts, nous pouvons faire une belle révolution", on a vu récemment ce que cela donne au Mali !

Dans la majorité des pays Africains, les leaders d'opposition de son genre sont souvent assassinés ou exécutés.

Elle semble oublier qu'en Afrique quand cela se passe sous la forme qu'elle décrit, cela s'appelle un coup d'état qui généralement entraine de violents massacres, sachant qu'un jour ou l'autre la dictature change de main à la suite de nouveaux coups d'état et de nouveaux massacres.

Peut être ne connait elle pas bien l'histoire de l'Afrique ou uniquement celle qui l'arrange !

Vouloir imiter Angela Davis, cela fait le buzz aux USA, c'est aussi ignorer que Mlle Davis était issue d'une famille d'universitaires, qu'elle était elle-même universitaire spécialisée en droit des minorités et qu'elle luttait contre une politique ségrégationniste américaine.

Par contre, profondément marxiste comme la plupart des Black Panthers, Angela a soutenu des régimes totalitaires qui pratiquaient la discrimination et les massacres de masse, ce qui a émaillé sa crédibilité. On en parle beaucoup moins ! Il est paradoxal de lutter pour l'égalité des droits et de valider en même temps des massacres commis par des pays qui ne respectent pas les droits de l'homme.

Ce qui est inquiétant est que, comme pour Nick Conrad, Houria Bouteldja, Tara Bouhafs, les comportements et les propos de Traore ne provoquent aucune réaction en France, ou si peu. Deux poids deux mesures ....

J'ose espérer qu'Assa Traoré apprécie le fait d'être née et de faire ce qu'elle fait dans un pays de liberté. C'est plus facile d'être révolutionnaire et provocatrice dans un pays comme la France qu'en Chine, en Russie, en Corée du Nord ou dans certains pays du continent d'où sa famille est issue.

Houria Bouteldja, Tara Bouhafs, Souad Merah, Conrad, Traore, Saïd Zouggagh et son mentor, Jordana et autres LGBT, me confortent dans l'impression que le "racisme" et la discrimination ne sont pas à sens unique et que ceux qui en parlent le plus ne sont pas plus cohérents ni plus tolérants que ceux qu'ils dénoncent.

Ce qui m'inquiète est que leurs propos, souvent profondément discriminatoires et racistes, voire incitant à la haine raciale, à l'élimination des Blancs, des hommes, ne font jamais l'objet de poursuites judiciaires, de condamnations, de mise au ban de la société. En attendant, c'est Zemmour le fasciste, le nazi, le virus etc...

4°- Lorsqu'un cimetière juif, une mosquée, une synagogue sont profanés par des gens (Sarre Union 2015- Château Thierry 2016 - Herrlisheim  2018 - Quatzenheim 2019 - Westhoffen 2020), les médias et les politiques invoquent systématiquement un acte raciste ou antisémite, quelles que soient les réelles motivations des profanateurs.

Lorsque des tombes "lambda" ou catholiques, celle du Général De Gaulle ou celle des victimes de Charlie Hebdo sont profanées, lorsqu'une église est incendiée: Goussainville 2012 - Moustey 2012 - Cambrai 2013 - Saverne 2013 - Besançon 2013 - Labry 2015 - Saint Etienne 2017 - Nantes 2020- Fontainebleau 2020 (heureusement le cimetière juif proche n'a pas été touché), les médias évoquent brièvement des personnes irresponsables, désaxées, une petite délinquance, rappelant que les profanations de cimetières ont toujours existé. Surprenant ?

5°- Lorsque Roger Cukierman président du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) dit publiquement "qu'aujourd'hui en France toutes les violences, et il faut dire les choses, sont commises par des jeunes musulmans" c'est banalisé. Lorsque Eric Zemmour invoque "le fait que la majorité des délinquants en France sont d'origine africaine ou maghrébine", cela crée un tollé, il est poursuivi et condamné pour incitation à la haine raciale. Deux poids, deux mesures. Pourquoi cette différence ? Où est la cohérence dans tout cela ? http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/02/23/cukierman-toutes-les-violences-sont-commises-par-des-jeunes-musulmans

- Le 17 septembre 2020 dans l'émission Touche pas à mon poste, Valerie Benaïm s'émeut de constater qu'un rappeur (Freeze Corleone) a réalisé un clip où il est carrément malsain à l'égard de la communauté Juive.

  1. - J'observe que cela ne crée pas plus de tollé que les vomissements de Nick Conrad sur "les blancs".  Si c'était un Français de souche qui avait diffusé ce texte, que se serait-il passé ? Qu'aurait fait la Licra, SOS Racime ? Qu'aurait dit TF1, FR3, C8, BFMTV , le Monde ?

Valerie Benaïm d'ajouter une petite phrase : "tout le monde était concerné par cet acte odieux: parce que quand on touche à un noir, à un juif, à un musulman, on touche à l'humanité".

Pourquoi ? L'humanité se résume à cette trilogie. Les autres, les "Blancs", les asiatiques, les amérindiens, les chrétiens, les aborigènes etc... n'existent pas ?

Ne sommes nous pas tous d'abord des hommes et des femmes appartenant à l'humanité et à un monde qu'il faut protéger ?

J'entends déjà la réponse "oui mais ce n'est pas la même chose ".

- Le 19 Décembre 2020, au cours d'un match de football Marcus Thuram (français de couleur) a craché au visage de Stefan Posch, joueur (Blanc) de l'équipe adverse. Cracher au visage de quelqu'un est une insulte dans notre culture ! Thuram s'est contenté de dire "qu'il a mal réagit" et "qu'il accepte les conséquences de son geste". Il a été expulsé du match et risque une suspension de quelques matchs.

Il n'y a pas eu de diarrhée populaire, de lynchage médiatique, pas de réaction politique, le peu de médias qui en ont parlé se contentant de dire qu'il faut éviter de monter l'affaire en épingle...MDR !

  1. Puce Que se serait-il passé si un footballeur Blanc(français) avait craché au visage de Marcus Thuram ? Son père Lilian Thuram, racialiste de dernière heure, aurait déclenché une émeute, aurait écrit un livre sur "les blancs", les médias auraient lynché le sportif qui aurait été interdit définitivement de stade sous la pression politique, les autres joueurs se seraient mis à genoux, un poing levé, l'autre sur le coeur, le gouvernement aurait dénoncé le racisme à grand renfort d'assertions démagogiques, les indigènes et autres racialistes auraient défilé en faisant les amalgames habituels, Floyd, Traore, Thuram etc...On en aurait parlé pendant des mois....

Vous trouvez cela normal ? Moi pas. J'entends venir ce n'est pas la même chose.

8°- Les politiques et les médias tombent dans le panneau et entretiennent les différences :

  1. Puce  Pourquoi certains attentats entrainent une implication politique et publique forte et d'autres moins, voire pas du tout ?

Lors de l'attaque de Charlie Hebdo, du Bataclan, de l'Hyper Casher, sous l'impulsion des médias, la France et le monde se sont soulevés dans un grand élan de solidarité et de révolte "les Charlies" ...Les "experts" évoquent une atteinte à la liberté d'expression et aux valeurs républicaines. Les politiciens parlent de rassemblement, d'unité nationale, voire internationale...

Je n'ai pas rencontré cette prise de conscience et cette solidarité lors des massacres et des enlèvements de femmes Yezedis du Sinjar en 2014 (plusieurs milliers), ni lors des attentats du Bardo à Tunis du 18 mars 2015 (24 morts 45 blessés), de la plage de Port El Kantaoui du 26 juin 2015 (38 morts,35 blessés) de l'Airbus Russe explosé dans le Sinai le 31/10/2015 (224 morts), de Tunis le 24 novembre 2015 (12 morts), de Berlin le 19 décembre 2016, de Londres le 22 mars 2017, de Manchester le 22 Mai 2017, de l'Aude le 23/03/2018 (4 morts 16 blessés), du Sri Lanka le 21 Avril 2019 (390 morts 500 blessés), de Vienne le 02 Octobre 2020, ni lors des massacres du Mozambique (novembre 2020). Surprenant !

  1. Puce Pourquoi traite-t-on différemment la décapitation de Samuel Paty, (médiatisation, rassemblements, funérailles nationales, décoration, etc...) de celles des moines de Thibidrine, d'Hervé Gourdel (Jurjuras), d'Hervé Cornara (Saint Quentin Fallavier), de Jean Baptiste Salvaing et Jessica Schneider (Magnanville), de Jacques Hamel (Saint Etienne du Rouvray) Quant à Vincent Loquès, Simone Baretto Silva, Nadine Devillers (Nice), en dehors des témoignages authentiques et quotidiens des Niçois, l'hommage officiel ressemblait davantage à un épisode de com. qu'à l'humilité et la solidarité d'un deuil national. On en a fait davantage pour Johnny Hallyday ! Cherchez l'erreur !

On n'a pas inauguré de rue Hervé Gourdel, de place Jean Baptiste Salvaing, de chapelle Jacques Hamel !

Les "experts" évoquent le fait que Samuel Paty est un symbole: comme il est enseignant, sa décapitation touche l'école, un pan de la république, avec une odeur de corporatisme, de communautarisme. On évoque également une atteinte à la liberté d'expression.

Plusieurs mois après on parle encore de Paty, on ne parle plus de Vincent Loquès, Simone Baretto Silva, Nadine Devillers et pourtant il (elles) sont aussi mort(e)s de la barbarie d'un terroriste, parce qu'ils(elles) étaient dans une église (liberté de culte ?)

Le gouvernement et les médias ont traité de la même façon l'assassinat d'Arnauld Beltrame, dans l'attaque terroriste de Trèbes dans l'Aude ou de Stéphanie Montfermé à Rambouillet. Comme il est gendarme et elle auxiliaire de police, ils sont des héros qui représentent un pan de la république et l'appartenance à une corporation. Alors que les autres, Hervé Sosna, Jean Mazières, Christian Medvès, tués par le même bourreau à Trèbes, n'ont eu droit qu'à des obsèques locales et familiales, parce qu'ils ne sont que des Français ordinaires.  Vous direz ce n'est pas la même chose !!!

  1. Puce Pourquoi traite on différemment le décès et les funérailles de Halliday, de Belmondo, et de Pierre Rabhi ? Rabhi a au moins autant de fans, de lecteurs, d'admirateurs que Halliday ou Belmondo...Qui fait la différence et pourquoi ? Ce ne sont pas les mêmes électeurs ?

Cette France deux poids deux mesures du "ce n'est pas la même chose" commence à m'irriter.

Certains sont traités en héros ou martyres, d'autres en citoyens ordinaires. Cela ne fait que confirmer l'impression que nous ne sommes pas égaux devant la politique, la justice, la sécurité, la mort.

