L'histoire: entre légende et réalité historique.








Il y a tant de textes, d'interprétations et d'imprécisions sur la vie de Bouddha que j'ai écarté tout ce qui semblait appartenir à des légendes pour tenter de m'en tenir à des faits plus ou moins historiques qui font l'unanimité dans la littérature classique. Je m'en tiens principalement au bouddhisme original dit theravada, sans pour autant faire le procès des autres écoles.

J'emploie le conditionnel parce que selon les textes, les dates et la chronologie des événements varient de 10 à 150 ans.


Bouddha serait né entre 624 - 563 et mort entre 544 - 483 avant JC, à l'âge de 80 ans. Il est pratiquement contemporain de Mahavira, prince devenu moine Jaïn étonnamment dans les mêmes conditions, qui a mis en forme le Jaïnisme dont les concepts et les pratiques sont très proches du bouddhisme.

Siddhârta est le fils d'une famille royale appartenant à la tribu des Sâkyas. Ce qui expliquerait qu'on l'appelle parfois Sakyamuni.  Il aurait vécu dans la région de Kapilavastu à la la frontière de l'Inde et du Népal actuel.


Son père était Suddhodana (un prince local) et sa mère Mâyadevi.

Sa mère est morte peu de temps après sa naissance, il a été élevé par une tante : Mahaprajapati Gautami, seconde épouse de son père. Ce qui expliquerait que parfois on l'appelle Gautama.

Dans certains textes il est nommé Siddhârta Gautama Sakyamuni.


Il prendra le nom de Bouddha plus tard lorsqu'il atteindra l'éveil.


Vers l'âge de 16/20 ans il a été marié à une cousine , la princesse Yasodhara, fille du roi Dandapani  Suppabuddha et de Pamita, soeur du père de Siddhârta.

Peu de temps après il devient père d'un garçon: Rahula, qu'il connaît peu, puisqu'il quitte le palais peu de temps après la naissance de son fils, vers l'âge de 29 ans .


Siddhârta a vécu comme la plupart des enfants de la noblesse de l'époque, à l'abri de tout contact avec la réalité du monde extérieur. Ne sortant jamais du palais, disposant de tous les services de soin et d'éducation à domicile. Protégé de toute information qui pourrait l'effrayer, l'inquiéter, le peiner, dans un milieu fortement influencé par l'hindouisme et le jaïnisme.


C'est à cette époque qu'il découvre les composants de la souffrance.


  1. Puce Alors qu'il parcourt les jardins royaux, il aperçoit depuis son char un vieil homme décrépit. Cela le surprend et il demande de quel sorte d'homme il s'agit. Il lui est répondu qu'il s'agit d'un homme courbé sous le poids de l'âge. Il demanda si c'était propre à cet homme, il lui est répondu que la jeunesse ne dure pas et que chaque homme va immanquablement vers la vieillesse et cet état de décrépitude. Il prend conscience que cela lui arrivera un jour et cela le bouleverse.


  1. Puce Une autre fois lors d'une promenade il aperçoit un lépreux pitoyable, faible, fiévreux. A nouveau il s'inquiète de ce qui arrive à cette personne. Il lui est répondu que c'est la maladie et que cela arrive à tout le monde...Il prend conscience que cela peut lui arriver et cela l'angoisse.


  1. Puce Lors d'une nouvelle sortie il croise un cortège funèbre. Siddharta est impressionné par la tristesse des gens. Lorsqu'il aperçoit le cadavre il demande de quoi il s'agit. On lui explique que la famille pleure la mort d'un parent qu'ils ne reverraient plus. Il demanda si cela allait lui arriver aussi. Il prend conscience que tout le monde est mortel. Il est à nouveau bouleversé.


Il n'aurait pas été mis en contact avec la mort, parce que la mort de sa mère lui aurait été cachée. Trop jeune pour comprendre, il a toujours cru que Mahapajapati était sa mère biologique.


Siddharta pense qu'il faut faire quelque chose pour faire évoluer ce monde où la jeunesse est détruite par la vieillesse, où la santé est détruite par la maladie, où la vie est détruite par la mort.


  1. Puce Un peu plus tard, il fait une quatrième rencontre: un mendiant renonçant, vêtu sobrement, qui semblait en pleine possession de lui même malgré sa grande pauvreté.

Il était serein, noble. Il s'inquiète de qui est cette personne rayonnante et humble. Il lui est répondu qu'il s'agit d'un ascète qui a une conduite pure. Cette rencontre aurait été le déclencheur de sa quête.


Son père s'opposa à ce que Siddharta abandonne tout. Pour convaincre son père de le laisser suivre sa voie, Siddharta lui aurait posé un défi : " accordez moi: que je garde éternellement ma jeunesse, que je ne sois jamais malade, que ma vie ne se termine pas".


Son père ne pouvant relever le défi, Siddhârta décide de quitter le palais royal et part à la cherche de maîtres. Après avoir rencontré plusieurs gurus, il s'adonne à l'ascèse et à la mendicité pendant environ 6 ans.

Isolement, mortifications, le conduiront à la frontière de la mort. Ce qui nuit considérablement à sa pratique et à sa recherche. Il comprend que ce n'est pas la bonne voie et découvre l'importance de la voie du milieu, sans excès dans un sens ni dans l'autre.

Vers l'âge de 35 ans alors qu'il était assis sous un bodhi tree (arbre Bo/Ficus Religiosa), après une longue médiation, Bouddha atteint l'Eveil.  Selon les écoles et les différents textes, le contenu de l'Eveil varie un peu.


Bouddha aurait compris le mystère de l'existence et de la souffrance, de la mort et des renaissances. Il se serait libéré de la souffrance (nirvana), de l'attachement (impermanence), de la colère, du vagabondage mental, du doute et de tous les désirs qui entraînent le cycle des renaissances.


Il commence à élaborer une pratique basée sur la méditation, l'introspection et la présence consciente, qu'il enseigne, notamment lors du sermon de Bénares. Il décède vers 80 ans, après 45 années d'enseignement.

 

Introduction
Histoire
Enseignement
4 nobles vérités
Noble sentier octuple
Vue Juste
Pensée juste
Pleine conscience
Parole juste
Action juste
Effort juste
Concentration juste
Moyens d'existence justes
Idées reçues et paradoxesBouddhisme_laic_introduction.htmlBouddhisme_Enseignement.htmlBouddhisme_Quatre_Nobles_verites.htmlBouddhisme_Noble_Sentier_Octuple.htmlBouddhisme_vue_juste.htmlBouddhisme_pensee_juste.htmlBouddhisme_pleine_conscience.htmlBouddhisme_parole_juste.htmlBouddhisme_action_juste.htmlBouddhisme_effort_juste.htmlBouddhisme_concentration_juste.htmlBouddhisme_moyens_existence_justes.htmlBouddhisme_moyens_existence_justes.htmlBouddhisme_et_paradoxes.htmlBouddhisme_et_paradoxes.htmlshapeimage_1_link_0shapeimage_1_link_1shapeimage_1_link_2shapeimage_1_link_3shapeimage_1_link_4shapeimage_1_link_5shapeimage_1_link_6shapeimage_1_link_7shapeimage_1_link_8shapeimage_1_link_9shapeimage_1_link_10shapeimage_1_link_11shapeimage_1_link_12shapeimage_1_link_13shapeimage_1_link_14