Il y a des Français première classe, et des Français seconde classe. Tout dépend de ce que cela rapporte en prestige à la classe qui nous dirige.

Remarquez que ce n'est pas une question de couleur.

Charb dans son livre6 cherche à établir la différence entre racisme et islamophobie. Il donne l'exemple de Mouloud et Gérard qui, à revenu égal, postulent pour la location d'un appartement.

Sachant que Mouloud est musulman et Gérard, catholique converti à l'islam, lequel des deux a le plus de chance d'obtenir l'appartement ?

Pour Charb le fait qu'ils soient musulmans passe après le fait que l'un est "Blanc" et l'autre "Arabe". Ce qui pour lui relève du racisme plutôt que d'islamophobie. S'il est intéressant, son raisonnement me parait incomplet, voire limitant.

J'aimerai rebondir en poursuivant sa démonstration:

- A compétence équivalente, qui de Jeanine Franco-Française (105 kg), Naïma Franco-Algérienne (55kg) ou Fatou Franco-Sénégalaise (60kg) a le plus de chance d'obtenir un emploi de secrétaire, d'hôtesse d'accueil, de vendeuse en habillement, en cosmétiques ?

- A diplôme équivalent qui de Jean Marie Dupont et David Bloomberger a le plus de chance d'obtenir un emploi dans les médias, le showbiz, ou le cinema ?

- A compétences équivalentes qui de Xavier (IMC hémiplégique) et Karim (champion sportif amateur) a le plus de chance d'être embauché dans une startup ou chez Mc Donald ? En supposant qu'il n'y aie pas l'opportunité d'aide à l'embauche pour personne porteuse de handicap...

  1. - A formation équivalente, qui de Françoise Franco-Française (95 kg) mère de trois enfants et Christiane Franco-Française (59 kg) "célibataire" sans enfant a le plus de chance d'être retenue pour être hôtesse de l'air ?

  2. Puce Tout dépend de ce que nous représentons dans la conscience collective. Beaucoup semblent avoir oublié que nous sommes tous des êtres humains, quel que soit notre statut, nos origines, notre couleur, notre sexe, nos croyances.

A quel titre est-ce moins grave de tuer un Français ordinaire qu'un Français symbolique ? A quel titre est ce moins grave de cracher à la face d'un blanc qu'à la face d'un noir ? Egalité, Liberté, Fraternité mon cul !

Tant que l'on n'aura pas admis que discriminer est non négociable quel que soit le statut de la victime, et que tout, réellement tout, soit mis en oeuvre pour protéger tous les êtres humains de la discrimination et de l'effacement nous ne sommes pas prêts de régler la violence, les injustices, dans ce pays.

Le jour où le viol et l'assassinat de chaque femme ou enfant entrainera un deuil national, avec les mêmes cérémonies et les mêmes procédures que celles des attentats, ou des funérailles de "Halliday ou Belmondo", on pourra parler d'égalité...

Le jour où l'on dénoncera avec la même virulence et la même intolérance les agressions et les meurtres de Blancs par des gens de Couleurs ou d'origines étrangères, on pourra parler d'égalité.

La solidarité (l'unité nationale comme ils aiment appeler ça) et les révoltes juvéniles me font sourire quand elles ne sont que des effets de minorités et de mode, provoqués et entretenus par les médias et les politiques...

  1. Puce Alors arrêtez de nous "prendre la tête" avec la couleur de peau, l'origine, le sexe et la religion.

Les Arabes, les Africains, les Français, les musulmans, les juifs, les catholiques, les athées, les homosexuels, les hétérosexuels, les vieux, les chauves, les personnes enrobées, les policiers, les Miss etc...sont d'abord des hommes et des femmes comme les autres.

Partout: il y en a qui sont cons et d'autres qui ne le sont pas. Il y a en a qui n'ont pas d'éducation et d'autres qui sont éduqués, il y en a qui sont sociables et d'autres qui ne le sont pas. Il y a en a qui sont fous, pervers, violents et d'autres pas.

La discrimination, la connerie, la perversité narcissique n'ont pas de couleur.

Qui entretient les clivages générationnels, communautaristes, sexistes, religieux ! A quoi ou à qui cela sert-il ?

Stéphane Berne dit à ceux qui veulent l'enfermer dans des étiquettes (juif, homosexuel etc...) : "Ma religion, c’est la République, ça veut dire que je pense que chacun a le droit à l’oubli de ses origines et communautés auxquelles il pourrait appartenir. Pour moi, c’est ça, être vraiment républicain. C’est dire je ne vois pas ta couleur de peau, je ne vois pas ton sexe, je m’en fous. Tu es là. Tu as les mêmes droits que moi." Cité par  Titiou Lecoq, « Le fou de la république » Libération, 18 janvier 2016     A bon entendeur....


  1. Puce Arrêtez de nous "prendre la tête" avec vos amalgames.

Sous couvert "d'antifa", "d'antiracisme","d'indigénisme",de "décolonisation" vous êtes en train de basculer dans un racisme "anti-Blancs" et de créer un nouvel apartheid ? Vous êtes devenus profondément racistes....

Cela fait quand même beaucoup de situations qui le laissent entendre...n'en déplaise à Macron, Dupont-Moretti, Laetitia Avia, Cohen, Harlem Desir, Cukierman, Benaïm, Jordana, Traore, Boutidja, Zouggagh, Bouamama, Coffin et autres aficionados de la pensée unique ou de ce qu'ils imaginent être le politiquement correct.

  1. Puce En ne donnant la parole et de l'importance qu'aux aboyeurs, les médias laissent croire que ce qu'ils disent est "vrai" parce qu'ils ont une plus grande gueule que les autres (on tue des gens de couleurs tous les jours en France, la police fait peur, les Français sont racistes, la France a besoin de décoloniser, les vieux sont responsables de la crise, les hommes sont des prédateurs, la délinquance est générée par ceux qui la subissent etc...) ils cautionnent et amplifient les amalgames, créant le trouble dans les communautés parfois au point de les dresser les unes contre les autres, parce que cela fait de l'audience, c'est un buzz-iness.

Comme le dénonce Charb, il s'agit d'un marché juteux pour la presse qui promeut ce genre de situations. Il s'agit aussi d'opportunités pour les politiques d'agrandir leur électorat, pour certains universitaires de séduire leurs étudiant(e)s, leurs éditeurs, leur public, pour certaines associations de pérenniser leur existence. C'est aussi l'occasion pour des has-been d'obtenir un peu d'audience et de reconnaissance.

Je maintiens que sous couvert d'anti-racisme, d'anti-fascisme, de féminisme, vous faites la même chose que ce que vous reprochez aux "autres".

Laetitia Avia dit que même une simple blague est du "racisme". De quoi parle-t-elle ?

Ce n'est pas nouveau, depuis 15 ans on ne peut plus blaguer sur les Juifs, sur les Arabes, sur les Africains sous peine d'être taxé de "racisme", par contre on peut continuer à blaguer sur les Belges, sur les Suisses. Avia ne s'est pas privée de "blaguer" sur son assistant Chinois.

Les "non-blancs" peuvent continuer à blaguer sur les "petits blancs", les juifs sur les goyes, les Rom sur les Gaji, les Sénégalais sur les Toubabs . Il faudra qu'elle m'explique pourquoi dans un sens c'est du "racisme", mais pas dans l'autre ! J'entends venir le ce n'est pas la même chose.

  1. PuceAujourd'hui Pierre Péchin avec son histoire de la cigale et la fourmi à l'accent "arabe" se ferait lyncher sur les réseaux sociaux, Michel Lebb est son épicier Africain à l'accent "bwana" déclencherait une diarrhée indigéniste. Il a d'ailleurs été contraint de supprimer ces sketchs de son répertoire ! Michel Sardou avec son Bon temps des colonies et le Rire du Sergent serait poursuivi pour racisme et homophobie, Gainsbourg serait poursuivi pour harcèlement sexuel à caractère colonialiste après avoir dit I want to fake you à Whitney Houston à la télévision. Popeck et son accent "yiddish" nous faisait rire avec ses caricatures du Juif de base et ses caleçons molletonnés, de même que Saïdou Abatcha et son accent "bwana" lorsqu'il conte ses proverbes africains. En rire aujourd'hui passerait pour de l'antisémitisme pour l'un, ou de l'inféodation colonialiste pour l'autre. 

Sous couvert de défense identitaire, des censeurs, des inquisiteurs font régner la loi de la haine partout où ils le peuvent, individuellement ou collectivement souvent sous couvert de notoriété ou à défaut, d'anonymat.

S'il est évident qu'on ne peut qu'être opposé au "racisme", aux discriminations, au sexisme, à l'homophobie, à l'antisémitisme, ce qui est inquiétant dans les propos des milieux "bien pensants woke" et dans les dernières mesures "politiques" c'est la façon dont cela est fait, mis en place, et utilisé.

Au risque de déplaire au sinistre de la Justice (ce n'est pas une faute de frappe, je profite des dernières heures de liberté d'expression pour caricaturer), la haine semble avoir changé de camp ! https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/haine-en-ligne-eric-dupond-moretti-ne-veut-pas-que-certains-puissent-profiter

  1. Puce Depuis la montée en puissance des chaines de télévision, depuis l'avènement des réseaux sociaux, et davantage depuis l'élection présidentielle de 2017, des Français s'érigent en censeurs, politiques ou anonymes, imposant leur conception du Bien et du Mal comme nouvelle religion, contribuant à créer, développer et entretenir des clivages qui vont à l'encontre de la démocratie, du Vivre Ensemble.

Aujourd'hui en France, la laïcité s'érige en culte:


Partout, à tous les niveaux, il devient dangereux d'être différent ou de s'exprimer différemment au risque de se voir imposer le couperet du Bien et du Mal, la grande lessive de la censure laïque.

Nager à contre-courant est systématiquement "condamné": complotiste, populiste, sont les mots fétiches de la macronie. Fasciste, raciste, nazis sont ceux employés par "les gauchistes vertueux".

On s'en fout, ce ne sont que des concepts devenus creux tellement les gens les utilisent à tort et à travers ! Vive la démocratie !

  1. Puce Je vous invite à lire 1984 de Georges Orwell, nous ne sommes pas loin de la fiction...En remplaçant ennemis par blancs, prolétaires par Gilets Jaunes, écriture inclusive par novlangue, Océanie par Pandémie, Macron ou Castex par Big Brother vous avez une idée de ce que nous commençons à vivre.

  2. Puce Alors arrêtez de nous "prendre la tête" avec votre liberté d'expression, votre Vivre Ensemble, votre conception de la justice sociale et de la démocratie.

Alors que nous sommes réellement en danger, face à un terrorisme galopant, face à une crise économique sans précédant, face à un virus ingérable, face à une oligarchie sournoise, plus que jamais nous avons besoin de diversité, de mixité, de tolérance, d'efficacité, de liberté, de démocratie...je ne parle même pas d'amour...!

"Notre diversité si riche, est transformée en raison d'être de nos conflits. L'économie de la convoitise engendre une politique de la haine et de la peur et menace la démocratie et l'humanité". Vandana Shiva - 1%, reprendre le pouvoir face à la toute puissance des riches - Rue de l'échiquier - 2019

  1. Puce Pour toutes les raisons évoquées plus haut, on peut se demander pourquoi ce sont toujours les Français "blancs" qui sont supposés être racistes, homophobes, sexistes, antisémites, complotistes et j'en passe....

  2. - Il n'arrive jamais que des Juifs se paient la tête des Goyes ? Que font-ils subir aux Palestiniens dont ils colonisent les terres depuis des décennies?

Que se passe-t-il lorsqu'une de leurs filles veut épouser un "non juif "? Idem pour les Musulmans, les Chinois, les Indiens, les Gitans...

  1. - Avez-vous déjà pris un repas dans un restaurant chinois, indien ou pakistanais? Avez-vous remarqué qu'il n'y a jamais de cuisiniers, de serveurs, ni de serveuses Blancs ! Ce sont tous des asiatiques (Chinois, Vietnamiens, Cambodgiens, Indiens, Pakistanais etc...)

Personne ne remet en cause leur discrimination au niveau de l'emploi en n'embauchant que du personnel de la même origine ethnique ! Ce que font de nombreux Juifs, de nombreux Libanais, de nombreux Francs-Maçons et beaucoup d'autres sans que cela ne soulève de polémique.

Par contre les identitaires ne ratent pas une occasion de reprocher aux Français de faire de la discrimination au niveau de l'emploi. C'est vrai ce n'est pas la même chose.

  1. - Il n'arrive jamais que des Gitans se paient la tête de gadji ? Que se passe-t-il lorsque leurs filles veulent épouser un "non Gitan" ?

Le 28/03/2021, dans un reportage diffusé sur TFX "Incroyables mariages Gitans", des représentants de cette communauté disent très fièrement "qu'il est impossible que des Gitans épousent des non-gitans, par respect de la pureté de la race (sic)". On ne peut pas plus clair ! Quelqu'un disait déjà quelque chose de semblable en 1939 !

Est-ce un hasard si toutes ces communautés exigent que leurs filles soient vierges pour le mariage ? Avec qui leurs adolescents mâles perdent-ils leur pucelage ? C'est vrai ce n'est pas la même chose !

  1. Puce Quelles sont les communautés les plus opposées au mariage mixte ? Ne serait ce pas celles qui évoquent le plus le "racisme " des autres ?

  2. - Il n'arrive jamais que des "lesbiennes" qui se disent féministes développent un sexisme (souvent plus machiste que les hommes) à l'égard des hommes, mais aussi parfois à l'égard des femmes ?

Les propos et les écrits d'Alice Coffin qui veut éliminer les hommes ou de Pauline Harmange qui les déteste, témoignent d'une haine maladive à l'égard des hommes qui ne semble pas faire réagir.

  1. Puce Alice Coffin qui se félicite de ne pas avoir épousé d'homme afin se mettre à l'abri de viols et des violences, étend sa lutte aux violences faites aux femmes. Elle devient incohérente lorsqu'elle dit sur BFMTv qu'elle trouve légitime que des "antifas"(hommes) aient tabassé à coup de casques la journaliste Maud Koffler en reportage à Marseille. Selon ses propos il y aurait des femmes sur lesquelles on peut cogner, et d'autres pas...Féministe de salon ! https://www.youtube.com/watch?v=XcGGUmXDLlM

Que se passerait-il si des hommes disaient ou écrivaient publiquement qu'il faut éliminer "les guines", boycotter les livres, les films, les disques réalisés par de femmes ?

  1. Puce Qui sont les gens qui tabassent ou excluent des femmes parce qu'elles portent des jupes "trop courtes", des décolletés trop "plongeants", en France?

https://www.terrafemina.com/article/agression-a-strasbourg-le-temoignage-accablant-d-elisabeth-tabassee-par-trois-hommes_a355207/1

  1. Puce Qui sont ces hommes qui massacrent et immolent leurs compagnes en public, en France ?

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/elle-voulait-vivre-comme-une-francaise-chahinez-b-mere-de-famille-brulee-vive-par-son-mari-20210506

https://actu.fr/societe/feminicide-d-hayange-le-meurtre-de-stephanie-relance-la-polemique-sur-le-suivi-des-hommes-violents_42121922.html

https://www.francetvinfo.fr/societe/violences-faites-aux-femmes/alpes-maritimes-une-femme-de-38-ans-grievement-brulee-et-poursuivie-par-son-mari-arme-d-un-couteau-dans-les-rues-de-nice_4737507.html

  1. Puce Qui sont les gens qui capturent des centaines voir milliers de femmes pour en faire des esclaves sexuelles (Nigeria, Irak, Syrie, Lybie) ?

  2. Puce Pourquoi la police Allemande a-t-elle nié puis minoré les 600 viols et agressions sexuelles de la Saint Sylvestre 2016 à Cologne ? Pourquoi la Suède dissimule-t-elle les viols collectifs en forte augmentation depuis 2014 ? Que cherche-t-on à protéger ?  Qui cela gêne-t-il qu'on en parle ?

  3. Puce Comment en arrive-t-on à tenir des propos comme Thierry Pech qui, lors de l'émission Esprit Public sur France Culture, dit que "les agresseurs de Cologne ont toujours connu chômage et misère sexuelle, et que pour cela il ne faut pas les juger hâtivement" ? Est-ce qu'il leur prête sa femme pour les soulager ? Apparemment avec les femmes des autres cela ne le dérange pas !

Même remarque pour Carolin Emcke, journalist, néo-feministe homosexuelle allemande, qui écrit :"il convient d'analyser avec acuité, profondeur, et de manière différenciée, les profils des délinquants de Cologne et le déroulement de cette journée, et de dégager tous les facteurs déterminants qui peuvent conduire à ce type d'acte. Comme le machisme et le modèle patriarcal, la consommation excessive d'alcool a bien entendu pu jouer un rôle. Il faut pas ailleurs examiner dans quel contexte et par quel discours le mépris des femmes et de leur liberté se voit nourri et cultivé. Ce sont précisément ce discours là et ces schémas misogynes idéologiquement déterminé qu'il faut examiner de manière critique. Mais dans ce cas précis malheureusement les fantasmes racistes et sexistes s'entrecroisent et c'est ce recouvrement du réel par le fantasme qu'il faut analyser dans les textes et les images que l'on produit".20

  1. Puce Je ne doute pas une seconde qu'elle est prête à leur offrir son corps pour les aider à supporter leur souffrance, à moins que le sort de ces femmes qui ont été agressées sexuellement soit vu comme une étape intermédiaire à l'assimilation et au vivre ensemble ! Une façon d'accueillir ces nouveaux arrivants qui ont tant souffert. Ce sont les filles et les femmes Afghanes que nous devrions secourir !

  2. - Il n'arrive jamais qu'un président de la République se paie la tête du peuple qu'il gouverne, soit par ses actes, soit par des propos diffamants qu'il multiplie depuis sont intronisation ?

Lorsqu'il présente les Français à la Reine du Danemark comme étant "des Gaulois réfractaires au changement "(aout 2018), j'imagine qu'il ne parle que des Français de souche, les autres (l'autre moitié) ne pouvant revendiquer de filiation Gauloise !

Quand je parle de se payer la tête je ne fais pas allusion à des blagues idiotes, mais à des propos dévalorisants, discriminants, voire haineux du haut de leur différence ou de leur toute puissance.

  1. Puce Il faut que l'on arrête de mentir et de se laisser manipuler:

De quoi parle Avia et Dupond Moretti ?

A qui s'adresse leur "loi anti-haine" ? Va-t-elle fonctionner dans tous les cas de figures ou va-t-elle à son tour faire de la discrimination, du "racisme politique", anti français lambda ? De quelle haine parlent-ils ? Qui va définir les critères et les limites de la haine ?

- https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/separatisme-eric-dupond-moretti-veut-taper-sur-les-professionnels-de-la-haine

- https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/haine-en-ligne-eric-dupond-moretti-ne-veut-pas-que-certains-puissent-profiter

Pourra-t-on faire citer un président et des ministres qui insultent et dévalorisent le peuple et la République ?

Lorsqu'il est interviewé par des médias sur différents thèmes, Dupont Moretti semble avoir des relents de haine, que son visage dissimule à peine ! Observez comment il qualifie les non-vaccinés, comment il associe localisme au repli sur soi et à la xénophobie, comment il parle de certains médias privés qui ne lèchent pas les pompes du pouvoir (CNews, Pascal Prost, Face à l'info etc...), comment il traite les personnes qui votent à droite voir à l'extrême droite. Il ne se contente pas de donner son avis. Il juge et requalifie (condamne) tous ceux qui n'abondent pas dans la macronie. C'est lui qui va définir les critères de la haine !Orwell au secours !


Pendant que l'on se masturbe sur le concept éculé de racisme, il se distille de la haine que peu d'entre vous soupçonnent, que les politiques n'évoquent jamais, et pour cause. Je vous invite à regarder cette vidéo postée sur Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=rzqw8JaAIYY

Il s'agit d'une séquence filmée le 12 Février 2019 par des étudiants lors d'une conférence du Dr. Laurent Alexandre (fondateur de Doctissimo, celui qui a évincé Elise Lucet lors d'un reportage - Cash Investigation - sur la face cachée de cette organisation), aux élèves de Polytechnique et de Central Sup (vos futurs dirigeants ou patrons).

A l'instar des écoles et universités américaines depuis 20 ans, on entraine les étudiants à la sur-estime de soi, provoquant une hypertrophie de l'égo, afin d'en faire, des "gagnants quoi qu'il en coûte" .

Rien de surprenant à ce que ces "hautes écoles", où l'on fabrique une élite narcissique (vos futurs politiciens, vos futurs patrons) deviennent des temples où règnent sexisme, agressions sexuelles, viols, dans le plus grand des tabous. https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/centralesupelec-saisit-la-justice-apres-une-enquete-revelant-une-centaine-d-agressions-sexuelles-et-viols_2160043.html

https://etudiant.lefigaro.fr/article/l-impression-d-etre-des-bouts-de-viande-des-etudiantes-de-centralesupelec-temoignent_54d92074-2818-11ec-b3af-5940a8310a3e/

https://etudiant.lefigaro.fr/article/violences-sexuelles-a-sciences-po-un-rapport-ministeriel-souligne-les-failles-de-l-institution_4f73e668-edef-11eb-aa62-0d19d01de78a/

Le Dr Josef Mengele semble avoir des émules, avec la caste des "élites/winners" face aux "inutiles/loosers". Le néo-libéralisme dans toute sa splendeur.

Un président Français disait en 2017 il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.

Lorsque qu'à cela s'ajoute la dérive "racialiste" de ces grandes écoles, il y a de quoi craindre le pire pour le futur de nos enfants:

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/a-sciences-po-paris-l-ideologie-racialiste-fait-peu-a-peu-son-nid-20210110

Laetitia Avia, qui se prend pour une "grande prêtresse" contre le racisme, l'homophobie, l'antisémitisme, le sexisme, dénonce des domaines qu'elle connait pour les pratiquer, selon ses collaborateurs, il s'avère qu'elle serait à l'opposé de ce qu'elle veut nous imposer.   

https://www.lefigaro.fr/politique/accusee-de-remarques-racistes-sexistes-et-homophobes-laetitia-avia-lrem-va-porter-plainte-pour-diffamation-20200513

Marlène Schiappa, ex-secrétaire d'état chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, puis Ministre déléguée en charge de la citoyenneté, n'échappe pas à la règle, ses collaborateurs révélant des traits de personnalité qui ne correspondent pas au personnage qu'elle joue !

https://www.ladepeche.fr/2020/12/05/moqueries-remarques-sur-le-physique-danciens-conseillers-racontent-leur-passage-dans-le-cabinet-de-marlene-schiappa-9239854.php

  1. Puce Alors si la justice est orientée au service de l'exécutif, si elle a deux poids - deux mesures, si les "privilégiés" peuvent tout se permettre, arrêtez de nous faire chier avec vos dénonciations et vos jérémiades hystériques. Le problème n'est peut être pas là où vous croyez.

  2. Puce Si la France est en danger de développer un "racisme": j'aimerai comprendre : 

Pourquoi l'état qui contrôle tout "pour notre bien", de la procréation à la liberté d'expression, en passant par les virus et notre protection sanitaire, autorise les médias qu'il subventionne à diffuser toutes ces émissions: 90' d'enquête, Appel d'Urgence, Envoyé spécial, En quête d'actualité, Enquête exclusive, Enquête d'action, Complément d'enquête, Enquête sous Haute Tension, Au coeur de l'enquête, Urgence, Samedi  Reportages, etc...

Si ces émissions font parfois partager le quotidien des équipes de secours (pompiers, SAMU...), elles montrent souvent, sous couvert de partager le quotidien des gendarmes et des policiers, la réalité de délinquants, de dealers, de casseurs, de braqueurs, de clandestins, de voyous, de zones de non-droits .

J'ai fait l'expérience de regarder ces émissions en prenant des notes : dans chacun de ces reportages, si les visages sont parfois floutés, on peut distinguer la couleur de la peau du visage, des pieds et des mains et parfois l'accent des personnes interpellées. Dans au moins 90% des cas exposés il ne s'agit pas de "blancs".

Par exemple : vendredi 05/02/2021 W9 - 23h Enquête d'Action : le thème est la montée de la violence dans les transports urbains à Paris, à Lille, à Marseille:  96% des agresseurs (vols avec violence), dealers de crack et d'héroïne sont des "noirs" généralement migrants en situation irrégulière, 3% sont des pickpockets Roumaines souvent très jeunes, 1% est un agresseur sexuel auteur de viol Français "blanc".

  1. Puce A l'attention de ceux qui n'ont pas l'électricité à tous les étages : si ces émissions tendent à démontrer qu'au moins 90% des délinquants sont des gens de couleur, cela ne veut pas dire que tous les gens de couleurs sont délinquants. Cela veut juste dire que parmi les délinquants qui sont montrés à la télévision dans le cadre de ces différents reportages, au moins 90% des délinquants sont des gens de couleurs, d'origines différentes.

Ce qui est peu par rapport au nombre total d'étrangers qui vivent en France, mais suffisamment mis en avant par les médias pour créer un sentiment d'insécurité. Quand il s'agit de "blancs", parfois la présence de traducteurs laisse penser qu'ils ne sont pas tous Français !

Il ne vient à l'esprit de personne de dire que les médias français ont une propagande inquiétante qui incite à la haine raciale !

J'accuse les médias qui, sous couvert d'information (reportages), favorisent la stigmatisation, incitent à la montée de la peur, au rejet ethnique et aux clivages communautaires. Comment faire du racisme sans en avoir l'air, tout en se défendant d'en faire !

J'invite le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) à se poser sérieusement la question au regard de toutes ces émissions. Il n'y a pas que Zemmour qui serait dangereux !

A quoi jouent les médias ? Ils contribuent à stigmatiser certaines communautés, pour dénoncer dans la foulée les réactions discriminatoires des Français qu'ils insécurisent et la montée d'un "soit disant racisme" ! Que fait Dupont-Moretti face à ces reportages anxiogènes ? Car il ne s'agit pas de fantasmes ici mais d'images très concrètes !

On finit par "désigner" certains départements comme zones aux mains de la voyoucratie: l'Essonne, les Yvelines, la Seine St Denis (la californie de Macron), le Val de Marne, Marseille Nord (une autre californie), des quartiers comme les Minguettes et Vénissieux à Lyon.

Ces endroits que François Pupponi (PS ancien maire de Sarcelles) nomme les "Emirats de la République" !

Cela me gêne d'autant plus que cette délinquance est souvent assimilée à la pauvreté.

Comme si la pauvreté était systématiquement liée à la délinquance. Pour avoir travaillé dans des cités ouvrières et dans des bidonvilles, en France et à l'étranger, après avoir fait une recherche sur l'incidence du chômage sur la fonction parentale, je sais que c'est faux. La pauvreté n'est pas une explication fiable ni suffisante à la délinquance, même si parfois elles se juxtaposent.

Il y a de nombreux "délinquants" chez les nantis dont on ne parle pas ou très rarement, comme ces hommes politiques, ces artistes, ces sportifs, ces animateurs de télévision, ces chefs d'entreprises, qui s'expatrient ou créent des sociétés à l'étranger dont ils sont actionnaires majoritaires et salariés, afin d'échapper à l'impôt (partage des richesses).  https://www.lefigaro.fr/conjoncture/l-etat-depasse-par-le-developpement-de-la-delinquance-financiere-20190328   

Il est regrettable que les médias e la propagande ne fassent pas autant d'enquêtes et de reportages sur les évasions fiscales, les détournements de fonds publics, la corruption, les conflits d'intérêts d'experts médicaux, les débordements des élites, célébrités, PDG, politiciens, qui transgressent les lois ou commettent des délits graves.

- https://www.lefigaro.fr/conjoncture/scandale-a-la-cour-des-comptes-europeenne-20211126

-https://www.lci.fr/justice-faits-divers/info-tf1-apres-ses-seins-refaits-aux-frais-de-l-etat-l-escroc-du-chomage-partiel-s-offre-un-sejour-a-dubai-2186599.html

- https://www.ouest-france.fr/societe/justice/a-24-ans-il-aurait-detourne-22-millions-d-euros-d-aides-covid-63eb6fec-206e-11ec-aeab-7e1fbac55cd7

  1. PuceTout dépend de ce que nous représentons dans la conscience collective. Beaucoup semblent avoir oublié que nous sommes tous des êtres humains, quel que soit notre statut, nos origines, notre foi, notre couleur, notre sexe, nos croyances et notre classe sociale. Par contre apparemment nous ne sommes pas tous égaux !

Si la LICRA se porte partie civile lorsqu'un musulman se fait traiter de "sale bougnoul", ou un juif de "sale yupin", je ne la vois pas beaucoup se porter partie civile lorsqu'un Français se fait traiter de "sale français, de sale blanc, de goye, de sale colon ou de sous-chien".

C'est vrai, "ce n'est pas la même chose"...

  1. Puce Parce que le premier noeud du problème est là: nous sommes tous égaux, nous avons tous les mêmes droits sauf qu'il y en a qui sont plus égaux que les autres ou qui revendiquent plus de droits que les autres !

Grâce à "ce n'est pas la même chose" l'inflation victimaire et la culpabilisation deviennent des stratégies qui fonctionnent bien en France. L'oumma est un excellent outil ! Orwell au secours....

C'est à cet endroit que toutes les conventions, déclarations et autres chartes des droits révèlent leur point faible: si dans l'intention et sur le papier elles sont louables, dans leur application elles peuvent servir le mieux comme le pire.  Appliquées dans n'importe quelle circonstance à propos de tout, sans recul ou sans analyse, elles peuvent devenir sources d'injustice, de discriminations, de conflits: deux poids deux mesures...

A tel point qu'on a parfois l'impression que certaines communautés sont d'une autre "espèce", ce qui peut porter à croire que nous serions de "races" différentes, puisque "ce n'est pas la même chose", cela peut entretenir le concept de supériorité "ethnique" cher à certains, alors que nous appartenons tous à la même race et sommes censés avoir tous les mêmes droits (en principe !) .

Charb d'ajouter: "on pourrait avoir l'impression que les étrangers ou les citoyens d'origine étrangère, ne sont plus agressés en France que parce qu'ils sont musulmans. Les victimes de racisme qui sont d'origine indienne, asiatique, africaine, antillaise auront bientôt intérêt à se trouver une religion si elles veulent être défendues".6

All Lives Matter

  1. Puce Le second noeud du problème vient en partie du fait que la législation européenne s'impose à la législation nationale (ce qui nuit profondément à la souveraineté du pays et à sa culture). Ce n'est pas l'Europe qui garde nos frontières malgré Frontex (la Pologne se sent bien seule aujourd'hui !), ce n'est pas l'Europe qui fait régner la paix dans nos communes, ce n'est pas l'Europe qui crée des emplois. L'Europe est beaucoup plus attentive aux aides étrangères et aux traitements dont bénéficient les migrants qu'à la façon dont les Européens sont traités !

Si les droits semblent clairs dans la déclaration des droits et dans la Constitution Française, il manque un pan important de l'application des droits : ce sont les devoirs.

Avoir des droits implique des devoirs. N'en déplaise à Bruxelles et au Conseil d'Etat qui s'imposent davantage pour faire annuler des décisions que pour faire des propositions. Par exemples:

Article 3 J'ai le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité mais j'ai aussi le devoir de le respecter et de le protéger, tant pour moi que pour les autres...

Article 18 j'ai le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, mais j'ai le devoir de respecter le droit à la liberté de pensée, de conscience et de culte des autres.

Article 14 J'ai le droit de demander asile et protection lorsque je fais l'objet de persécution dans mon pays mais en échange j'ai le devoir de respecter les règles et la culture du pays qui m'accueille.

Article 25 J'ai le droit à un niveau de vie suffisant pour assurer ma santé, mon bien-être, et celui de ma famille mais j'ai le devoir de développer et d'engager ma capacité à être autonome et à me prendre en charge autrement qu'en volant, agressant ou vendant de la drogue.

Article 29, probablement celui qui est le moins souvent évoqué : L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui, et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public, et du bien être général dans une société démocratique.


Si ce n'est pas le cas, c'est de l'invasion (une forme de colonisation). L'extradition pour refus d'intégration ou mise en danger de la la vie d'autrui et de la souveraineté d'une nation est la règle qui s'impose dans 99% des pays de la planète sauf en France où on attache davantage d'importance aux droits qu'aux devoirs.

Je m'imagine immigrer dans un des pays que j'affectionne et y pratiquer toutes les provocations auxquelles j'assiste aujourd'hui en France. Je ne donne pas cher de ma peau !

  1. Puce Observez dans n'importe quel pays comment cela se passe:

  2. - le trafic et la possession de drogue en Indonésie, en Malaisie, en Arabie Saoudite est puni de la peine de mort, même pour quelques grammes. Un Anglais a été condamné à la flagellation sur la place publique en Arabie Saoudite pour avoir été pris en possession d'une bouteille d'alcool dans la rue.

  3. - Le viol dans de nombreux pays est puni de la peine de mort.

  4. - L'homosexualité, le mariage mixte, l'apostasie sont un crime dans de nombreux pays, souvent puni de la peine de mort.

  5. - Le chômage des migrants dans les pays Scandinave entraine l'expulsion.

  6. -L'achat de biens immobiliers et fonciers dans de nombreux pays est interdit aux étrangers, sauf pour ceux qui ont suffisamment de moyens pour corrompre les politiques.

  7. - L'immigration dans de nombreux pays est limitées à des critères très précis, à des contraintes bien définies (comme certains talents, certaines professions) à des jauges prédéterminées. On n'entre pas en Australie, au Canada, en Nouvelle Zélande, aux Etats Unis, ni même en Inde, au Sénégal, au Sri Lanka, en Indonésie comme on veut...

Ne pas respecter les règles d'immigration dans la majorité des pays est passible d'emprisonnement ou d'expulsion immédiate, sauf en France.

Alors ne vous étonnez pas que nous ayons autant de problèmes. 

All Lives Matter


  1. PuceLe troisième noeud du problème est dans l'information. Comme lors de pandémies et d'attentats, on ré-agit et on informe sans faire d'étude approfondie, sans se référer à l'histoire, sans concertation avec d'autres nations ou d'autres experts, sans tirer de leçons d'expériences précédentes, sans chercher à vérifier:

  2. Puce on donne la parole à des "leaders" auto-proclamés, voire intronisés par les médias ou le gouvernement, sans vérifier s'ils sont représentatifs de la cause qu'ils prétendent défendre. Au nom de qui parlent-ils(elles) ? Qui les a choisi(e)s ? D'où tirent-ils(elles) leurs discours, leur légitimité, leurs connaissances ? Qu'il s'agisse d'un Gilet Jaune ou d'un épidémiologiste...

  3. Quand quelqu'un(e) dit, sur un plateau de télévision ou dans d'autres médias, que les Français sont "racistes" personne ne demande sur quoi est basé cette affirmation. Quels chiffres, quelles situations permettent d'affirmer cela ? Tous les Français, c'est combien en réalité ? Quand un président traite son peuple de Gaulois réfractaires, de procureurs, d'irresponsables, personne ne lui demande des comptes ?

  4. Quand un gouvernement crée un "comité d'experts" censé valider des décisions lors d'une pandémie, personne ne vérifie les conflits d'intérêts qui lient ces experts aux laboratoires, ni s'ils sont les mieux placés pour donner des conseils, ni si les décisions politiques "soutenues" par ces conseils sont les plus judicieuses ou les mieux adaptées. Si le parlement résiste, la pseudo majorité présidentielle fait en sorte que les lois passent, même tronquées.

  5. Quand on demande aux Français d'expier et réparer l'esclavage, combien de Français étaient trafiquants ou exploitants d'esclaves ? En quoi cela concerne-t-il 60 millions de personnes 200 ans après ? Quand Taubira demande à ce que les Français soient mis devant leur responsabilité, à qui s'adresse-t-elle ? Tous les Français doivent-ils se sentir responsables, à quel titre ? Combien de temps va-t-on faire payer à des gens qui n'y sont pour rien ce qu'ont fait de lointains ancêtres ? Sachant que les Africains et les Arabes étaient les premiers à vendre des esclaves aux "blancs".

Il suffit aujourd'hui d'avoir un peu de prestige ou de gueuler plus fort que les autres pour se faire passer pour militant, résistant, président etc...

  1. PuceUn quatrième noeud du problème pourrait être le manque de gratitude ou de reconnaissance. Gratitude envers la vie et ce qu'elle donne à partager.

"Nombre de fardeaux personnels et d'obstacles extérieurs bloquent les pensées de gratitude.

Nombre d'attitudes sont incompatibles avec un regard reconnaissant sur la vie, dont la victimisation de soi, l'incapacité d'admettre ses défauts, le fait de se croire un droit attitré et l'inaptitude à reconnaître que l'on n'est pas autosuffisant...

Dans une société célébrant le culte de la personne et le sentiment de mériter les choses, il risque de ne plus y avoir de place pour la gratitude...

La capacité de choisir cette attitude ne vient pas toujours aisément, naturellement ou sans efforts. La gratitude est agréable, mais n'est pas facile pour autant. Nous devons y travailler, la cultiver consciemment".19

Jordana, Traore, Bouteldja, Bouhafs et tous les autres apprécient ils(elles) d'être ce qu'ils(elles) sont aujourd'hui à l'endroit où ils(elles) sont ?

Quelle aurait été leur vie s'ils(elles) étaient resté(e)s au bled ? Jordana et Maïga auraient-elles été des actrices connues ? Traoré, Bouteldja, Ouassak auraient-elles pu être ce type de militantes ? Pourquoi ne militent-elles pas pour les peuples de leurs pays d'origines ? Peut-être auraient-elles été emprisonnées ou exécutées pour subversion ? Peut être qu'en tant que femmes elles n'auraient pas le droit de s'exprimer comme elles le font ?

Bouamama qui recommande de "niquer la France" n'aurait peut-être pas pu faire des études de sociologie s'il était resté au bled ? Peut être qu'il n'aurait pas eu les mêmes revenus et le même confort de vie ? Peut-être aurait-il été interdit de publication pour ses idées subversives dans son pays d'origine ?

Toutes ces minorités identitaires apprécient-elles la vie qu'elles mènent ici, le confort dans lequel elles vivent, les opportunités, les liens et parfois la publicité dont elles bénéficient ?

Ben Stein, acteur, réalisateur et scénariste a dit un jour à des étudiants de l'université d'Ithaca: "Nous sommes tous les héritiers d'une société de liberté et d'abondance que la plupart que d'entre nous n'ont absolument rien fait pour gagner. Cela nous est juste tombé tout cuit dans le bec."

Je n'attends pas qu'ils(elles) remercient la France ni les Français, mais qu'ils (elles)rendent grâce à la vie de les avoir fait naître ou se poser ici.

Cela ne les empêche pas d'être critiques, mais je soupçonne ces minorités, qui ne voient que le négatif, d'être captives d'idéologies délirantes au point de ne plus être capables d'être conscientes ici et maintenant, de réfléchir librement, d'apprécier les bons moments de la vie.

  1. J'ai connu des couples homosexuels bien dans leur peau, qui vivent leur relation de façon harmonieuse, sans avoir besoin de l'étaler, ni de la faire valider par qui que ce soit. Ils savent qui ils sont et savent profiter des bons moments passés avec ceux qui les acceptent et les respectent, dont des hétérosexuels, plus nombreux que ceux qui les rejettent dont ils ne tiennent pas compte.

  2. Il m'a été donné de vivre des moments de méditation laïque intenses dans des mosquées, en dehors des heures de grande prière. Hormis quelques chapelles de monastères, les églises catholiques sont lourdes au niveau vibratoire, les temples bouddhistes également à l'exception de certains temples zen. Certaines mosquées dégagent une énergie, des vibrations qui en font des lieux de recueillement propices à l'élévation spirituelle. Moments partagés avec ceux qui étaient présents, indépendamment de nos différences. Je suis conscient de ce que je pourrais rater si je me cantonne à des préjugés.

  3. Si nous apprenons à accepter les dons de la vie, pourquoi n'apprendrions nous pas à partager ?

Contrairement à Jordana, Traore, Bouteldja, Bouhafs, Thunberg et autres qui se contentent de militer (protester/parler) à la télévision, dans la presse et autres manifestations, d'autres personnes utilisent leur notoriété dans des actions sur le terrain, soutenant de leur personne, de leur aide financière et de leurs relations, des causes humanitaires ou écologiques sans avoir besoin d'en faire des tonnes devant la presse. Une pensée pour Marion Cotillard. C'est une autre façon de lutter contre les injustices et la misère du monde.

En terme d'immigration, il semble qu'économiquement nous ne sommes plus en mesure d'accueillir toute la détresse du monde. D'autant que cette détresse se résume bien souvent à des jeunes mâles. Que deviennent les femmes que tous ces "migrants" abandonnent dans leurs pays d'origine? Que devient l'économie des ces pays abandonnés par leurs forces vives et parfois par leurs talents ?

L'état français est capable d'imposer des jauges au peuple en matière de pandémie, mais n'est pas capable d'en définir et d'en imposer lorsqu'il s'agit d'immigration. Surprenant ?

Jean Pierre Chevènement (ex ministre PS) dit le 16/10/2020 sur CNews - Face à Face, que l'immigration doit être proportionnelle à la capacité d'accueil, afin d'offrir des conditions d'accueil correctes aux arrivants et une qualité de vie correcte aux accueillants. Qui s'en soucie ?

L'économiste Jacques Ellul 8 avait anticipé ce qui se passe aujourd'hui, à l'époque on s'est moqué de lui (1988)...

Sachant que nous sommes souvent englués dans des situations complexes, comme vendre des armes à des belligérants dans certains pays et accueillir les migrants victimes des violences dans ces mêmes pays. Piller les ressources et les richesses de certains pays et accueillir les migrants que ces pillages ont appauvris !

Ce n'est jamais aux PDG et actionnaires des multinationales qui vendent les armes ou pillent les richesses que l'on reproche le "racisme", mais au petit peuple qui s'affole devant une immigration de masse mal gérée !  A quoi joue-ton ?

On ne peut pas se contenter d'une diarrhée médiatique pour trancher et accuser les gens de "racisme". Cela va beaucoup plus loin qu'un concept qu'on se lance à la figure. Encore faut-il avoir l'envie et l'intelligence de le faire.

Je ne suis pas convaincu que la façon dont la Licra, SOS Racisme, les associations des droits de l'homme, les associations opportunistes, les indigènes, les décoloniaux, les racialistes et les néo-féministes, mènent leurs actions soit différente de celles qu'elles dénoncent, même si elles prétendent le contraire: ils(elles) invoquent une lutte contre le racisme et rangent les êtres humains dans des catégories: les racistes, les anti-racistes, les Juifs et les anti-sémites, les fascistes et les anti-fascistes, les sexistes et les féministes, les blancs et les colorés, les vieux et les jeunes, les progressistes et les populistes, les vaccinés et les non vaccinés, etc...les méchants étant toujours "les autres, notamment les blancs"...http://www.licra.org/wp-content/uploads/DROIT_VIVRE_664_BAT02.pdf

Ils(elles) réhabilitent le concept de race et créent des catégories humaines sans chercher à comprendre, parce que selon eux il n'y a rien à comprendre en dehors de ce qu'ils croient savoir. C'est faire des amalgames et des raccourcis qui contribuent à entretenir des différences et la violence qu'ils prétendent dénoncer.

La bouc-émissarisation, très largement utilisée par le gouvernement macron et par les gauchistes, est un procédé typique des régimes totalitaire. Staline s'en est servi, Hitler, Pol Pot, Mao s'en sont servi, les génocideurs africains (Rwanda, Biafra, Soudan etc...) s'en sont servi et s'en servent.

Afin d'éliminer, de faire taire, de réduire l'autre à néant il faut en faire un bouc émissaire. Pendant que l'on désigne l'autre de cafard à écraser, de monstre à proscrire, on occulte ses propres tares et sa propre perversité.

La Licra cite Léopold Sedar Senghor dans sa campagne publicitaire: " les racistes sont des gens qui se trompent de colère". C'est encore plus vrai dans le cas des anti-racistes.

Peut être que chacun devrait faire le ménage devant sa porte:

  1. - Stephane Hessel, écrivain Juif et co-auteur de la convention des droits de l'homme a écrit à propos des abus d'Israel sur la Palestine " Que des Juifs puissent perpétrer eux même des crimes de guerre est insupportable. Hélas, l'histoire donne peu d'exemples de peuples qui tirent des leçons de leur propre histoire". Cela lui a valu d'être vivement critiqué. Il ne faut surtout pas aller à contre courant....

  2. - Amos Oz, écrivain juif, défenseur de la paix avec le peuple Palestinien, refuse d'honorer les représentations officielles de son pays en contestation de la politique extrémiste du gouvernement Israélien de Netenyahu. Il va jusqu'à appeler les extrémistes juifs qui s'en prennent aux musulmans et aux chrétiens : les "néo-nazi hébreux."

  3. - Le Ministre israélien Avi Gabay démissionne suite à la nomination d'un nouveau ministre de la défense ultranationaliste, Avidgor Lieberman, dénonçant une tendance extrémiste du gouvernement Netenyahu qui tend à se durcir à l'encontre des Palestiniens.(mai 2016)

Le racisme étant un concept obsolète, la Licra se trompe de cible : ne serait-il pas plus intéressant de chercher à comprendre ce qui engendre la discrimination, la xénophobie, l'ethnocentrisme, la ségrégation, afin de mettre en oeuvre une prévention non-violente efficace, dans la mesure du possible, de part et d'autre.

  1. Quelle est cette colère ? D'où vient cette haine de l'autre ? Est-ce nouveau ou cela existe-t-il depuis longtemps ?

La fonction de bouc émissaire est vielle comme le monde.

  1. - Si Agnès Coffin ou Gabrielle Bouchard ont un tel besoin de vomir sur les hommes au point de vouloir les éliminer, d'où leur vient cette indigestion ? Traumatisme personnel avéré, diarrhée intellectuelle, psychopathologie ? Comment en arrivent-elles à de telles généralisations ?

  2. - Si Yseult Onguenet et Yolanda Bonnell ont besoin de mettre les Blancs à l'écart, est-ce du fait de leurs expériences avec des blancs ou à cause de leur propre miroir ? S'aiment-elles assez pour penser qu'il peut y avoir des Blancs à qui elles plaisent, artistiquement ou physiquement ?

- Si Jordana, les indigènes et autres décoloniaux ont un tel besoin de "vomir" sur les Français, les blancs, les hommes et les femmes différent(e)s d'eux d'où vient cette indigestion ? Traumatisme personnel avéré, diarrhée intellectuelle, psychopathologie ? Comment en arrivent-ils(elles) à de telles généralisations ?

  1. Puce Où étaient les indigènes Algérien(e)s lorsque des milliers d'Algériens se sont fait massacrer par différents mouvements islamistes - GIA (Groupe Islamique Armé), FIS(Front Islamique du Salut) etc...)? Où étaient-ils(elles) lors des massacres d'enseignantes à Aïn Addem, et d'autres égorgées devant leurs élèves, où étaient les "indigènes - décoloniaux" lors de tueries de villageois, avec des scènes dignes de film d'horreur: femmes enceintes éventrées, foetus accrochés dans les arbres, vieillards décapités et démembrés etc...par des étudiants en théologie au nom d'Allah ! https://theworldnews.net/fr-news/les-enseignants-egorges-l-rsquo-algerie-connait

  2. Puce Où étaient ils (elles) lors du massacre des Yezidis et de la mise en esclavage sexuel de milliers de femmes de cette ethnie ?

  3. Puce Quels engagements prennent-ils(elles) pour soutenir les femmes soumises à la loi des hommes dans de nombreuses contrées ? Que font-ils pour protéger les filles qui se font exciser et infibuler par d'autres femmes, au nom d'un patriarcat moyen âgeux qu'elles cautionnent au nom de la liberté ?

Dénoncer ces pratiques est considéré comme ingérence culturelle/coloniale par ces mêmes anti-racistes, féministes, intellos de gauche et autres sociologues.

Comme l'écrit Fatiha Agag-Boudjahlat, à quel titre n'y aurait-il que les femmes "blanches "qui bénéficieraient de protection et de soutien ? "C'est tellement vrai que l'on est arrivé à nous persuader que porter le voile relève d'un libre choix auquel nous n'aurions pas à nous mêler". Plus NUDGE tu meurs !

Merci à Pierre Perret pour sa"femme grillagée".

  1. Puce Qu'attendent-ils(elles) pour dénoncer le Mozambique, l'Ethiopie, la Somalie et d'autres endroits en Afrique et au Moyen Orient où on se massacre pour des différences religieuses, ethniques, sexuelles ?

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/politique-africaine/massacres-decapitations-enlevements-un-groupe-islamiste-seme-la-terreur-au-mozambique_4179987.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/24/ethiopie-plusieurs-centaines-de-civils-massacres-au-tigre_6060980_3212.html

  1. Puce Comment un gamin ou une gamine de 20 ans, né en France dans les années 2000, de parents nés ou arrivés en France dans les années 70 peut prétendre savoir de quoi il parle et nous reprocher la colonisation d'un pays dont il/elle ne connait que ce qu'on lui a raconté ou montré à la télévision ?

  2. Puce Comment des gosses de 12/14 ans nés en France, de parents musulmans eux-mêmes nés en France, peuvent écrire sur les réseaux sociaux que Samuel Paty méritait ce qui lui est arrivé. Comment d'autres adolescents et adultes peuvent profiter de cette ambiance de terreur pour menacer des enseignants de les découper. Ils ne l'ont pas inventé ? Expliquez moi d'où cela vient ?

https://www.infonormandie.com/Au-Havre-un-pere-de-famille-menace-d-exploser-et-d-egorger-le-professeur-de-son-fils_a29383.html

https://actu.fr/ile-de-france/saint-denis_93066/seine-saint-denis-apres-la-mort-de-samuel-paty-un-professeur-de-paris-8-menace-de-decapitation_37612975.html

https://www.lalsace.fr/faits-divers-justice/2020/11/05/rhone-un-lycee-qui-a-menace-un-prof-de-lui-couper-la-tete-mis-en-examen

  1. Ne serait-il pas intéressant d'étudier en toute transparence l'impact que peut avoir une importation massive de culture différente sur le changement profond d'une société (a-culturation) quand ce n'est pas fait avec intelligence ?

  2. N'est-il pas pertinent d'évaluer ce que représente le refus de respecter les coutumes et les valeurs du pays qui accueille ? Bouamama ne supporte pas les termes d'intégration et d'assimilation à l'égard des étrangers, mais l'a-culturation (la soumission ou la démission) du pays qui accueille ne le dérange pas ! Question salaire, il vaut mieux être sociologue en France qu'en Afrique !

Avant d'insulter les Bretonnes illettrées, ceux qui ne réussissent pas ou qui devraient changer de trottoir, ceux qui doutent de l'innocuité et de l'efficacité de vaccins, les vieux qui auraient "une vie privilégiée", les Gaulois réfractaires, ou les "procureurs", et avant de restreindre de façon drastique les liberté d'un peuple, Macron devrait se rapprocher de psychologues humanistes indépendants (pour éviter les bourdes d'un con-seil scientifique).

Il apprendrait que nous vivons sur une poudrière et que si on ne fait rien, la déconstruction de l'histoire qu'il évoque sur CBS pourrait se faire non seulement sans nous mais contre nous, violemment et très rapidement.

Les Français, d'origine ou pas, vivent depuis plusieurs années une augmentation sans précédant du chômage en partie due aux délocalisations et aux opportunités fiscales, ainsi qu'au monopole de la Chine sur les marchés. Ils vivent sous la menace permanente du terrorisme islamique, ils sont de plus en plus confrontés à la prolifération d'une violence urbaine majoritairement issue de l'immigration (selon les chiffres du ministère de l'intérieur), ils subissent des lois de plus en plus impopulaires et liberticides touchant leur vie quotidienne, leur pouvoir d'achat, leur libre arbitre.

Ce à quoi s'ajoute une pandémie que l'on monte en épingle, avec mensonges, informations contradictoires, impérities, conflits de chapelles, exagérations médiatiques, au point de les angoisser, de les rendre fous et soumis, pour finalement s'entendre dire qu'ils sont racistes, homophobes, sexistes, blancs, dominateurs et qu'il faudrait les éliminer !

Le gouvernement est-il conscient de ce que vers quoi nous allons ?  A qui va profiter le chaos ?

Ils ne s'agit plus d'incanter le vivre ensemble, qui dans le contexte actuel ne veut plus rien dire, il semble urgent d'analyser, de comprendre ce qui fait que nous en sommes arrivés là et d'agir efficacement.

Je ne pense pas que les hommes naissent racistes et sexistes, bien que j'observe que certaines cultures, certaines religions, certaines communautés, certaines familles, qui font l'économie d'une réflexion pour protéger leurs privilèges, favorisent ou cultivent une haine à l'égard de tout ce qui est différent. Elles ne sont pas toutes "blanches" !

La Gaule et ses Gaulois issus de nombreux brassages ethniques suite à différentes invasions, ont baigné dans une culture greco-romaine, puis judéo chrétienne. Plus tard, l'immigration Espagnole, Italienne, Portugaise, Polonaise, relevait de la même culture judeo-chrétienne que la nôtre.

Bien que différente de la culture judéo-chrétienne, l'immigration asiatique n'a pas posé de problème. Beaucoup se sont organisés rapidement pour être autonomes. Souvenez vous des restaurants chinois, des épiceries indiennes ? Les asiatiques n'ont pas de textes, ni de pratiques religieuses qui entrent en conflit avec notre culture. Le tipitaka (la bible bouddhiste) n'évoque pas de supériorité par rapport aux autres croyances et ne prône pas l'élimination des infidèles ou non-croyants.

Si cela a lieu dans des pays comme la Birmanie ou le Sri Lanka ( pour le bouddhisme), c'était du fait d'hommes qui utilisent la religion pour justifier leurs exactions, mais cela n'a jamais été la recommandation d'un livre sacré ni d'un dieu. Voir le film de Barbet Schroeder - le vénérable W - 2017- sur le moine nationaliste Ashin Wirathu.

Peut on dire la même chose du Coran et de la façon dont il est interprété ?

Comme pour la majorité des catholiques qui n'ont pas lu la bible, ou les juifs qui n'ont pas lu la torah et se contentent de réciter des prières et de pratiquer des rituels appris dans la famille ou la communauté, la majorité des musulmans ne connaissent pas ou feignent d'ignorer les sourates qui invitent à la violence.

La charia incite à s'en prendre à tous ceux qui sont considérés comme kouffars (mécréants): sourate 9 verset 5, versets 29 à 36, sourate 8 verset 17, sourate 47 verset 35, sourate 4 verset 89, sourate 5 verset 33.

On peut y lire notamment qu'il faut éliminer les kouffars (les non-musulmans), qu'il faut mener la guerre aux juifs et aux chrétiens (en leur faisant payer un impôt, en les humiliant, en les asservissant, en les éliminant).

L'islam est la seule religion qui condamne à mort l'apostasie (le fait de se convertir à une autre religion).

Les terroristes se disent djihadistes: guerriers de l'islam. Pour les soufis le djihad est d'abord l'effort que doivent fournir les croyants pour rester dans la bonne voie (une bataille avec soi-même), c'est la version spirituelle. D'autres interprètent cela comme la nécessité de combattre ceux qui ne sont pas sur la "bonne voie", les infidèles, les mécréants (les kouffars). Ce qui est incompatible avec les valeurs républicaines et la Déclaration des Droits de l'Homme.

L'imam de Bordeaux Tareq Oubrou dans son prêche du 20 novembre 2015 affirme "qu'il est temps que les musulmans changent de logiciel, parce qu'ils n'auraient pas le logiciel qui leur permet de vivre avec les autres."

Il rappelle les responsabilités des autorités religieuses en invitant "les savants de l'islam à reformuler un logiciel qui permette aux musulmans d'être en harmonie avec Dieu tout en étant en harmonie avec les autres".

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20151120.AFP7323/attentats-la-prochaine-etape-ce-sont-des-mosquees-avertit-l-imam-de-bordeaux.html

J'apprécie Tareq Oubrou lorsqu'il remet le rappeur Gim's à sa place, (converti opportuniste depuis peu), quand il invite les "muslims" à ne plus souhaiter bonne année ou bon anniversaire parce que cela ne serait pas conforme à l'islam. Il lui rappelle que ce n'est pas à lui de faire de la théologie, ni de conseiller les musulmans en matière de pratique. Il lui rappelle également que ces formules sont des codes culturels qui relèvent du vivre ensemble. https://www.youtube.com/watch?v=d5_VddgP_KA&t=3s

L'imam Hassen Chalggoumi qui invite à pratiquer un islam en harmonie avec les valeurs républicaines, est menacé de mort et vit sous protection rapprochée permanente dans le pays de libertés qu'est la France !15

Il est aujourd'hui urgent que des hommes de sagesse prennent le risque de s'exprimer et d'oeuvrer à une compréhension réciproque, sous la protection de la République.

Contrairement aux autres religions, l'islam n'a pas de hiérarchie comme les catholiques qui ont un pape et des évêques chargés de garantir la bonne pratique.

La Bible n'a qu'une version officielle. Le Coran est censé n'en avoir qu'une, mais chaque imam peut l'interpréter à sa guise.

L'église catholique peut à tout moment intervenir auprès de prêtres, des moines et des nones qui sortent du rang en appliquant le droit canonique (comme ce fut le cas à St Nicolas du Chardonet ou pour Marie Ferreol), avec des sanctions comme la suspension des fonctions cléricales, voire l'excommunication. Cela n'existe pas dans l'islam, sauf en cas de blasphème.

Les prêtres catholiques doivent tous avoir suivi une formation de théologie dans un séminaire, avant d'être nommés.

Les imams n'ont pas de formation, en dehors des soufis (comme Hassen Chalggoumi) qui font de la recherche. Les Talibans qui se disent étudiants ou chercheurs en théologie ne sont que des guerriers fanatiques incultes.

Les prêtres sont nommés par leur hiérarchie qui les supervise, les imams sont choisis par leur communauté sur la base d'affinités ou introduits par une puissance étrangère qui s'immisce dans la pratique d'un culte en terre étrangère.

Tout cela ne facilite pas la tâche de ceux qui voudraient arrondir les angles, d'autant plus que vouloir remanier/réinterpréter le Coran est un blasphème passible de peine de mort, même pour les imams modérés qui voudraient temporiser.

Tout reste à faire, en dehors du psittacisme des intellos de la pensée unique , de leurs soutiens médiatiques et politiques.

All Lives Matter.

Faisons en sorte que le France ne devienne pas un Apartheid anti-blancs...

Nous avons tous droit au respect, à la liberté de penser et de s'exprimer, à la vie, et pourquoi pas à la mixité ! C'est la base de notre constitution !

Avant de revendiquer des droits nous devrions tous, quelles que soient notre origine et notre culture, prendre conscience du devoir non-négociable de respecter et faire respecter la vie et la différence, la nôtre, celle des autres, celle de notre planète.

La mixité, la diversité culturelle, le vivre ensemble ne se réalisent pas d'emblée et ne s'imposent pas d'office. Cela se prépare, s'apprend, se construit, s'étudie, se négocie, s'accepte, mutuellement, pas seulement dans la rue ni à l'école mais dans les familles. Sinon c'est de la dictature.

Les familles ont une grande responsabilité dans ce qui se passe en France et ailleurs. Avant d'incriminer la responsabilité de l'état, je pense qu'il est important de remettre les responsabilités à leur place, à commencer par l'autorité du père et de la mère. C'est leur rôle d'apprendre la socialisation, de transmettre des valeurs qui peuvent être celles de leur communauté, bien avant l'école. Si ce n'est pas le cas, ces familles n'ont rien à faire ici.

"D'un côté, le commerce de l'incitation à la haine, du mensonge et de la désinformation, prospère comme jamais, protégé au nom de la liberté d'expression, grâce au laxisme et à la dérégulation, De l'autre, il suffit d'un petit groupe d'inquisiteurs se disant "offensés " pour obtenir les excuses d'une star, le retrait d'un dessin, d'un produit ou d'une pièce de théâtre.

Ces polémiques dessinent de vraies lignes de fracture, au sein de l'antiracisme et entre les générations.

Hier, les minoritaires se battaient ensemble contre les inégalités et la domination patriarcale. Aujourd'hui, ils se battent pour savoir si le féminisme est " blanc ou noir ". La lutte des "races" a supplanté la lutte des classes.

"D'où par!es- tu, camarade ? ", lancé pour culpabiliser en fonction de la classe sociale, a muté en contrôle d'identité : "Dis-moi de quelle origine tu es et je te dirai si tu peux parler !

Loin de contester les catégories "ethnicisantes " de la droite suprémaciste, la gauche identitaire les valide, et s'y enferme. Au lieu de rechercher la mixité et le métissage, elle fractionne nos vies et nos débats entre "racisés" et "non-racisés ", monte les identités les unes contre les autres, finit par mettre les minorités en compétition. Au lieu d'inspirer un nouvel imaginaire, revisité et plus divers, elle censure. Le résultat est là : un champ de ruines intellectuel et culturel, qui profite aux nostalgiques de la domination." 1

Alors OUI tout à fait d'accord pour une grand mouvement contre la violence, contre la discrimination, contre la ségrégation bien que je préfère un mouvement pour la paix, pour la tolérance, pour le partage, pour la diversité culturelle, la dynamique n'est pas la même.

Tant que nous ne cherchons pas à prendre la place de l'autre (à Niquer l'autre) et à décider pour lui, nous avons certainement plein de choses à partager....

Mais alors bougeons nous contre toutes les violences, toutes les discriminations, pas seulement celles des policiers, pas seulement celles contre les hommes et les femmes de couleurs et les blancs, toutes les violences, quelles qu'elles soient et quelle que soit la couleur des gens qui les pratiquent ou les subissent, celle des voyous, des violeurs, celle de toutes les radicalisations, celles de l'oligarchie et des injustices sociales, celle des réseaux sociaux et des haters, celle des chauffards, celle des spéculateurs et autres prédateurs qui asservissent et affament le monde à tous les niveaux.

All Lives Matter.

Pas seulement un mouvement éphémère, histoire de faire parler de soi, mais une véritable prise de conscience de la façon dont le monde devient fou, violent et injuste, une véritable volonté de faire changer les choses avec le moins de violence possible. On peut être activiste et non-violent, c'est mieux que militant !

Si nous ne nous focalisons que sur les tares (erreurs)de l'humanité, tares que nous partageons tous, y compris les indigènes, les décoloniaux, les anti-rasistes, les LGBTQ+, nous n'arriverons jamais à vivre ensemble.

Parce que si vous êtres persuadés que nous sommes tous racistes, sexistes, homophobes, sans débat possible...il ne reste plus que l'élimination. Dans ce cas nous ne nous laisserons pas faire et vous n'arriverez à rien.

Par contre si nous faisons l'effort de nous comprendre et de regarder ce qu'il y a derrières ces insultes, ces amalgames, ces rejets, si nous cherchons à évoluer ensemble, nous nous engageons dans le développement de talents, de richesses et de différences à partager.

Nous ne pouvons pas faire l'impasse sur notre interdépendance. Que nous le voulions ou pas, nous sommes tous reliés quelque part.

Nous devons rester humains et cesser de nous prendre pour des dieux. C'est sur terre que nous réglerons nos problèmes et non dans les limbes.

  1. PuceLa puissance et l'énergie que nous perdons en nous entre-déchirant, nous les offrons en terme de pouvoir et d'espace à ceux qui en réalité veulent nous dominer.

Cela va bien au delà d'une manif et d'un passage à la télé.

Un véritable chantier de transformation de civilisation, concret, avec engagement mutuel, sans bla bla, ni show médiatico-pleurnicheur-agressif façon Greta Thunberg .

Peut être que cela commence dans les familles, à l'école. Peut être faut-il tout remettre à plat au niveau social, politique, économique, écologique.

Si vivre ensemble n'est pas un choix librement consenti, compris et accepté, il y de fortes chances pour que se mettent en oeuvre des stratégies d'occupation d'une part et de résistance d'autre part.


"En finir avec l'idéologie anti-française

Si la corruption de certains édiles explique en partie la désintégration à l'oeuvre en banlieue, celle-ci est aussi et peut-être avant tout le fruit d'une idéologie victimaire guidée par de bonne intentions. Aujourd'hui, les enfants sont enfermés dans la haine de la France, une haine qu'on a soigneusement cultivée chez eux en leur disant sans cesse que les Français étaient racistes".

J'en veux à ces politiques qui ont "victimisé nos jeunes", explique Nadia Remadna, fondatrice de La Brigade des mères, une association qui combat l'islamisation des quartiers à Sevran.

"Avant d'être radical, l'islamisme commence par une recherche d'identité ", souligne-t-elle. La communautarisation, la ré-islamisation ou tout simplement la violence d'une certaine jeunesse s'expliquent bien souvent par une quête d'appartenance impossible.

Pour des raisons historiques liées à notre passé colonial, l'identification de la jeunesse issue de l'immigration maghrébine ou africaine à la France ne pouvait qu'être complexe.

Mais l'intégration a été découragée par un discours de repentance, souvent teinté de différentialisme, relayé par une partie du monde médiatique et associatif et parfois même jusqu'au sommet de l'Etat.

A partir des années 80, le renoncement, sur fond de désindustrialisation, au modèle traditionnel d'assimilation au profit d'un multi-culturalisme importé des Etats-Unis, a eu des conséquences délétères. Enfin l'école, en exaltant les particularismes, a contribué à enfermer les enfants de l'immigration dans une identité fantasmée et reconstruite.

Une rupture assumée au sommet de Etat avec cet antiracisme dévoyé ainsi qu'un retour au modèle ancien d'assimilation sont un préalable absolu au redressement de ces territoires. Cette rupture devra nécessairement s'accompagner d'une politique d'immigration enfin maîtrisée.

Le caractère massif des flux migratoires a abouti à l'émergence de ghettos urbains qui tendent à devenir ethniquement et culturellement homogènes. Sans un minimum de mixité, toute politique d'intégration, même volontariste, est rendue impossible, C'est pourquoi un ralentissement, voire un arrêt des flux est une condition indispensable." 5

  1. Puce S'il vous reste un peu de cerveau disponible et le courage de penser librement, ce n'est pas en s'en prenant à la police ou à la couleur des gens que cela changera quelque chose, c'est d'abord votre manière de penser, de vivre, votre façon d'être qu'il faut changer, quelles que soient la couleur de votre peau, vos origines, votre religion. La violence et le besoin de faire ou entretenir des différences sont en chacun de nous, colorés ou pas. C'est à chacun d'analyser, de comprendre, de tempérer afin d'y réfléchir et d'agir librement.

Nous ne sommes pas obligés de tout partager. Nous pouvons être en désaccord sur notre façon de nous habiller, sur la musique que nous écoutons, sur le dieu que nous vénérons ou pas, sur la façon de résoudre les crises, sur nos idées, sans pour autant nous mettre en danger ou vouloir nous éliminer. Nous avons tellement d'autres choses à échanger, à mettre en valeur et en commun, à développer.

Nous avons tenté d'y remédier avec le moins de violence possible dans les années 60/70, nous avons échoué. Je ne me réfère pas ici à mai 68, cela n'a rien à voir avec le mouvement porté par la jeunesse à l'époque.

A vous de trouver le chemin et de réussir ce que nous avons raté, sans violence, en protégeant la liberté de penser, de s'exprimer, ainsi que le droit à la différence sans oublier que chaque droit est assorti d'un devoir.

Soyez vigilants à tous les sens uniques que l'on vous présente comme vérités. Les vérités ne sont jamais qu'une part d'une réalité dont la totalité est occultée par ignorance ou malveillance.

Je n'ai pas honte d'être Français (de souche on n'en sait rien ! nous sommes tous un peu mélangés quelque part), blanc, vieux (on n'y échappe pas), chauve, hétérosexuel (intimement bi comme beaucoup d'entre nous), agnostique. Bien que profondément déçu et révolté par ceux qui nous gouvernent, depuis Mitterrand lui-même, écoeuré par certains mouvements contestataires à pensée unique, j'aime le "peuple de France et sa diversité", mais aussi la culture, les provinces et la cuisine Françaises tant que ça ne résume pas à Paris, autant que j'apprécie d'autres peuples, d'autres cultures, d'autres contrées, d'autres cuisines tant qu'ils ne s'imposent pas comme archétype et respectent ma différence.

J'ai par contre un dégoût profond à l'égard des gens qui nous dirigent et ceux qui nous représentent à tous les niveaux de la vie politique. Je suis consterné par les propos humiliants, les décisions infantilisantes et le mépris qu'exprime toute la classe politique à l'égard du peuple de France, quelle que soit sa couleur.

Avant d'être de gauche ou de droite, nous sommes Français, et c'est de la qualité de vie en France qu'il s'agit, que l'on soit blanc ou coloré. Tout le reste n'est que baratin électoral ou hystérie minoritaire.

Pour mémoire : ce que dit le code pénal, article 225-1, quant à la discrimination:

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques en raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leur caractéristiques génétiques, de leur mœurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leur opinion politique, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non appartenance vraie ou supposée à une ethnie, une nation, une race  ou une religion déterminée.

Nous n'avons pas besoin de loi anti-haine, l'application à la lettre de cette règle pourrait suffire dans un premier temps. Si les juges faisaient leur travail en toute indépendance, combien d'entre-vous pourraient être aujourd'hui condamnés pour "racisme sous couvert d'anti-racisme"? Combien de "Niqueurs" auraient des comptes à rendre ?

J'accuse les indigènes, les racialistes, les décoloniaux, les néo-féministes de faire de la discrimination anti-blancs, et de
promouvoir la haine raciale et sexiste dans la société Française. Utilisant les amalgames, les imprécisions, la culpabilité comme armes, ils(elles) font de l'incitation aux clivages communautaristes sous couvert de lutter contre le racisme, le sexisme. Ils(elles) pratiquent le fascisme en prétendant être des anti-fa progressistes !


Quelques articles de la Déclaration des droits de l'homme fondatrice et inscrite dans la Constitution Française:

Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.

Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Art. 12. La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.


Cette déclaration concerne tous les Français vivant en France, qu'ils soient "Blancs" ou de "Couleurs". Faites le savoir aux politiques pour qui vous avez voté et aux associations qui vous "servent de guides ".


"Une civilisation pacifiée n'est pas l'addition d'individus vivant chacun pour soi (ou pour sa communauté). L'homme a besoin de coopérer pour produire de l'intelligence collective et de la cohésion sociale". Sabine Becker et François Rouillay- En route pour l'autonomie alimentaire - Terre Vivante - 2020

Sachant que pour coopérer il faut être au moins deux à le vouloir !


We(all) are the world


"On crie qu'on veut façonner un avenir meilleur, mais ce n'est pas vrai. L'avenir n'est qu'un vide indifférent qui n'intéresse personne, mais le passé est plein de vie et son visage irrite, révolte, blesse, au point que nous voulons le détruire ou le repeindre. On ne veut être maître de l'avenir que pour pouvoir changer le passé".

Milan Kundera -  Le livre du rire et de l'oubli - Gallimard - 1987





1 - Caroline Fourest - Génération Offensée - De la police de la culture à la police de la pensée - Grasset - 2020.

2 - Olivier Pétré-Grenouilleau - Traites Négrières- Folio Histoire - 2004 -  C'est un"Blanc" qui l'a écrit ! Il s'est fait lyncher médiatiquement.

3 - Tidiane N'Diaye - Le génocide voilé - Gallimard - 2008 - C'est un Africain qui l'a écrit,avec encore plus de détails, cela n'a pas fait de vague !

4 - Michèle Tribalat - Les yeux grand fermés: l'immigration en France - Denoel - 2010

5 - Alexandre Devecchio - Le jour d'après - Comment éviter la partition - Front Populaire- juillet Aout 2020

6- Charb - Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes - Librio - 2015

7 - Pascal Bruckner - Un coupable presque parfait - Grasset - 2020

8 - Jacques Ellul - le Bluff  Technologique - Hachette Pluriel - 1988 - page 428

9 - Sous la direction de Jean François Marmion - Psychologie de la connerie - Poche 2018

10- Marc Dugain, Christophe Labbé - L'homme Nu- Robert Laffont - 2016

11 - Sébastien Bohler - Le Bug Humain - Robert Laffont - 2019

12 - Satish Kumar - Pour une écologie spirituelle - belfond - 2013/2019

13 - Hassen Chalghoumi - Pour l'islam de France - Cherche midi- 2010

Les combats d'un Imam de la République - Cherche Midi- 2021

14 - Fatiha Agag-Boudjahlat - Les Nostalgériades- edit Cerf- 2021

15 - Jack Kornfield - Libre et Heureux - Ici et Maintenat - Belfond 2021

16 - Kristin Neff - S'aimer - Comment se réconcilier avec soi-même- Belfond - 2013

17 - Carlo Strenger - Allons nous renoncer à la liberté - Belfond - 2008

18 -René Fregosi le Figaro du 28/03/2019

19 - Robert Emmons - Merci ! Quand la gratitude change nos vies - Belfond - 2008

20 - Caroline Emcke - Contre la haine - Plaidoyer contre l'impur- le Seuil Pocket- 2017